Lisa Janusiewicz Non renseigné | 4 Questions | 1 Réponse

Y a-t-il des personnes qui ne monte plus du tout a cheval et pourquoi ?

Y a-t-il des personnes qui ne monte plus du tout a cheval et pourquoi ?
11
Clara je crois que je suis comme toi à culpabiliser de tout voir un peu trop 😅

Et je suis du même avis pour les autres animaux qui sont littéralement utilisé et je trouve dommage que pour les sauvegarder il faut leur trouver une utilisation. Pourquoi pour vivre ils devraient faire un travail ou une activité pour nous et non pour eux?
Encore le chien de traîneaux aiment sa (bien sur il existe des cas où is ne sont pas heureux) le chien n'hésiterai pas sa serait le loup a la limite.
Les animaux n'ont toujours pas la place qu'ils leur faudrait dans notre société 😕
Image Horsealot's top user
oui c'est un point de vue qui se comprend complètement Clara :)

J'ai connu plusieurs chevaux dit "inutiles" car nés avec des déformations ou bourrés d'arthrose jeunes, même un qui suite à un accident au niveau des cervicales est devenu complètement cinglé à la monte. A chaque fois, les propriétaires on eu a cœur d'offrir à leur cheval la meilleure vie possible : contacts et pansages réguliers, vie au pré avec leurs copains ... :) ils sont loin d'être malheureux.

Effectivement, je comprends ce que tu veux dire quand tu parle de "cheval-objet". Mais pour moi, ça ne diffère pas beaucoup des chameau/dromadaires/ éléphants/ chiens de traineaux... A un moment ils ont été nécessaires justement au développement des civilisations et pour les sauvegarder, on a fait évoluer leur "utilisation".

Comme je l'ai dit, le plus important c'est de savoir écouter son compagnon :). Exemple ma jument de 16 ans, malgré des balades régulières a fait un "burn out" des compétitions et de la carrière. Je l'ai alors confié à une jeune fille : retour au pré pour la biquette, balades à gogo (elle adore et pète le feu), monte en licol, jeux, un peu d'endurance, d'éthologie, un peu de plat de temps en temps... Et la jument à complètement retrouvé le moral.
Je n'aurais pas pu lui offrir cette vie là. Pas en région Parisienne. Alors certes je ne l'ai pas vendue mais ça revient presque au même au final.

Je reste une cavalière profondément attachée à la compétition et au travail qui en découle pour beaucoup de raisons. Et les besoins de ma juments ne correspondaient plus aux miens. Réaction égoïste de ma part ? oui et non. Oui car je ne pouvais plus exercer ma passion selon ma vision et non car justement cela aurait entrainé de la frustration et donc une dégradation de notre relation.
Je ne monte plus non plus, ou très très très rarement pour une balade. La citation qu'à cité Mathilde correspond exactement à ce qui s'est passé chez moi.

Avant j'étais une cavalière de club classique, mais je n'ai jamais eu envie de forcer le cheval, donc on disait souvent que je n'avais pas la niaque par rapport à d'autres filles de mon cours qui n'hésitaient pas à remettre le cheval à leur place de façon à mon sens trop violente parfois. J'ai acheté une jument pour le loisir mais vraiment je pense qu'elle n'aime pas être montée (erreurs dans le débourrage aussi) donc je n'insiste plus car elle se sent contrainte.

Je suis devenue comme jess sur certains points, c'est à dire que je culpabilise de tout, je culpabilise de parquer mes chevaux, ça me fait mal quand je vois un cheval seul dans un champ, un cheval au box, ou bien des chevaux qui ne mangent presque jamais d'herbe... Je ne comprends pas que l'on puisse pré-débourrer des chevaux à 2ans et demi, les travailler à 3ans, ou bien les sevrer à 6 mois voire même 4mois. Je suis surement un peu extrême et je pense qu'il faut que je travaille sur moi pour "relativiser" et je sais bien qu'un cheval au box est loin d'être toujours malheureux. Mais actuellement c'est mon état d'esprit, avant je n'avais pas conscience qu'on avait, à mon sens, fait du cheval une sorte d'objet qu'on a formaté à des choses qui ne lui correspondent pas naturellement (je trouve triste de voir un cheval préférer le box au pré, Ca prouve qu'il a perdu une partie de sa nature). Mais je suis également d'accord avec Aude, on ne peut plus changer les choses de toute façon, les chevaux sont domestiqués et sont vraiment dépendants de l'homme. Et je suis d'accord sur le fait qu'un cheval peut être plus heureux avec bride que sans fers et sans mors, le mouvement actuelle d'équitation dite "éthologique" a son bon sur certains points, et peut peut-être amener à éveiller des conscience, mais c'est loin d'être une équitation si douce que ça à mon sens.

