Pensez-vous que l'équitation de haut niveau est une forme de maltraitance pour le cheval, qu'on oblige à fournir des effort physiques et moral très intense ?

Effectivement, c'est plutôt la question de la domestication et de la place du cheval dans notre société qui rentre en jeu. Les chevaux sont effectivement souvent bien vus dans le monde du haut niveau, bien mieux dans tous les innombrables clubs. Ce qui me dérange, c'est le fait que l'on puisse parler de business. Comme le dit Emilie, on parle de produits... On est dans une société où le cheval prend de la valeur, en fonction de ses origines, de ses capacités et c'est vraiment gênant. Un cheval ne recevra pas le même traitement en fonction de qui il est... Le cheval doit s'avérer être utile, de quelque façon que ce soit. Dire que vous avez un cheval et que vous ne faites rien de plus avec, et beaucouuup vous répondront "Pourquoi t'en as un alors ?". C'est notion d'utilité qui me dérange. On ne se demande pas si ça sert à quelque chose d'avoir un chat, un lapin ou bien même un âne, mais un cheval oui.
Pour autant, je ne prône pas non plus cette mode d'équitation éthologique, qui en soit ne signifie rien. Je ne prône pas tous ces spectacles en liberté où tout ne doit pas être rose derrière. Combien de chevaux font un spectacle en liberté puis retournent au box, ferrés après leurs prestations... Encore une fois, le business, actuellement ça plaît donc on en profite, au détriment du cheval. Et ce quelque soit la discipline.
Alors oui, on peut effectivement trouver des avantages à un cheval de vivre au box ou bien d'avoir une petite couverture. Et de toute façon, les chevaux produits pour faire de la compétition sont façonnés, modelés à ce mode de vie. Alors,c 'est sur que le mettre du jour au lendemain dans un grand champ sans rien, et il ne risque de ne pas apprécier la blague.
Le plus dérangeant, c'est le fait que beaucoup de jeunes (et moins jeunes) cavaliers ne connaissent pas le cheval. On leur apprend l'équitation, point barre. Quand on met un cheval au box, mais qu'on a conscience que ce n'est pas naturel, c'est déjà un bon point. Mais plus les générations passent, on se demande limite si certains savent que le cheval doit vivre au pré avec des copains, que oui le cheval sait s'alimenter tout seul et que non il n'est pas né avec des fers au pied.
Le débat peut s'avérer beaucoup plus long si on dévie vers les clubs... Donc je pense effectivement que du moment que les cavaliers/ propriétaires essayent de faire au mieux pour leur cheval, c'est le principal. Et personne n'a la science infuse, donc on fait effectivement tous des erreurs. Mais cette notion d'utilisation et d'utilité me dérangera toujours... Est ce que le cheval a réellement droit de donner son avis. Et s'il le donne de trop, gare à lui, son destin n'est que dans les mains de l'homme ! Mais c'est une des spécialités de la nature humaine de tout utiliser et s'approprier, et ce pas que sur les animaux ...
idem ! un commentaire qui fait du bien ! :D

Les cavaliers de compétition ont souvent tendance à se faire un peu "jeter des pierres" par les cavaliers ayant une monte plus "naturelle": cheval au boxe, protections lorsqu'on travaille/sort au paddock/allons en balade, travail intensif en préparation des compétitions, compétitions, fers, embouchures.. on a l'impression de passer pour des tortionnaires. ;)

Au final, oui les chevaux au pré sont sans doute plus robustes et parfois plus heureux.. mais ils subissent les intempéries, les insectes, la chaleur... effectivement sont dans un pré mais leur espace est limité, pour ceux qui font de l'éthologie ou du spectacle ... faire coucher un cheval à répétition ,le faire cabrer, lui faire faire la jambette, le pas espagnol ou monter à cru n'est au final pas meilleur que des cours de dress ou de saut... Idem pour les rando.. même si l'effort est réparti sur plusieurs heures, au final c'est fatiguant pour le cheval (dans la nature, il parcourt des dizaines de km mais sans cavalier).

