Y-a t'il un ordre à respecter dans l’apprentissage et la réalisation des assouplissements (transitions inter-allure acquises avant intra-allures, incurvation parfaite avant épaules en dedans, etc...) ?

Ces conseils sont en général destinés à des chevaux déjà bien avancés dans le travail et non des jeunes encore verts dans le travail ...

Et oui ces déséquilibres sont normaux pour un jeune cheval !
@lbhenrio merci pour votre réponse.
En fait je me pose cette question, car si je suis bien consciente que l’on ne pas entamer l'apprentissage De tous les assouplissements en même temps et dans le désordre, j’ai parfois du mal à saisir ce que je lis.
Exemple : pour l’apprentissage des épaule en dedans, on va entamer par une volte avec une belle incurvation pour ensuite demander qq pas.
Et à l’inverse lorsque l’on rencontre des difficultés dans l’incurvation, on va également lire que les épaules en dedans sont le remède à bcp de nos problèmes ..
Donc je suis un peu perdue ..
Je travaille pas mal la mise en condition et l’incurvation avec ma jument mais elle a tendance à parfois se perdre en déconcentration et se positionner en total déséquilibre (un coin de la carriere qui l’intrigue et hop les épaules qui tombent à l’intérieur, bout du nez dehors alors que le reste du cercle se fait sans trop d’encombres).
Cela est sans doute également dû à un manque d’équilibre encore présent.
Il faut respecter l'ordre logique... Du plus simple au plus compliqué et du plus "grossier" au plus subtil.

Chaque cheval étant différent il n'y a pas de règle absolue par contre.

Il est bon de décomposer les mouvements que tu demandes à ton cheval et d'examiner quels connaissances et quels groupes de muscles sont sollicités.
Les nouveautés doivent être abordées progressivement pour ne pas mettre le cheval en difficulté.

Par exemple, une transition intra allure va demander d'avoir un cheval qui connait les aides de base et les reçoit dans le calme et de savoir gérer son équilibre avec un cavalier. Pour y parvenir, il doit avoir un dos musclé, une arrière matin tonique et des abdominaux pour réussir à se redresser malgré la surcharge induite par le cavalier.
S'il n'arrive pas à maintenir cet équilibre, il va débrayer et tomber dans l'allure supérieure ou inférieure. S'il n'est pas préparé correctement ou forcé avec un enrennements il peut mal de muscler ou s'abîmer en travaillant dans le Leucate sens ou avec une physique insuffisante.


J'ai tendance à privilégier une mise en condition physique avant le début du gros du travail sur le plat, avec des balades au pas puis des trottings et du fractionné. En plus ça permet de désensibiliser le cheval a beaucoup d'éléments extérieurs.
Profitez de Horsealot en vous connectant avec nos 200,000 membres !
Inscription
X