Un centre équestre dans le Jura a été condamné pour cause de surpâturage et destruction de l'eco-système, savez-vous combien d'hectare minimum doit avoir un cheval ?

On m'a souvent dit 1 hectare par cheval mais je n'en sais rien
Je pense que 8 mille mètres carrés ça suffit pour 1 cheval
Je vous mets l'article sur mon profil si vous voulez le consulter.
http://www.paturage.be/paturage/gestion_pre/gestion_pre.html
Ah j'ai confondu les cas de saisie ^^

Je n'ai pas regardé le cas de saisie que tu cite, sans photos et détails c'est un peu dur d'avoir un avis mais... Si vraiment le sol est dégradé (et c'est rapide, dès lors qu'on est en intensif les pâtures sont très sollicités) sur une surface importante au vu de l'aire de répartition des espèces citées ça ce justifie.

Il faut aussi savoir que la sanction ne tombe pas comme ça, il y a des mises en demeure plusieurs mois avant et les personnes fautives peuvent rectifier le tir d'une manière ou d'une autre.

"L'erreur est humaine mais persévérer dans l'erreur est diabolique" pour une traduction grossière du dicton latin.

Après, réduire le chargement des parcelles à un niveau adapté à la préservation du milieu c'est pas facile avec des chevaux ! En entretien de parcelle sensible on est entre 0.1 et 0.15 UGB/ha à l'année et jusqu'à 0.2 UGB/ha à l'année sur des parcelles sensibles moins "en danger".

Ça veut dire que pour un cheval de selle classique (0.71 UGB) qu'il faudrait entre 5-7ha pour respecter ce chargement de préservation !!!
Dans ce cas (dans Le Jura) les chevaux auraient trop abimé des espèces végétales protégées sur lesquels certains papillons (eux aussi protégés) font leurs oeufs lors des périodes de reproduction.
Un éleveur bovin dans des conditions pareilles aurait eu des soucis avec la "dsv" aussi... Et les associations de protections animales auraient crisées pour imposer des sanctions plus lourdes et non pas pour annuler la sanction.
À Samoëns, non seulement le chargement nuisait à l'écosystème fragile (montagne donc plutôt un chargement extensif en théorie alors qu'on était clairement sur de l'intensif) mais les conditions étaient considérées comme problématiques : absence de source d'eau (naturelle ou "de ville") et d'équipement agricole pour approvisionner les animaux (pas de tracteur, donc limite pour apporter le foin et l'eau, pour vider le fumier...) et des installations pas adaptés à un professionnel (abris branlants et non curés, crotins non ramassés dans les paddocks, grains moisis...).

C'est une accumulation de conditions limites qui a causé le retrait des animaux eu pas le seul chargement excessif (il n'existe aucune norme à propos du chargement par ha tant que les animaux et le terrain restent en bon état).
Merci pour vos réponses !

En effet, la sanction est assez lourde, surtout si les chevaux ont l'habitude de vivre de hors et non en box.

Et quand certains agriculteurs utilisent "par mégarde" des pesticides sur des zones natura 2000, arrachent des haies sans autorisation et saccagent les rives d'une rivière, ils n'ont aucune sanction...
Alors ça va dépendre de tes critères et de la gestion du pâturage : pâturage permanent, tournant ou au fil. La gestion agronomique des parcelles à un impact, une prairie pauvre non cultivée, un herbage pour entretien de zone sensible (qui impose de l'extensif), des prairies en rotation longue ou permanentes semées (4-5 ans en herbe avec un mélange plus basé sur RGA-TB ou mélange d'espèces), des prairies en rotation courtes (1 an en herbe, RGI-TI)...

Si tu cherches l'autonomie en fourage, ou un intrant en foin c'est différent aussi.

En extensif on est sur des chargements <0.6 UGB/ha sur l'année de mémoire. C'est très dur à appliquer et c'est réservé aux zones type natura 2000 ou haute montagne.

Au delà on est en intensif, et on considère qu'au delà de 1.6UGB/ha sur l'année (ou 4UGB par ha sur la période hivernale) on est sur du surpâturage et en hiver on risque une dégradation importante et difficilement récupérable de la parcelle semée.

Pour un confort alimentaire (avec stockage de fourrage) on considère en intensif avec des parcelles gérés de façon intelligente (terre riches semées et amendées et en pâturages tournants) un chargement acceptable de 1.1-1.4 UGB/ha à l'année. Et encore, avec un tel chargement il est conseillé de rentrer les animaux en stabulation en hiver pour préserver la parcelle...

Pour les UGB, point cours ici : http://www.techniquesdelevage.fr/2015/07/estimation-du-chargement-en-paturage-equin-le-systeme-ugb.html
Bonjour Justine, en effet pour des chevaux au pâturage on compte en moyenne 1 hectare/cheval mais c'est à moduler en fonction de la richesse du pré (1 ha ne "nourrit" pas pareil en Normandie et dans le Sud 😉). À voir aussi en fonction de la gestion du troupeau et des pâtures (si possible notamment faire des rotations pour laisser reposer) pour éviter l'épuisement des sols, une trop forte pression parasitaire etc...
1 hectare par cheval uniquement dans le cas où ils sont à l'herbe toute l'année ! Sinon pas de surface définie si l'on complémente en foin à l'année.
Bonsoir Justine,

dans mes souvenirs, c'est 1 hectare PAR cheval.
Profitez de Horsealot en vous connectant avec nos 200,000 membres !
Inscription
X