Pour avoir eu une jument au pré pendant longtemps... j'ai bien vu la différence de confort quand elle a été rentrée au boxe pour pouvoir monter de niveau en compétition. Premier hiver où elle a pu garder ses rondeurs et ne pas faire un poil d'ours !! (elle était complémenté pourtant et dominante au pré), premier été sans œufs de mouches, sans yeux gonflés (elle portait un masque) et sans piqures d'insectes...

Donc au final c'est la question de la domestication et de l'utilisation du cheval qui est en cause comme l'a fait remarqué Mathéa.. :)

Effectivement il y a maltraitance quand il y a volonté de blesser ou de nuire.. Nous avons transformé le cheval au fils de siècles pour passer d'une utilisation agricole et de transport vers une activité sportive et de loisir... Donc l'utiliser pour le sport et développer ses capacités dans diverses disciplines dont le haut niveau, découle de cette évolution génétique et d'utilisation.
Très d'accord avec Mathéa!
J'essaye simplement de souligner ce paradoxe, aujourd'hui la mode est à l'équitation "naturelle", et les cavaliers semblent oublier que par définition, l'équitation est incompatible avec l'état naturel des chevaux ! Ce qui n'empêche pas, évidemment, de tout faire pour s'en approcher, et offrir à nos chevaux plus de confort. Mais cette inexactitude entraîne beaucoup de confusions.. ;)
@matbo bravo pour ce commentaire bien détaillé :) il soulève en effet des questions importantes !
Ta question est délicate, parce qu'on en revient toujours à devoir chercher une limite qui n'existe pas.

A partir de combien d'heures de travail par jour peut-on parler de travail "intensif" ? A partir de combien de sorties au paddock peut-on parler d'un cheval qui sort "assez" ? Au bout de combien de concours par saison peut-on dire que le cheval en fait "trop" ? A partir de quelle hauteur est-ce sauter "trop haut" ?

Généralement, il est facile de condamner les cas extrêmes : il est évident pour tout le monde ici, je crois, que faire sauter 1m50 à un cheval tous les week-ends sans jamais le sortir au pré ni faire autre chose que tu travail est excessif, mauvais pour le physique du cheval comme pour son mental.

Mais un cavalier qui sort en 1m un week-end sur deux, mais avec un cheval travaillé dans le bon sens et avec une vie au pré ? Ou un propriétaire qui ne sors son cheval qu'une fois par jour au paddock, mais qui prend le temps de bosser à pied et respecte ses capacités physiques ? Doit-on considérer qu'ils font mal, ou qu'ils font bien ?

Au final, on en revient à l'éternelle question de la domestication : dès lors que l'homme a domestiqué le cheval, il l'a sorti de son état naturel de cheval. A partir de ce moment, tout ce qui compose sa vie sera impacté par l'action de l'homme : le servage, le débourrage, le dressage, le travail, la vie au box, même la vie au pré (dans la nature, un cheval ne voit pas son espace de vie limité par une clôture). Faut-il en conclure que c'est mal ? A partir de là, ne devrions-nous pas, pour respecter nos propres principes de "vie naturelle, respect de l'instinct grégaire, de ses besoins", laisser nos chevaux vivre en totale liberté, sans clôture, sans intervention de l'homme ? Et dès lors, seraient-ils toujours "nos" chevaux ?

Le fait est qu'un cheval, aujourd'hui, appartient à un propriétaire. Et cela implique que l'homme joue un rôle dans sa vie. Personne ne peut dire : "mon" cheval vit selon ses "besoins naturels". Puisque si vous respectiez ses besoins naturels, il ne serait pas vôtre.

