The equestrian lifestyle community.

Retour au feed

Quelqu'un serait-il en capacité de m'expliquer pourquoi en concours Club on voit majoritairement des filles tandis qu'en Pro on en trouve beaucoup moins ?

Quelqu'un serait-il en capacité de m'expliquer pourquoi en concours Club on voit majoritairement des filles tandis qu'en Pro on en trouve beaucoup moins ?
Je dirai que les garçons sont plus axés concours que les filles (EN GÉNÉRAL) !
J'ajoute à l'idée vie de famille-vie professionnelle une certaine habitude dans la société à valoriser (et donc favoriser)
-pour une femme : vie de famille > vie professionnelle
-pour un homme : vie professionnelle > vie de famille

Le dessinatrice Emma avait fait un post (axé gestion des enfants-boulot) qui aborde cette question des valeurs https://emmaclit.com/2017/07/18/lattente/
Et bien le peu de garçons restants continuent et se professionnalisent ;) les pros ne sont pas si nombreux et les cavaliere de clubs ne sont pas encore en voie de disparition ;)
Ca n'a rien à voir avec la confiance ou quoi que ce soit de base...

La principale raison, c'est parce que les femmes, arrivées à un certain âge, ont envie d'une vie de famille etc, et il y en a pas beaucoup qui veulent/peuvent avoir et la vie de famille, et la vie professionnelle dans le monde équestre (qui est prenant à balle)...

Après bien sur il y a le côté compétition, les garcons sont pour la plupart plus à fond compet' que les nanas :) Mais ca n'a rien à voir avec la confiance en soi ou quoi ^^

Je pense aussi que dans la multitude de filles qui montent en club, il y en a au moins un bon quart qui ne sont pas réellement passionnées (elles viennent surtout monter pour être avec les copines) et donc qui s'arrêtent vers l'adolescence.. du coup ca en enlève déjà un peu.
Mais c'est juste une question de proportion je pense haha !

Les filles y'en a beaucoup, mais au final si on enlève toutes celles qui arrêtent à l'adolescence, celles qui arrêtent ou ralentissent pour la vie de famille et celles qui restent juste en tant que "simple passionnées" ca laisse plus de place aux garcons, qui sont, surement, plus accrochés à leur passion de la compet'...

Enfin bref, un peu tout chamboulé ce que je raconte, mais je pense que l'idée est comprise lol.

Puis y'a des clubs où y'a pas mal de garcons :)

Autant dans mon ancien club on en avait presque pas, autant dans mon club actuel on en a plus !
Dans les gros gros clubs avec beaucoup de licenciés il doit y en avoir pas mal aussi :)
Xixie, oui mais alors d'où sortent les garçons ?
il y a une majorité de filles en centre équestre donc forcément plus de filles en concours club. mais une fois qu'il faut se professionnaliser, beaucoup de femmes stoppent leur carrière ou n'arrivent pas à se relancer après avoir eu un enfant : elles ont perdu leur piquet de chevaux pendant leur congé maternité et il est compliqué de tout recommencer
Honorine, la lecture de cet article fut très intéressante, merci à toi ! J'aimerai seulement savoir d'où viennent ces cavaliers même si j'ai ma petite idée...
Le pourcentage de cavalier masculin en pro est peut être le faible pourcentage de cavalier en Club, puisque dans tous les cas il n'est pas élevé. A vérifier !
Honorine, je m'en vais lire cette article de suite !
Peut être, mais pourquoi ? Parce que les femmes doivent arrêter de monter à cheval si elles veulent des enfants Manon ?
A mon avis c'est un peu comme dans pleins d'autres domaines, les femmes ont souvent moin de confiance en elles que les hommes, c'est plus difficiles pour nous d'aller en haut niveau
Quand on arrive dans le monde professionel les cavaliers ont souvent beaucoup de chevaux et donc les grooms, les filles sont plus papouilles et les garçons un peu moins c'est pour ça à mon avis
Tu peux lire l'article de Fanny Lemancq sur le sujet :

« Des carrières semées d’obstacles : l’exemple des cavalier-e-s de haut niveau », Sociétés contemporaines, n° 66, vol. 2, 2007, pp. 127-150.

Disponible en ligne sur Cairn (gratuit) : http://www.cairn.info/revue-societes-contemporaines-2007-2-page-127.htm

"Cet article s’intéresse aux différences entre les carrières masculines et féminines de compétition, dans les sports équestres, et plus particulièrement dans la discipline du saut d’obstacles. Bien que les compétitions y soient réglementairement mixtes, les cavalières n’accèdent que rarement au plus haut niveau. A partir de deux enquêtes biographiques réalisées auprès de compétiteurs et compétitrices des différents niveaux, nous analysons ici la construction de ces carrières en les inscrivant dans le marché singulier et concurrentiel des sports équestres, caractérisé par un flou des frontières entre compétiteurs amateurs et travailleurs des sports équestres. Dans ce contexte, les compétiteurs amateurs, et particulièrement les compétitrices, sont confrontés à des obstacles pouvant limiter leur accès au plus haut-niveau."