The equestrian lifestyle community.

Retour au feed

Comment garder son cheval en forme durant une période d'arrêt (blessure etc...) ?

Comment garder son cheval en forme durant une période d'arrêt (blessure etc...) ?
Mettre en mouvement tant et dès que c'est possible comme dit au-dessus (étirements s'ils sont possibles, parfois ça ne l'est pas en cas de lésions articulaires, ligamentaires, tendineuses, musculaires on ne peut pas toujours ; par contre les massages sont bons à prendre par exemple), et retour au travail progressif (en accord avec le protocole vétérinaire). Par ailleurs, petit point nutrition on y pense pas assez : pour soutenir l'appareil locomoteur attention à ne surtout pas couper l'aliment concentré pour ne pas passer en dessous du minimum par 100kg de poids vif de votre aliment (en dessous votre cheval serait en carences). Ou donnez du fourrage en plus grandes quantités assorti d'un CMV adapté. C'est souvent une grosse erreur que de couper le grain en cas d'arrêt. Si jamais c'est chaud en remise au travail je suis d'accord avec ce qui a été dit, n'hésitez pas à vous adresser à un pro ou à vous faire encadrer pour gérer les débordements possibles !
Salut !
La réponse de Mathilde est super complète ! il n'y a pas grand chose à rajouter !

Quand ma jument avait été arrêtée 7 mois suite la fêlure d'un suros dans la 3e phalange du pied, elle a eu un mois de boxe durant lequel ont faisait des petits étirements vu avec le véto pour conserver une musculature et souplesse du dos.. Et ensuite retour au pré dans un pré assez pentu (le meilleur moyen de conserver un cheval musclé) avec distribution de foin 2 fois par jour. Le reste du temps les chevaux étaient obligées de se déplacer pour aller brouter l'herbe.

On a ainsi pu contrôler son poids et son activité. Je la sortais 2 fois par semaine pour gros pansage et étirements.
On a ensuite repris progressivement le travail en augmentant la durée des séances et en rétrécissant les pauses. On a commencé par 20 min avec bcp de pas, puis toutes les semaines je rajoutais 5 min.

Idem, j'ai commencé par 3 séances espacées par semaines puis 4 et enfin 5. Elle a ressauté des cavalettis 1 mois après la reprise, puis on a augmenté la hauteur des obstacles et l'intensité des séances progressivement. Reprise du travail début Aout, elle gagnait une club 1 en CCE début novembre en étant parfaitement en forme et sans séquelles.

En revanche, j'ai eu une vraie dégradation de son mental suite à cette pause. La jument était devenue capricieuse, têtue.. elle ne voulait plus s'approcher des coins de la carrière, était chaude (alors que pas de sang et vivait au pré), cherchait à faire tomber: jamais de coup de cul mais écarts, reculait au montoir, faisait demi tour.. Bref une crapule !
Je pense que mon erreur a été de la remonter toute seule sans réel accompagnement niveau coaching, et de ne pas m'en être assez occupée au pré (elle est passée de 5 sorties par semaines + concours à 2 pansages par semaine) .. Comme elle avait un sacré caractère, elle a pris le dessus.. d'où l'intérêt que le cheval soit repris par un pro si cheval un peu caractériel pour qu'il remette les bons codes en place.
Salut Marine,
Il y a trois règles :
Rule One: Prioriser les assouplissements, et les extensions
En seulement 20 minutes par jour au moins quatre à cinq fois par semaine, vous pouvez obtenir des résultats dignes. En fait, la recherche à l'université d'état du Michigan a démontré qu'en exécutant des exercices dynamiques de mobilisation tous les jours, les chevaux licenciés étaient capables de maintenir près de 80 pour cent de la tonalité dans leurs muscles stabilisants de colonne vertébrale comparés aux chevaux dans la formation d'équitation complète. Commencez votre séance de 20 minutes avec des assouplissements.
Rule Two: Prioriser le mouvement
Cette règle vient avec l'avertissement sur la créativité ou le mouvement peut prendre une grande variété de formes. Sans une circonscription ou un programme de formation, il ya encore beaucoup de façons d'apporter plus de mouvement à la journée de votre cheval. Je trouve que trop de cavaliers supposent faussement que leurs chevaux se déplacent dans les paddocks. Une bonne règle empirique consiste à compter sur les aiguillages pour la santé mentale de votre cheval, mais pas toujours pour son bien-être physique. La plupart des chevaux se déplacent moins que nous pensons, et dans la plupart des cas ce mouvement est erratique plutôt que continu. Faire circuler le sang, l'oxygène et les molécules de gaz autour du corps contribue à éliminer les toxines et l'inflammation qui sont dans les articulations.
Troisième règle: Retour au travail progressif
Prévoyez au moins six semaines d'entraînement cohérent (trois à quatre jours par semaine de formation), mais doux pour la capacité cardiovasculaire de base du cheval à s'adapter. Pour éviter les blessures, augmenter la charge de travail du cheval de pas plus de dix pour cent toutes les deux semaines. Rappelez-vous que la charge de travail peut être augmentée par la durée ou par l'intensité de l'effort, mais pas les deux à la fois. Par exemple, après trois semaines de manœuvres faciles en 30 minutes et en ligne, vous pouvez ajouter des séances de formation plus longues au cours de la semaine suivante OU vous pouvez continuer avec des séances de 30 minutes, mais ajouter des exercices qui augmenteraient l'intensité de l'effort d'environ dix Pourcentage, comme le fait de monter sur des surfaces différentes, des modèles d'obstacles et des transitions de galop.
Bon courage !!!
Si tu as l'autorisation, 1h de marche par jour permet d'entretenir la musculature. Piur le souffle par contre c'est compliqué