Dans le monde d'aujourd'hui, le cheval est indissociable de sa nature d'animal domestique. Il ne peut être autre chose. L'homme fait exister l'espèce équine pour faire du saut, du dressage, le monter, faire des courses, de l'éthologie, du débardage, entretenir sa pâture... et à partir de là, les chevaux travaillent, et ça peut sembler négatif dit ainsi, mais ils travaillent parce que c'est dans ce but qu'ils continuent d'exister. Nos chevaux naissent par nous, pour nous. Nos chevaux naissent pour que nous puissions profiter d'eux, et je ne l'entend pas forcément au sens négatif, mais aussi au sens "profiter : prendre du plaisir à être avec, bénéficier de la bonne influence de".

Alors maltraite-on nos chevaux ? Il est clair que ceux qui pratiquent la rolkur, qui barrent leur chevaux, qui les battent... les maltraitent. Mais le propriétaire qui s'est offert un cheval pour avoir un contact avec son animal et pouvoir s'offrir de belles performances en concours, est-ce aussi de la maltraitance ?

Après toutes les questions que j'ai soulevée, auxquelles je n'ai guère apporté de réponses (si quelqu'un en a, qu'il se manifeste, je me les pose depuis des années), j'ajouterai simplement que pour moi, le cheval est maltraité si celui qui en a la charge manifeste un mépris ou une volonté affichée de lui faire du mal. A mon sens, un cavalier qui ne brosse pas son cheval parce que "il s'en fou" est coupable de maltraitance. Un cavalier qui ne brosse pas son cheval parce qu'il n'a jamais appris que cela avait une utilité, n'est pas coupable de maltraitance, mais coupable de négligence. A mes yeux, c'est cette nuance qui change tout. Un cavalier qui fait mal et en a conscience, maltraite. Un cavalier qui fait mal sans le vouloir - ou parfois même en voulant bien faire - se trompe.
Hello !

Beaucoup d'arguments contre le haut niveau qui s'entendent complètement et je suis d'ailleurs d'accord sur beaucoup de points.
Mais à vous entendre, la compétition, le boxe, le travail du cheval.. c'est maltraiter les chevaux et pas que pour le haut niveau. Alors oui il y a des abus comme partout mais je ne pense pas qu le haut niveau soit porteur de maltraitance dans la plupart des cas.

Voici mes arguments qui montrent pour moi que les chevaux de haut niveau ne sont pas "maltraités":
(je parle ici pour le CCE car c'est la discipline que je pratique et que j'ai souvent l'occasion de discuter et évoluer avec des cavaliers d'internationaux)

- Les chevaux de sport d'aujourd'hui sont issus de croisements génétique les rendant plus "sport", "dans de sang", plus résistants aux sauts/efforts répétés et n'ont plus rien à voir avec les chevaux de loisir ou ceux d'antan. Il suffit de voir les chevaux de compétitions il y a 20 ans et ceux d'aujourd'hui. Ils ont été conditionnés et élevés pour la compétitions et la plupart aiment ça sinon ils n'iraient pas. Car pour aller crosser, il faut du courage, de la confiance, une vraie relation avec son cavalier et pas seulement du dressage ou de la "soumission" et du "formatage".

- Nombre de propriétaires, cavaliers de haut niveau essayent de satisfaire au mieux les besoins physiologiques de leurs chevaux. A ce titre, il n'est pas rare de croiser des chevaux d'internationaux passer leurs journées au paddock ou au pré avec leurs copains

- Niveau mental : il y a des chevaux complètement faits pour la compétition.. ce sont de vrais lions sur les terrains ! et s'ennuient si l'entrainement est trop light ou qu'ils ne bossent pas un minimum. En général, quand le moral du cheval commence à baisser, on le ressent sur les compétitions donc les cavaliers ont tout intérêt a offrir la meilleure vie possible à leur compagnon. De plus nombre d'entre eux sont très attachés à leurs chevaux et ne négligent pas la relation à pied.

