Que pensez-vous de l'amputation et de la pose de prothèse sur un membre ? Cela a été fait aux Etats-Unis récemment (lien de l'article en réponse)

j ai fais une prothèse pour un ane il y a 5 ans. (antérieur gauche coupé sous le genoux. C est une prothèse en composite. Jean alex Gautier (voir photo sur ma page)
Pour ma parts c'est une avancer remarquable pour la science, et j'espère qu'il en feront d'autres. Malheureusement je suis réfractaire à l'idée de mettre une prothèse à un animal quel-qu’il soit.

Je m'explique, c'est déjà difficile pour un être humain de s'adapter à ça prothèse. Alors imaginer pour un animal, qui pour lui c'est quelque chose de complètement nouveau/inconnue. Un cheval répartie une grande partie de sont poids (70% si je ne me trompe) sur c'est deux antérieurs, comme la prothèse est quelque chose d'inconnus pour lui il ne se risqueras pas à s'appuyer totalement dessus. Du coup c'est son antérieur restant qui va tout prendre et du coup il va le fatiguer plus vite.
Personnellement je suis pour l'avancer de la science et des technologies mais je suis contre le faite que l'on "impose" à un animal une solution alternative juste pour lui permettre de gagner quelque année de vie au détriment de son bien être mental.
Salut !
Vaste sujet c'est sûr.
Comme tout le monde, je suis en soit partagée. Niveau médical et technologique, c'est top ! Ca prouve qu'on avance et même si elles ne sont pas encore parfaites, elles vont évoluer dans les années à venir (peut être même décennies). Ca peut encore laisser une chance de vivre à l'animal.
Après justement quelle vie lui proposait ? Certains disent que c'est égoïste mais un animal, son intérêt est bien de vivre, quel est son intérêt de mourir ? Mais effectivement, si c'est pour que le moindre pas soit douloureux, l'ordre moral et éthique est de ne pas impossible une souffrance intolérable à un être vivant.
Donc difficile de se prononcer, je pense que l'avenir sera bien mieux, plus confortable et efficace mais malheureusement, il faut bien passer par là...
Hello !

Comme les autre mon avis est partagé ! Les progrès de la médecine sont exceptionnels. J'ai connu pas mal de chevaux retraités avec des pathologies et des membres soudés qui les faisaient boiter mais sans souffrance... mais là on parle d'une rémission très longe et douloureuse.

Quand on compare à un chien ou un chat, ce sont des animaux qui peuvent vivre avec une patte en moins et en dehors de la prothèse, il y a les espèce de chariot a roulette qui leur permettent de vivre un vie quasi normale. Ils peuvent également se coucher à volonté (contrairement aux chevaux a qui ça demande des efforts considérables et dont ce comportement n'est pas journalier)Idem pour les hommes, ceux qui sont amputés ne portent pas leur prothèses H24. Il y a donc toujours des phases de repos.

On peut difficilement enlever la prothèse d'un cheval, qui va forcément moins s'appuyer dessus et ce sont les autres membres qui vont trinquer. Comme dit précédemment : comment faire en cas de pré boueux , chamaillerie entre les chevaux ?
Un cheval amputé ne pourra plus être monté ou même travaillé à pied, ne pourra pas forcément être sorti tous les jours et encore moins être dans un pré avec ses copains (risque d'un mauvais coup qui pourrait déformer la prothèse, boue, pas de possibilité de fuite hors c'est son principal moyen de défense)
Donc en pensant au bien être du cheval : quel est l'intérêt de le garder en vie si c'est pour lui offrir une vie au boxe, sans copains ?


J'ai vu plusieurs histoire de chevaux aveugles ou avec des membres déformés mais pour les chevaux aveugles, un compagnon et un pré sécurisé suffisent à leur offrir une belle vie (une jument aveugle fait même du débardage sous l'œil attentif de son propriétaire qui la drive d'une main de maitre), pour ceux qui ne sont pas montables pour causes d'anomalies physiques, ils arrivent toujours a s'adapter et vivre normalement.

