Emma Efe minkoue Complet | 7 Questions | 35 Réponses

Pensez-vous qu'il soit nécéssaire de monter un poulain dès l'âge de 4 ans ou qu'il vaut mieux attendre qu'il finisse de grandir complètement vers 6/7 ans ?

Pensez-vous qu'il soit nécéssaire de monter un poulain dès l'âge de 4 ans ou qu'il vaut mieux attendre qu'il finisse de grandir complètement vers 6/7 ans ?
9
D'accord merci de ton avis c'est interressant 😊
Perso, je préfère les apprentissages jeunes. Exemple à 3 ans ton cheval fait 158cm et pèse un petit 500kg, à 7 ans il fait 5/6 cm de plus et à pris au moins 70kg, c clichés mais le contrôle n’est pas le même, si à 7ans il décide de te jeter. Je suis plus dans La continuité, avec des poses vacances
@matbo merci pour ses informations , j'essaie de me renseigner le mieux possible pour que le poulain dont je m'occupe est la meilleure éducation possible !
Au niveau du physique, il est évident qu'il faut en tenir compte. Un cheval plutôt trapu, avec un dos court et fort sera plus rapidement en mesure de porter un cavalier sans risques qu'une grande perche au dos long et peu musclé.

Mais je rejoins les avis sur les capacités d'apprentissage : un poulain aura plus de facilité à accepter le travail si il "grandit avec". Autrement dit, un poulain manipulé et monté assez tôt verra le travail comme un élément de son quotidien, et ne s'en formalisera pas.

Un cheval de 6 ou 7 ans - même ayant connu le travail à pied - n'aura pas prit cette habitude. Ses habitudes quotidiennes seront modifiées lorsqu'il faudra le mettre au travail. C'est aussi ce bouleversement dans ses habitudes qui peut rendre un cheval rétif à l'apprentissage. On néglige trop souvent le stress occasionné dans ce cas : d'un côté, le cheval a déjà une routine de vie bien ancrée, et de l'autre, il est encore assez jeune, n'a pas vécu beaucoup de situations potentiellement stressantes. Alors quand on le sort de son box ou de son pré à un horaire inhabituel, qui plus est pour lui poser un truc flippant sur le dos, puis lui grimper dessus, et lui demander des efforts, ça peut vite être la panique.

A l'inverse, un poulain manipulé en main dès sa naissance, puis régulièrement travaillé en longe, habitué à porter la selle (ce qui peut se faire très tôt sans souci), et le filet, sera bien plus disponible vers 3 ou 4 ans, parce qu'il n'y aura pas de "rupture" dans son apprentissage. Il sera dans une période où il apprend et découvre des nouveauté chaque jour, il sera donc bien moins impressionné et réticent face à cette bizarrerie supplémentaire que de lui monter sur le dos.

Le cheval plus âgé, lui, aura appris les bases en main au même âge que le poulain. Cependant, si l'on attend la fin de sa croissance, il y aura une période "creuse" où il verra moins de nouveautés, et c'est là que s'ancre la routine. Quand il faudra briser cette routine nouvellement acquise pour commencer le travail monté, le cheval pourra se montrer très stressé et perturbé.

De fait, si le cheval en est capable physiquement, mieux vaut privilégier une continuité dans l'apprentissage, sans "pause" trop longue sans voir de nouvelles choses. Si ses capacités physiques ne le permettent pas, alors il faut essayer d'éviter de tomber dans la routine, et continuer les apprentissages et les découvertes. Passage de bâche, exercices complexes en main, mobilisation des hanches, des épaules, désensibilisation, balades en main sur des circuits nouveaux, habituation au matériel de monte (selle, filet, guêtres, bonnet, martingale, collier de chasse, voire bride...).

Les longues rênes peuvent, dans ce cas, être un excellent moyen de préparer le cheval à la monte (codes établis pour ce qui est du contact avec la bouche). Il ne faut d'ailleurs pas hésiter à les utiliser aussi avec un cheval monté jeune, pour préparer les codes qui serviront une fois en selle. Avec un cheval qui a déjà l'habitude des demandes liées à sa bouche, une grosse partie du travail en selle sera déjà faite. Sans oublier que cela donne une "assurance vie" au cavalier : quand on monte un jeune cheval qui n'a encore aucun code, cela peut s'avérer complexe de lui demander l'arrêt s'il vous embarque. Si en revanche le code de l'arrêt via la bouche est déjà maîtrisé, cela donne un moyen "d'arrêt d'urgence".

Il faut donc tenir compte du physique du cheval, et s'y adapter, pour éviter la rupture dans l'apprentissage et permettre une évolution continue et en douceur, sans occasionner de stress.
Merci à toutes vos réponses , chacune d'entre elles m'enseignent beaucoup !
Image Horsealot's top user
Salut Emma,

Un cheval de 4 ans est plus maniable qu'un cheval de 6 ou 7 ans qui aura déjà pris de la force et du caractère.
L'avantage c'est qu'à 4 ans, ce sont des éponges et son assez perméables.. La progression et l'apprentissage se font sur une plus longue période mais au final, on acquière des chevaux à "notre main". Comme ils sont plus fragiles physiquement et mentalement, un mauvais démarrage peut bousiller un cheval !

Dans mon écurie nous avons l'exemple d'une jument qui était sensationnelle à 5 ans puis changée d'écurie et mal monté à 6 ans et maintenant (à 10 ans) c'est une purge qui ne saute plus et est limite dangereuse à l'obstacle..

Un jeune bien démarré, c'est un bonheur pour la suite (a condition bien sur que ça soit fait dans le respect et l'intégrité du poulain) ^^

A 6 ou 7 ans, ils ont terminé leur croissance mais ont aussi pris de la force et du caractère .. donc leur faire accepter le travail, les exercices etc.. est parfois moins évident ou aisé !
En revanche la progression est bien plus rapide. Là où il te faut 3 ans de travail avec un 4 ans, le 7 ans le fera en 1 an.. ;)
Les capacités physiques de votre cheval et sa faculté d'apprentissage sont des paramètres à prendre en compte.
La faculté d'apprentissage dépend beaucoup du tempérament (inné et acquis). Attention à certains chevaux débourrés tard qui supportent mal le contact avec l'homme, l'autorité... Il leur faut souvent plus de temps pour se faire à notre volonté. Plus jeunes ils apprennent souvent mieux.
Les capacités physiques doivent toujours être prises en considération. Cependant, un cheval avec une excellente condition physique vous impressionnera plus facilement lors de la première monte et peut avoir des facilités à échapper à vos demandes.

La solution c'est de ne pas tarder dans le temps tout en adaptant le niveau d'exigence de vos séances en terme d'effort nerveux et physique (que ça soit à pied ou à cheval).

Un peu d'anthropomorphisme: une grande proportion d'athlètes s'entrainent pendant leur croissance (apprentissage locomoteur, proprioceptif, musculation) et peuvent atteindre leur pic de performance à la fin voir juste après la fin de leur croissance. Peu de personnes arrivent à être performants et à éviter les blessures en commençant le sport tard.
Le "aucune résistance" je reste dubitative mais j'ai déjà vu des chevaux montés tardivement.

C'est libre à toi, et c'est certain que d'un point de vue ostéo articulaire ce sera bénéfique.
Et de commencer plutot le travail à pied à 4 ans. Le débourrage du poulain pourrait alors etre adoucie car le dos du cheval serrait plus muscler et ainsi le Cheval aurait moin de difficulté à supporter le pouf du cavalier et n'aurait insu aucune résistance
Inscrivez-vous pour vous connecter avec +100 000 cavaliers !
Inscription
X