- Niveau soins: au moindre bobo, les chevaux sont traités comme des rois ;) , et question retraite, les champions coulent des jours paisibles chez leurs proprio ou cavaliers, ce qui n'est pas le cas de certains chevaux de club ou proprio laissés a l'abandon après avoir "servi" des années durant.

Pour avoir une jument de compétition, je peux vous assurer qu'elle surkiffe le paddock, les balades mais là où elle est géniale c'est sur les terrains de cross! Je ne serais pas avec elle qu'elle irait quand même ! ;)
Ce n'est pas pour autant que je vois ma jument comme un "matériel" bon à utiliser pour les compétition ou faire du sport !
Je vais faire très court :
Je pense que comme dans tout les excès ne sont jamais bon
puis être monté dans de grands rectangles en sable, sous contrôle tout le temps. C'est devenu tellement naturel dans notre société que cela ne choque personne... Le cheval est né pour cela on dirait. Sa vie est quasi tracé. Tu feras ci, tu feras ça, tu poulineras a tel âge, etc.

On surprotège le cheval et on le rentre dans le moule humain. Une bête de 500kg qu'on a réussi à rendre si modelable pour notre plaisir d'humain... On le rend tout simplement handicapé. Alors meme avec les meilleurs équipements, la meilleure bouffe, les meilleurs tout, un cheval mérite juste de vivre dans un grand pré (meme en prenant le vent, la pluie, la boue) avec ses copains. Pour moi l'être vivant et ultra sensible qu'est le cheval n'existe plus malgré toute l'affection que peuvent leur porter leur cavaliers/propriétaires.
Hello !
Pour ma part, je suis d'accord avec Émilie.
Le mot "maltraitance" est peut être pas le plus adéquat. Pour moi, le cheval n'est plus considéré comme être vivant mais comme objet. Je ne dis pas que les cavaliers ne les aiment pas, mais ils les aiment avant tout en fonction de leur valeur, leurs origines, leurs aptitudes, leurs capacités. Ils les aiment tellement qu'ils se retrouvent sevré à 6mois, au box la plupart du temps ou dans des paddocks, avec des rations de foin, de grannulés... Tout est sous contrôle.. À quel moment laisse t-on le choix à l'animal de ce que lui voudrait ? Tu es né pour faire du saut, donc tu feras du saut. À mon sens, on en fait juste des petits robots.. des robots qui ont perdus tout leur instinct. Quelle tristesse de voir des chevaux préférant leurs boxs au pré, de les voir préférer leur foin /grain à l'herbe, ou encore de voir des chevaux incapables de savoir quelle plante manger dans la nature pour se soigner..

Je ne reparle pas des répercussions physiques, Émilie en a déjà parlé. Meme avec le meilleur équipement du monde, il est évident qu'il est mauvais d'aller régulièrement sauter plus d'un mètre. Certes le cheval saute par nature, mais il saute en cas de nécessité. Il ne s'amuse pas à enchaîner des parcours tous les week-ends dans son pré bien évidemment...

À mon sens, le cheval n'est plus que matériel. Le cheval est là pour travailler, pour bêtement tourner en rond en longe pendant 30min ou bien tourner en rond dans un marcheur,
Je suis totalement d'accord, et effectivement Emilie dart ton dernier arguments et très juste, et on y pense pas forcément souvent.. Mais que pensez vous maintenant d'un cheval de sport, qui vit au pré avec un copain, donc qui a "a côté" une vie plutôt saine, mais qui est monter et travailler casiment tout les jours? Ici la maltraitance ne serai pas vraiment physique car il ne saute pas des trucs plus haut que lui ou quoi mais plutôt mental non? Le cheval peut apprécier le travaille ou cela reste une grosse contrainte pour lui?
Ce qui me froisse un peu aussi, c'est le fait que beaucoup de chevaux sont destinés à la compétition, de plus ou moins haut niveau.
Ça me chagrine de savoir qu'on fait naître un loulou pour du haut niveau, toute sa vie il sera façonné pour pouvoir faire toujours plus, toujours plus, toujours plus.
Alors que lui n'a rien demandé !

