The equestrian lifestyle community.

Retour au feed

Comment voyez-vous l'équitation dans 20 ans ? :)

Comment voyez-vous l'équitation dans 20 ans ? :)
Des poneys volants
Moi perso je pense que dans 20 ans l'équitation c'est sûr sera "technologique" mais je pense de plus en plus cher.... et j'espère que l'éthologie ou de TAP ou même la liberté seront plus développés dans les clubs équestres et de même que les moniteurs y seront formés. c'est ce qui me manque actuellement. car les formations sont très chères.
L'équitation dans vingt ans vas être technologique pour améliorer le travail et le bien-être de nos animaux
J’espère que l’équitation dans 20 ans restera la même qu’aujourd’hui car pour moi et pour beaucoup d’autres c’est une passion. Tout ceux qui ont goûté à l’equitation ne veulent plus s’en détacher (moi en particulier) 😂 Voilà, j’espère que tu liras mon sincère message
Bissss
Lucie 🐎
Dure question 😅 disons tres connectée et avec du matos encore plus cher
Bonjour Alexis,

voir l'équitation comme le monde équestre dans vingt ans est très difficile surtout si ont ne veut pas être hyper optimiste ou hyper négatif.

Tout ce que j'espère, c'est que les mentalités changeront entre cavaliers/propriétaires. On est à une heure où je trouve malheureux de voir des dérives de partout, et où on est tout de même un peu à la limite de la sélection, entendons par là tous les débats sur divers réseaux sociaux sur ce qui est bon, ce qui est diabolique,... J'aimerais réellement que les esprits ré-apprennent à s'ouvrir et que la mentalité du "cas par cas" revienne un peu, qu'on arrête de se borner sur une idée sanctifiée en suivant les modes et en se fermant à tout le reste.

Professionnellement parlant je ne suis pas positive sur le côté pro de la filière...Lbh l'a très bien dit, le marché est saturé et l'accès à des formations de plus en plus courtes devient ouvert à tous sans compétence. On apprend pas à être un bon groom en 9 mois de formation en alternance et avec de l'hippologie hyper basique ou en apprenant à monter et faire des figures de manège correctes en groupe, je suis crue dans mes propos mais honnête...En Belgique en tout cas...De plus la plus grande partie du marché de l'emploi dans ce cas est à celui qu'on paiera le moins cher pour le moment, niveau TVA les Belges sont déjà depuis longtemps à un taux à 21% si je ne me trompe pas sur le chiffre donc difficile de penser à des taux plus bas quand on en a pas spécialement connu.

Si je dois positiver, je dirais que dans 20 ans, le monde équestre sera redevenu plus tolérant, moins porté sur la diabolisation de tout et sur le "C'est écrit comme ça donc c'est comme ça qu'on fait et pas autrement" et plus sur la réflexion et la connaissance de chaque cheval comme individu particulier pas une connaissance généralisée regroupant tout le monde en une seule et même méthode et vision. En gros, moins vouloir forcer les chevaux à entrer dans un moule tout fait que ce soit pour la nourriture, les fers, le mode de vie, les embouchures, la manière de monter,...Pour le moment, de mon point de vue, on est pas loin de la catastrophe.

Niveau médical je pense qu'on arrivera à de nouvelles techniques et possibilités, c'est déjà très bien parti en tout cas. Sans doute plus de travail solidarisé et tolérant entre les vétérinaires et les techniques alternatives comme l'aide de la phytothérapie et autres remèdes naturels. Beaucoup de choses changeraient d'un point de vue médical pour nos chevaux, la clinique où mon grand est suivi commence à intégrer l'argile, le miel,...dans les soins, et on a pas encore fait le tour. Je pense à la nutrigénomie pour nos chevaux par exemple, encore refusée en europe comme étant une vraie science tandis qu'à l'étranger cette technique est déjà utilisée pour des chevaux de courses et a déjà prouvé une grande efficacité sur des chevaux de couses atteint de tendinite par exemple.

Et pour l'élevage, difficile à dire car pour le moment les "normes" du cheval de compétition changent énormément.
Toujours aussi important
Se projeter dans 20, c'est très difficile.

Mais je dirais que la technologie prendra de plus en plus de place dans le domaine de l'équitation (abreuvoir automatique avec compteur, distribution de la nourriture, gestion du travail, etc...) au fur et à mesure du temps .

Pour ce qui est de l'enseignement de la discipline, je ne la vois pas spécialement évoluer dans le bon sens. Il n'y a qu'à voir le niveau de plus en plus au rabais que l'on voit fleurir au fil du temps, que ce soit pour les jeunes cavaliers ou pour les jeunes BPJEPS, qui, de façon globale (j'ai bien conscience qu'il ne faut pas mettre tout le monde dans le même panier) fait plus "animateur" qu'enseignant.
Ceci doit sans doute prendre racine dans le fait que l'équitation est un sport qui s'est vulgarisé ces dernières années, passant de "sport de riche" à "sport tout public" dans les consciences collectives. Les inconvénients qui vont avec, comme le fait de tout vouloir faire le plus vite possible, comme galoper, voire même sauter avant de savoir tenir correctement en selle. Ou même obtenir un cheval en place en lui mettant des ficelles et en lui cisaillant la bouche, le tout sans réellement le travailler correctement à côté.
La comparaison qui me vient de suite à l'esprit est qu'on passe d'une cuisine où chaque aliment est vérifié avant d'être utilisé à une cuisine fast-food, où on prend les aliments sans vérifier la qualité de ces derniers. :o

Ce qui fait que, de fil en aiguille, cette détérioration se fait ressentir à tous les niveaux de cette discipline.