Mais par exemple, la belle histoire de Rosie, la jument aveugle qui a eu un grave accident, qui en est à 2 ans de soins intensif, qui a fait des rechutes, des infections, des dépressions etc ... Je trouve qu'il aurait été plus simple pour le bien être de la jument d'euthanasier...
Même si effectivement la voir trotter de nouveau quasiment sans boiter, jouer dans son pré est un soulagement et une victoire pour sa proprio...
Bonjour Muriel, scientifiquement et techniquement je trouve ça super, et très impressionnant quand on sait les contraintes mécaniques qui s'exercent sur le membre d'un équidé, a fortiori d'un cheval (par comparaison à un âne ou un poney, question de gabarit). Après le côté éthique est beaucoup plus complexe et dépend de très nombreux facteurs : tempérament et "volonté" du cheval, mode et milieu de vie (compliqué à envisager selon moi si par exemple pas d'autre lieu de vie possible qu'une prairie bien grasse voire glissante en pente...), implication du propriétaire à la fois morale, en terme de temps disponible, et aussi financier, proximité/disponibilité de vétérinaire(s) et de structure en capacité de gérer un tel cas (autant un chien/chat amputé passé le post-op immédiat sauf complications, finalement plutôt rares, ça ne demande aucune gestion particulière, autant un cheval logiquement c'est loin d'être aussi simple, et inenvisageable à mon avis sans appareillage, qui lui-même demande certainement un entretien et une surveillance quotidienne)...
Bref je pense que c'est un sujet complexe, éminemment délicat et à envisager au cas par cas sans généralisation possible, du moins pas à l'heure actuelle, mais qui offre un réel espoir pour certains, donc au final une belle avancée pour les chevaux... À voir aussi "à l'usage" comment les chevaux appareillés évoluent, s'adaptent à leur handicap et tolèrent leur prothèse à moyen/long terme...
C'est assez intéressant de parler aussi de finalement "ce que aimerais le cheval", on parle de sa liberté, qu'il serait visiblement mieux au ciel qu'emputer. Mais au final, certe c'est égoïste de choisir pour lui, puisque de tout évidence il ne peut pas le faire lui même, n'ayant pas la parole. Mais qui somme nous pour décider. Peut-être qu'il souhaite continuer à vivre malgré tout.. On voit bien des chevaux aveugles, on leur a privé d'un sens, et pourtant il vive encore heureux. L'euthanasie c'est surtout la facilité, l'économie. J'avais une ponette type shetland, qu'on avait sauver de l'abattoir, on l'avais déjà récupéré vieille elle avait 20 ans, elle avait de l'arthrose dans un des postérieurs, elle ne trottait donc plus, ne galopais pas non plus, elle boitait. Elle vivait avec un autre poney. Elle ne pliais pas tellement le jaret, on a jamais fait de radio mais l'arthrose était sans doute développer dans cette zone. Elle a vécu 20 ans de plus comme ça, bien évidemment défois avec quelque médicaments pendant les crises d'arthroses. Elle est donc morte à l'âge de 40 ans. On a effectivement du l'euthanasier pour la laisser partir car elle ne pouvait plus se relever, c'était vraiment la fin, mais elle a quand même vécu jusqu'à 40 ans, qui est un très belle âge pour un poney. Malgré ces problèmes elle était heureuse et on voyait vraiment qu'elle s'accrochait à la vie à chaque crise d'arthrose. Alors si on a les moyens de s'en occuper jusqu'à la fin, faut tenter de le faire :)
Alors que le cheval sera privé de sa liberté de courir, de jouer, de sortir sans se poser de questions. Il est bloquer en quelque sorte sur lui même alors qu’il aurait été beaucoup plus tranquille là haut...
Je me pose très souvent la même question, l’Homme est de nature égoïste en faisait cela; il le fais pour lui en se forçant à penser que son cheval sera près de lui et surtout vivant
Je préférerais faire euthanasier ma jument, si en plus il y a infection sur la prothèse..... sans parler de la souffrance du Cheval qui ne peut plus partir plein cul galop😢 et suivre les copains. Il faut être réaliste le Cheval sera toujours plus ou moins bancale, et même douloureux, si nous humains ressentons notre membres fantôme avec la douleur que cela implique, les chevaux aussi
La question se pose en effet, mais je pense que la répétition des cas permet l'avancée et l'innovation en terme d'amputation. Donc pourquoi pas, d'ici quelques années, une prothèse moins invasive pour l'animal, voir, qui l'améliore comme le fait une prothèse myoélectrique chez l'humain. (mais on y est pas)
Et à voir selon les douleurs de compensation qui en découlent.
Si on a l'argent, pourquoi pas :) y'a des aspects positifs et négatifs. Après il y a un temps d'adaptation pour le cheval, tout comme pour les humains qui ont subit ce cas de figure. Les humains arrivent bien à courir avec même deux prothèse sur les deux jambes, pourquoi pas un cheval
Moi je trouve ça plutôt bien si un cheval souffre au niveau d'un membre puis cela permet qu'il puisse remarcher c'est juste mon opinion
Je suis "froide" dans ma logique et je considère qu'un animal mort n'est pas malheureux, que ce n'est pas "grave" une fois l'affect passé.