Ce qui me dérange (commme Jess je pense?), c'est de me dire qu'on leur impose ce qu'on veut et que c'est aujourd'hui dans un unique but de loisir. Je ne dis pas que c'était mieux d'utiliser un cheval pour la guerre ou le travail des champs, mais cette notion de juste "se faire plaisir" me dérange et c'est pour ça que la notion de centre équestre en tant que tel me dérange car elle illustre à mon sens le "cheval objet". Et puis, la dernière chose qui me dérange c'est cette vision du cheval comme un bien de consommation comme un autre. C'est devenu tellement facile aujourd'hui, de prendre, renvoyer, échanger, notamment avec le développement d'internet. Je reste toujours aussi choquée de voir le nombre d'annonce de chevaux à vendre qui peuvent être publiées chaque jour.

J'ai totalement conscience que de nombreux cavaliers de compétition apporte le plus grand soin à leurs chevaux, donc je ne les blâme pas. Donc ça sort un peu de la question, mais c'est ce raisonnement qui fait qu'actuellement, j'ai du mal à trouver ma place. Et les réflexions type "C'est triste qu'elle ne soit pas montée", "Pourquoi tu la garde alors?", "Ah bah si elle grossit un peu trop, tu devrais la mettre au box pour contrôler", prouve qu'il y a encore bon nombre de personnes pour qui le cheval doit absolument avoir une utilité et servir à quelque chose...
Comme dit le fameux dicton « Quand j'étais petite je croyais que pour aimer les chevaux, il fallait les monter. En grandissant, j'ai compris. D'assise sur leurs dos, je me suis couché à leurs pieds »

Pour moi tout est dit la dedans 😊

Maintenant c’est eux qui m’apprennent
Je suis d'accord avec le fait qu'on lui impose notre façon de vivre ou le fait qu'on le fasse travailler ou autre juste pck le cheval est a nous.

Mais personnellement je préfère un travail qui se fait à pied pour ne pas lui imposer un poid sur le dos(dos qui n'est pas fait pour porter ) le cheval a plus une structure pour tracter par exemple.

Après je sais qu'on leur impose des choses et on va dire que j'embête beaucoup ma mere avec ça.
Par exemple je ne supporte plus voir des chevaux dans un enclos juste parce qu'on les a mis là pourtant des chevaux sont maltraité ou autre mais le fait qu'on leur impose quelque chose m'énerve.
(D'ailleurs j'impose des trucs a ma jument comme le travail, la ballade...) mais j'essayer de l'analyser pour savoir ce qu'elle voudrait (après le problème c'est qu'on ne comprend pas forcément l'animal)

Mais la monte pour moi non. En plus certains utilise mal le matériel ou cache un problème avec.
Donc pour moi, la monte peut être une source plus importante au ni eau des problème et contrainte pour le cheval.
Image Horsealot's top user
c'est intéressant jess ta vision des choses :)

Mon point de vue est le suivant :
Monter à cheval, que c'est une des plus vieilles pratiques de l'humanité. Des peuples entiers vivent de leurs relations avec les chevaux comme moyen de transport, d'agriculture, de troc, mais aussi comme mode de vie (cf mongolie, certaines tribus du moyen orient...)

A partir du moment ou l'on en fait un compagnon: on l'a parqué dans un pré ou boxe en lui imposant un rythme de vie calqué sur le notre (rations de nourriture, distribution de foin...), on l'a rendu dépendant.

Je ne pense pas que monter dessus ou lui imposer des exercices à pied ou même notre présence soient si différent . On "utilise" l'animal pour notre plaisir dans les tous cas ;)

Je trouve surtout que de plus en plus on s'intéresse à l'ergonomie du matériel, au travail du cheval, à son confort (écuries actives etc...). Ils sont de plus en plus considérés comme des êtres à part entière plutôt que comme des outils de travail et compétition.

Au fur et à mesure des années, on a transformé les races de chevaux pour les orienter vers le sport ou le loisir afin de sauvegarder l'espèce.

Donc pour moi, qu'on monte dessus ou qu'on travaille à pied/ balade en main/ fasse juste des pansage etc.. ça revient exactement au même.... Le tout est d'écouter son cheval pour savoir ce qui lui convient au mieux... Comme l'a dit Fréderic Pignon: "j'ai vu des chevaux très heureux avec une bride et d'autres abrutis de tristesse sans longe, sans fer, sans mors "
Moi j'arrête petit a petit, je monte ma jument même pas une heure tout les 3 mois (ballade ou en carrière)
Le cheval n'est pas fait pour être monter et puis il y a tellement d'autre chose a faire avec eux
Image Horsealot's top user
Suite à la vente de ma jument, j'ai décidé de faire un petit break.
Je vais remonter bien sûr et je cherche un nouveau cheval mais ça fait du bien de "couper" car ça prend énormément de place dans ma vie et je me suis rendue compte que j'avais besoin de souffler un peu ^^

Pour le moment ça ne me manque pas .. On verra quand mes coéquipiers reprendront leur saison de concours .. :D
Une amie a arrêté suite à la mort de son 1er cheval elle n'arrivait plus à monter les autres elle a tout arrêté
Comment ça vous avez changer d'optique ?
Moi je ne monte plus 😊 j’ai changé d’optique sur l’équitation. Pourtant ils ont 12 et 15 ans et ils sont en pleine forme !
Inscrivez-vous pour vous connecter avec +100 000 cavaliers !
Inscription
X