Cependant, on peut, à contre-courant de ce que j'ai pu marqué ci-dessus, se rendre compte que les mentalités commencent à changer depuis quelques années, se concentrant de plus en plus autour de l'animal et de son bien-être. Non, je ne parle certainement pas "d'étho-magie", de tours de cirque, de monte en cordelette, de lavage de cerveau de l'animal, ou autres dérives du genre qui donnent l'illusion de comprendre et de communiquer avec son cheval comme s'il s'agissait d'un petit chien, faut pas oublier qu'on a un animal de 500kg en face de soi.
Je parle plutôt de tout ce qui est lié au respect de son mode de vie (paddocks paradise ou écuries actives pour ne citer que ces deux modes de vie), au respect de son anatomie (saddlefit, bitfit, pose ou non de fers, etc...), et de sa croissance (travail adapté à la condition et l'âge), évidemment à l'éveil de conscience de quelques cavalier.e.s et hommes/femmes de cheval qui tentent de faire changer les mentalités, et je suis certaine d'en oublier.

Pour conclure, je ne suis malheureusement pas optimiste dans les grandes lignes, surtout en ce qui concerne l'enseignement, qui ne fait malheureusement que suivre la tendance "populaire" de ce sport, mais une lueur d'espoir naît malgré tout à travers tout ça, via l'éveil des consciences de certain.e.s cavalier.e.s qui, je l'espère, saura chambouler cette spirale vers laquelle se dirige l'équitation.
beaucoup plus de travail à pied, de travail en douceur et respect du mental du cheval, je l'espère
Je pense que la situation économique pour les éleveurs aura atteint un point de non retour, ou ne sera pas loin d'y arriver...

Aujourd'hui, avec la hausse de la TVA c'est déjà un métier mis à mal. L'inondation du marché avec les chevaux reformés de courses n'arrange pas les choses car ils tirent les prix à la baisse.
Je vois ça avec une disparition des petits élevages de chevaux de loisirs, avec de la place pour l'excellence ou l'originalité mais pas beaucoup plus (en élevage pro je parle).

J'espère être trop pessimiste !

Au niveau monte, j'espère qu'il y aura plus de mixité dans les idées. Que le travail à pied et le "sans rien" aura évolué vers un libre accès à la compétition dans la limite du respect et du contrôle.
S'il n'y ai pas de "plafond de verre" en compétition pour les cavaliers sans mors par exemple.

Pour ce qui est des normes je suis dubitative... Beaucoup de normes ça tue les éleveurs, et en même temps il en faut un animal en bonne condition n'est pas juste nourri et traité dans violences physiques. Il faut rester raisonnable.

Il n'y a pas que des particuliers dans l'équitation !
Donc j'espère qu'il y aura un poil plus de sélection (non financière) à l'entrée des études équestres, on voir trop de personnes incompétentes ou sous qualifiées qui ne trouveront jamais de travail dans le milieu équestre. Le marché est saturé... Ou dans l'idéal des études équestres plus transversales permettant une reconversionb plus grande (agricole, communication...)
Personnellement, je vois l'équitation évoluer dans le bon sens, aujourd'hui, les gens commence à être plus "mature" dans leur comportement à côté du cheval, j'espère que cela continuera à évolué au fil des années ^^ Quand à l'éthologie, dans 20 ans, je la verrais encore en développement, mais ça serait une super discipline qui serait beaucoup pratiquée, ou du moins c'est ce que j'aimerais, et aussi que les lois comme l'a dit Emilie, soit plus renforcées, et surtout des normes pour le confort des chevaux, des normes pas que sanitaire, mais aussi niveau matériel, pour les centres équestres, par exemple, une normes pour que les selles des chevaux soit un minimum adapté à leur dos, on ne demande pas grand chose mais au moins ça, ils ont déjà assez à subir comme ça avec les cavaliers qui ne savent pas forcément gérer un cheval, pour en plus leur mettre un selle pas confortable pour eux, et aussi ce qui serait génial, c'est qu'il y est une loi qui impose au centre équestre de changer l'intégrale de leur sellerie tout les 5/6 ans, histoire de voir du neuf dans les selleries, mais la je voit très loins, je crois même que ça ne sera jamais fait, peut-être que beaucoup ne seront pas d'accord avec moi, mais moi c'est comme ça que j'aimerais que ça soit dans 20 ans :)
Je ne suis pas d'accord avec toi Noemie ^^ Comme le dit Mathilde, les mentalités changent, les gens sont de plus en plus sensibles au bien être du cheval, à ses besoins fondamentaux, ce qui rejoint un peu l'éthologie.
Je pense (et j'espère !) que ça aura encore plus évolué d'ici 20 ans, que beaucoup de gens arrêteront de simplement mettre un licol en corde pour décréter faire de l'éthologie, et qu'ils travailleront vraiment leurs chevaux avec cette méthode.

J'espère également que les lois pour posséder un ou plusieurs chevaux seront beaucoup plus strictes, ça permettrait d'éviter toutes ces situations d'abandons et de maltraitances qu'on constate de plus en plus.

J'espère aussi que la médecine aura fait des progrès, pour la fourbure par exemple, puisque ma juju est concernée. Je me rends compte que finalement on ne sait pas grand chose de cette maladie, j'aimerais qu'on en sache plus sur comment la soigner. Et ça vaut aussi pour tout plein d'autres maladies !
@noemie 2748, je suis d'accord mais pas sur l'éthologie qui pour moi reste un domaine en développement et un fondamental qui ne devrait pas s'effacer au détriment des technologies, enfin... J'espère ;)
Je pense que ce sera ultra technologique comme dans tout les sports et du coup l'éthologie aura disparu..
Avec plus de jugeote sur le cheval en général 😊 les mentalités changent doucement et les gens commencent à se poser les bonnes questions petit à petit