En théorie je serais plus sur une euthanasie qu'une mutilation de l'animal.

En pratique l'affect joue beaucoup... Donc je dirais que sur un très jeune animal (poulain) qui aura le temps de s'habituer à sa nouvelle condition sans "regretter" l'ancienne pourquoi pas.
Pour un cheval adulte, à fortiori un animal de sport ou habitué aux grands espaces je ne le ferais pas car supprimer ou réduire drastiquement la mobilité d'un cheval c'est à mon sens bien plus cruel que de le tuer proprement et rapidement.
Sur un animal âgé, le temps de rétablissement et la fragilisation naturelle des articulations font que je ne le tenterais même pas.

Et maintenant en rajoutant l'aspect financier dans la balance, pour garder une "tondeuse" estropiée ... Franchement je ne sais pas du tout.
On parle de milliers d'euros. Je n'ai rien contre les sauvetages et les animaux qui profitent de leur vie à ne rien faire, mais là c'est tout de même une dépense qui pourrait être valorisé autrement... combien d'animaux en relativement bonne santé pourraient être sauvés avec cet argent ?
Rapport coût/bénéfice peut convainquant je pense

Après j'ai une vision froide, rationnelle. Si demain c'était mon cheval dans la balance je ne sais pas ce que je ferais. Je ne penses pas que je le ferais mais je n'en suis absolument pas sûre
Bonjour Muriel,

je connaissais déjà l'appareillage pour avoir entendu parler d'Aswad, et ensuite de Laska en Corse.

D'un coté c'est une nouvelle avancée médicale, ce qui est très bien et impressionnant, la médecine vétérinaire fait des avancées remarquables ces quelques dernières années.

De l'autre je pense que ça reste un peu délicat malgré tout. On appareil des chiens et des chats, et déjà pour eux je ne crois pas que ça puisse être une solution miracle pour tous.

Ont peut se battre contre une certaine fatalité, mais honnêtement pour ce genre de techniques je crois qu'il faut prendre encore plus en compte le mental, l'état général, la manière de vivre avant l'amputation,... Et essayer de faire un choix assez rationnel sans prendre en compte le coté un peu égoïste et le déni.

Pour te répondre j'ai essayé de me mettre dans la situation au cas où Royal aurait eut une chance supplémentaire de vivre si ont lui amputait la partie basse de l'antérieure, égoïstement je pense que ça aurait été une chose à faire, mais d'un autre coté je pense qu'il n'aurait pas été bien car rien qu'en boitant et en étant gêné quand il était au repos au pré, moralement il m'a bien montrer que ça n'allait pas du tout car il ne pouvait pas bouger comme il l'entendait...

Ca reste difficile de vraiment se faire une véritable idée pour répondre à ce genre de questions car sans être vraiment face au cas de figure où il s'agirait de la dernière chance, ont ne peut pas répondre objectivement à mon sens.

Je touche du bois, j'espère que ça n'arrivera pas.
Voici le lien : http://www.chevalmag.com/chevalmag/Actualites/Divers/Un-cheval-ampute-et-appareille-divise-Internet
Profitez de Horsealot en vous connectant avec nos 200,000 membres !
Inscription
X