Ça me donne l'impression qu'on fait naître un être vivant uniquement pour ses capacités physiques, et non pour ce qu'il pourrait nous apporter de lui même, par nature.
D'ailleurs on parle de "produit" pour les poulains, ça me fait grinçer des dents ! On ne parle même plus d'animal, ça donne juste l'impression d'un numéro qui rapporte de l'argent.
Émilie Dart je suis tout a fait d'accord avec tes arguments!
Selon moi oui, c'est une forme de """maltraitance""".
On pousse les chevaux a faire des efforts qu'ils ne feraient pas si ils n'y étaient pas obligés, et bien souvent cela entraîne des conséquences physiques et psychologiques.

Par exemple, pour l'obstacle, on force des chevaux à sauter presque leur taille. Ça a des conséquences désastreuses sur les tendons, articulations, dos etc...
C'est le cas pour l'obstacle, mais ça l'est pour de nombreuses autres disciplines, comme les courses, l'endurance, le dressage parfois etc...

Et il n'y a pas que le côté "effort", il y a aussi toute la préparation physique. Chevaux de haut niveau rime avec valeur, donc pour éviter tout risque certains cavaliers mettent leurs chevaux au box, les surprotègent, parfois il y a des cas de maltraitance pour obtenir un geste, comme les chevaux barrés ou le rolkur en dressage etc... Les chevaux sont bien tondus, bien ferrés, bien nourris au grain et aux compléments, alors que quasi tous préfèreraient rester au pré entre chevaux.

Ça prive le cheval de sa nature d'être grégaire, qui doit marcher une 15aine de kilomètres par jour, avec des contacts physiques avec ses congénères, manger presque toute la journée etc... Et tout ça pour de l'argent bien souvent, ou une reconnaissance, ou autre. Toujours plus, au point d'oublier de rendre sa condition d'être vivant et sensible au cheval.
la dernière fois j'en discuter avec ma mère et toute les deux on trouve que le saut par exemple est magnifique et voir les capacité qu'un cheval peut fournir est impressionnant mais on s'est dit que ce n'était clairement pas naturel et que les conséquence (tendons par exemple) pouvait être grosse pour le cheval malgré les soins qu'il leur fourni. Et puis il le font assez souvent donc ce travail est pour nous quelque chose d’excessif (après certains club sont plus a exploiter mais là je ne vais pas m'amuser à comparer chaque discipline, structure...)
De la a dire que c'est de la maltraitance je dirais non et oui (certains en abuse clairement) car pour moi l'équitation de haut niveau se serait comme une "surexploitation" des capacités du cheval, oui il sautera mais pas jusqu'à s'écrouler, on lui demandera juste ce qu'il peut donner mais on pousse les limites on leur demande quelque chose qu'ils peuvent faire mais c'est placer beaucoup trop dans la complexité je trouve. En plus dans la nature le cheval ne va pas s'amuser à sauter hyper haut, a se mettre au carré à la perfection...
Le record du plus grand saut en revanche je trouve que c'est de l'abus et de la maltraitance parce que la vidéo quand je la regarde sa me donne mal au cœur pour le cheval ...
Pour moi ce n'est pas naturel alors quand on me parle des grands cavalier avec leur chevaux d'exception, je répond "oui c'est beau, il y a un magnifique travail et le cheval a une capacité impressionnante mais sa ne m'intéresse pas de suivre des pro car j'aime plus voire une connexion sur un travail à pied sans contacte physique avec l'animal, je trouve sa beaucoup plus magnifique et impressionnant à regarder"
Après c'est comme nos grands sportif que se soit en basket, hand, natation... je trouve que c'est trop, on a pas besoin de autant de sport dans nos vies et aussi perfectionniste .
Profitez de Horsealot en vous connectant avec nos 200,000 membres !
Inscription
X