Les concours de saut d'obstacles ont évolué techniquement, si les cracks passés pouvaient revenir, pensez-vous qu'ils seraient toujours aussi compétitifs?

Alors en effet, je ne pense pas que les chevaux d'avant pourraient être aussi compétitifs. On a besoin de chevaux tout aussi fort mais plus légers, plus agiles, qui sont capable de tourner court , de se rassembler facilement et avec beaucoup de sang pour être capable d'agrandir les foulées rapidement. Il doivent, à l'heure actuel, avoir naturellement bcp d'équilibre.
Je parlais des cracks chevaux passés :)
Michaël Whiteaker est toujours un concurrent très redoutable et pourtant c'est un cavalier de 58 ans. Il a vu évoluer les parcours et il est toujours là.... Roger yves Bost est aussi un cavalier qui a vu augmenter la technicité des parcours, et malgré une façon de monter assez particulière, il est tjr présent. N'oublions pas que ce sont les cracks du passé qui ont appris à la nouvelle génération, comme chez les Philippaerts, ( le père a formé le fils). Quand on est doué, peu importe l'époque. Il faut surtout le cheval qui convient.
Je pense que ils ne seraient pas aussi performants car les parcours évoluent et les cracks passe ont été des cracks sur les parcours passés. De plus, si ils « reviendraient » il ne pourrait pas laisser les nouveaux cracks se démontrer car ils gagneront casi tout le temps
Pour ma part, je pense quand même que sur l'obstacle et complet les parcours sont bien plus techniques donc en soi certains cracks n'auraient peut-être pas eu les mêmes performances vu que la performance demandée est justement différente, plus précise, plus accès sur un paquet de détails poussant plus à la faute qu'auparavant. L'élevage, les chevaux recherché ont changé par rapport à il y a 20 ans. Mais il ne faut pas oublier...L'équitation surtout au niveau professionnel évolue énormément. (l'entraînement et la préparation sont vraiment différentes, et ce pour toutes les disciplines par contre). En dressage les épreuves n'ont pas forcément changé mais effectivement l'élevage et l'équitation ont tous les deux varié en parallèle l'un de l'autre d'où la différence de niveau avec il y a 20 ans. Pareil, à mes yeux il n'y a pas de réponse absolue et les chevaux d'il y a 20 ans n'étaient pas tous les mêmes, certains auraient peut-être tenu le choc des générations plus que d'autres.
Les parcours ont beaucoup changés ! Avant on demandait une grosse capacité de saut, avec des obstacles énormes qui se franchissaient plus à la volée. Maintenant, on est plus sur du travail de contrat de courbe, les obstacles sont plus légers et moins habillés...
On peut aussi ce poser cette question. Est-ce que les cracks d'aujourd'hui pourraient accomplir les exploits du passé ?

Certes le CSO à évolué techniquement, mais il est moins physique qu'il ne l'était autrefois. Les obstacles d'aujourd'hui sont ridiculement bas par rapport à ceux d'hier. Petit rappel : record du monde de hauteur en CSO, 2.49m réalisé le 28 mai 1949 par Huaso sous la selle de Alberto Larraguibel

Comme en CSO, le CCE a lui aussi évolué techniquement. Si on demandait aux couples d'aujourd'hui de faire des complets d'autrefois. Ils seraient quasiment tous éliminés ou forfait. Par contre l'inverse ne se pose pas, vu que des cavaliers (surtout britannique) comme Mary King, qui remportait de nombreux CCI avant 2004 (et sauf erreur de ma part) elle n'a jamais pu remporter après ça un complet. Avant tu pouvait être le dernier après le Dressage, et te retrouver sur le podium après le fond.
De mon point de vue, la réponse se trouve dans la question : "Les concours de saut d'obstacles ont évolué techniquement".

A l'instar des compétitions elles-mêmes, les chevaux d'hier et d'aujourd'hui sont bien différents, du fait que, justement, on ne leur demande pas les mêmes performances qu'hier.
Cela se sent dans d'ailleurs ne serait-ce que dans le modèle du cheval de sport européen, qui s'est globalement bien affiné du côté obstacle.

Effet de cause, de cause à effet, l'un ne va pas sans l'autre.
Tout est voué à évoluer dans le temps : la génétique, les techniques d'entrainement, les performances, la technicité des parcours, etc...
Bonne question... à laquelle (à mon avis...) il n'y a pas vraiment de réponse. Les parcours ont changé, la sélection des chevaux, les méthodes d'entraînement, mais aussi le rythme de travail sur l'année (il y a potentiellement un -voire plusieurs- gros concours chaque week-end, beaucoup plus qu'il y a 10, 15 ou 20 ans) donc la réussite et la carrière d'un cheval sont influencées par beaucoup plus de paramètres que "juste" la construction des parcours. Mais bon, un crack reste un crack, aujourd'hui ou hier s'ils ont le mental et les moyens, et bien sûr s'ils trouvent le "bon" cavalier (Jappeloup aurait-il été Jappeloup sans Pierre Durand -et aussi sans son éleveur qui a suffisamment cru en lui pour insister- , et réciproquement ? Pas si sûre...) il n'y a pas de raison qu'ils ne gagnent pas. Par contre est-ce qu'ils auraient eu la même carrière et qu'on parlerait encore autant d'eux des années après ça c'est plus difficile à dire je pense.
Honnêtement, je pense que si ils avaient la rage de gagner avant, ils l’auraient encore mais peut-être qu’ils ne seraient plus toujours gagnant étant donné de l’evolution technique des parcours et que les manières de travail ont aussi bien changées.
Profitez de Horsealot en vous connectant avec nos 200,000 membres !
Inscription
X