Hugo Moulin Horse Ball | 12 Questions | 8 Réponses

Ask Zoetis : Comment se traite un cheval qui fait de l'asthme ? Comment prévenir les crises ?

Ask Zoetis : Comment se traite un cheval qui fait de l'asthme ? Comment prévenir les crises ?
1
Bonjour Hugo,

L’asthme équin, autrefois appelé pousse ou RAO (recurent airway obstruction), est une forme particulière d’allergie se manifestant au niveau des voies respiratoires par un afflux de cellules inflammatoires (neutrophiles), une bronchoconstriction (contraction des muscles entourant les bronches), une hypersécrétion de mucus. Cela entraine cliniquement une difficulté respiratoire (dyspnée), de la toux et un jetage nasal. Ces manifestations cliniques sont observées à des degrés de sévérité très variables (de la contre-performance à la détresse respiratoire nécessitant un traitement d’urgence).

« L’allergie » est déclenchée par l’inhalation de poussières ou moisissures présentes dans l’environnement du cheval, les fourrages généralement.
De ce fait, la gestion de l’environnement est un point clef du traitement et de la prévention des crises, le but étant d’exposer au minimum le cheval aux poussières et moisissures contenues dans le foin en premier lieu mais aussi dans la paille.
- Mettre le cheval un maximum de temps à l’extérieur (prés ou paddocks).
- Lorsqu’il n’est pas à l’extérieur, le loger loin des zones de stockage des fourrages, dans une écurie bien aérée, ne pas faire les boxes ou balayer quand le cheval est présent dans l’écurie.
- Remplacer le foin sec par du foin trempé (30 min à 1h), du foin purifié à la vapeur, du foin enrubanné ou des fibres sous une autre forme (fibres dépoussiérées compressées).
- Remplacer la paille par une litière de copeaux dépoussiérés ou de lin.

Cette gestion de l’environnement doit être strictement respectée. Lorsque c’est le cas, elle permet le plus souvent, à elle seule, de prévenir les crises mais en phase de crise, un traitement médical doit être associé.
La base du traitement médical est l’administration d’anti-inflammatoires stéroïdiens (corticoïdes) par voie générale (injections) et/ou par nébulisation. Des bronchodilatateurs pour relâcher les muscles qui entourent les bronches et des molécules permettant de fluidifier le mucus respiratoire et donc de faciliter son évacuation peuvent aussi être associés.

Une fois la crise résolue, il est indispensable de maintenir le cheval dans les conditions environnementales citées précédemment, afin de ne pas l’exposer au facteur déclencheur des crises. Certain chevaux, malgré une bonne gestion de l’environnement, ne seront soulagés que pas la mise au pré en permanence.
Gérer un cheval atteint d’asthme demande donc une certaine implication mais si cela est bien fait, le cheval peut vivre normalement et poursuivre sa carrière sportive.

L’équipe Zoetis
Inscrivez-vous pour vous connecter avec +100 000 cavaliers !
Inscription
X