Quel est votre avis sur l’utilisation de mères porteuses dans le haut niveau ?

Je vais aussi continuer dans le même sens de ce qui a été dit je suis assez d'accord. Et puis "la nature" c'est bien joli mais de nos jours on voit aussi ce que ça fait les "élevages" qui "laissent faire la nature" avec l'absence de suivi, le risque et l'arrivée de jumeaux, des poulinages très difficiles évitables (ou parfois septicémie suite à l'absence de délivrance à temps...), problèmes d'aplombs graves sur des poulains pas toujours nés à maturité parfaite au niveau des pieds qu'on commence à parer après 8 mois (au secours), etc etc. Il ne faut pas croire, l'argument de la nature n'est pas forcément une référence pour tout.

Par contre une jument à la compétition qui doit être inséminée/prélevée ne doit pas forcément arrêter toute compétition, néanmoins le stress à répétition peut altérer ses cycles hormonaux et l'empêcher de prendre. Une fois prélevée la retombée des hormones peut entraîner des contre-perf quelques semaines ensuite par contre.

Pour des juments d'âge qui ont toujours concouru ça permet d'enlever le risque lié à un premier poulinage tardif et à les faire reproduire quand même et non plus uniquement les étalons qui ont de fait une valeur commerciale toujours plus élevée jusqu'ici.

Ça a un coût et tant mieux, j'en vois plutôt les travers pour les juments porteuses qui sont parfois vues comme des choses à rentabiliser mais ce n'est pas forcément le cas partout. À savoir que malgré un TE la mère porteuse rentre quand même dans l'équation même si ce n'est pas son matériel génétique... (raison pour laquelle il n'est plus utilisé de mère porteuse de race lourde par exemple). Si cela garantit qu'une jument s'occupe bien du poulain je ne vois que du bon sur ce plan-là (effectivement si la mère génétique a été sevrée trop tôt ou elle-même privée de sa mère par les aléas de la vie, la santé du poulain peut s'en trouver très gravement mise en danger ne serait-ce que si on a des difficultés à lui faire boire suffisamment de colostrum).
Je pense que les autres ont pas mal résumé ^^

Je rajouterais que cela permet à des juments de continuer leur carrière sportive et tout simplement leur vie. La mise à bas représente un risque et les juments peuvent en mourir ou garder des séquelles physiques.. donc si on voulait les remettre à la compétition derrière c'est compliqué.

De plus, les juments de compétition doivent bénéficier d'un arrêt de plusieurs mois avant la gestation afin de maximiser les chances de réussite. Trop musclées, habituées aux entrainements, au boxe ou au soins quotidien.. le choc peut être violent.
Si il est réalisé correctement est dans le respect du cheval, je n’en pense pas qu’il y est un problème cela peut évité de nombreux problèmes et à de nombreux avantages tel que :

-pouvoir mettre à la reproduction des juments âgées ou ayant des problèmes durant la gestation mais avec une bonne génétique

-la possibilité de concilier carrière sportive et carrière de reproduction pour les hument à grande valeur génétique

-avoir plusieurs poulains à naître sur une même donneuse sur une même année

-mettre de jeunes juments prometteuses mais trop jeune pour supporter une reproduction à la reproduction

-mettre des juments poulinant tardivement à la reproduction plus tôt pour quelles soit à la plus tôt à l’an reproduction l’année d’apres

-accélèrer la progression génétique

Bien sûr il y a des inconvénients

-la synchronisation des juments receveuses et de la donneuse coûte chers

-le suivi gynécologique de la donneuse est très important

-le matériel de laboratoire et les fournitures à usage unique ou stérilisées sont coûteuses

-les bâtiments et équipements doivent être adaptés

En bref c’est très coûteux et complexe à réaliser, çe prix s’explique aussi car les personnes qui doivent le réaliser demande une certaine expérience ainsi qu’une licence de chef de centre.
Voilà voilà
Du côté "naturel", je sais que ça n'est pas une excuse, mais si on refuse le transfert d'embryon doit t-on accepter l'I.A. et pire l'IAC qui permet de faire reproduire un étalon décédé depuis des dizaines d'années?
Nous avons envisagé un transfert d'embryon pour une de nos juments malgré qu'elle ne tourne pas à haut niveau. C'est la dernière femelle d'une souche maternelle top : depuis sa grand-mère 12 chevaux sur 13 sont performants en cso, 7 sont indicés au dessus de 140. Notre jument à 14 ans, elle tourne très bien (91 victoires sur 360 tours en am2/am1, 18.000€ de gains) et on ne veut pas l'arrêter.
On a en fait décidé de pas le faire déjà pour des raisons financières mais aussi car la jument à un caractère très particulier qui aurait obligé à la shooter pour toutes les échos, insémination, prélèvements, etc qui sont très nombreux pour un transfert.
Donc pour te répondre ça ne me choque pas car l'utilisation de mère porteuse n'est pas (dans la grande majorité des cas) pour multiplier les produits d'une même mère mais pour permettre qu'elle continue la compétition.
Bonjour Maud,

ça dépend sous quelles perspectives ont regarde, un peu comme tout en fait.

Pour ma part je me place en tant que propriétaire n'ayant pas de jument, plutôt que de chercher à acheter une jument pour diverses raisons, le transfert d'embryon peut me "sauver" si je souhaite avoir un poulain.

C'est aussi une manière pour les propriétaires de pouvoir créer un mariage par lui-même. Pour un amateur qui à les moyens et qui veut un mariage particulier, c'est donc plus faisable.

Pour l'éleveur ça permet d'avoir un premier poulain d'une bonne jument sans devoir la mettre aux arrêts pour la compétition. Mais ça permet aussi aux plus jeunes d'avoir un poulain sans passer par la case gestation et mise bas avant 4 ans comme pas mal d'éleveur le font avec les jeunes juments pour amortir le coût d'entretient de base des tout jeunes chevaux.

Je cite un dernier exemple. Une jument n'est pas une bonne mère du tout ou à malheureusement un pourcentage de chance de gestation ou mise bas un peu à risque...Le transfert d'embryon permet du coup d'avoir la possibilité d'un poulain de cette jument sans les risques qui découlent...

Tout est fait au détriment de la nature si on réfléchit bien...De l'insémination au poulinage,...Mais il ne faut pas s'en faire, si la nature décide vraiment, dès l'insémination la jument ne peut pas prendre ou va couler juste après insémination.

Et pareil pour nous les femmes également du coup si on parle de droit de nature...Mais même si les raisons sont entièrement différentes d'un cheval à une femme, il n'en reste pas moins que grâce à cette méthode une femme peut malgré tout espérer avoir un enfant.
Le fait que ce ne soit pas naturel ne me dérange pas du tout...

Et concernant l'argent il en faut pour faire tourner une écurie, les pros souvent payer leurs factures.

À mon avis c'est une bonne solution, pas toujours rentable mais assez intéressante pour exister.
N’est-ce pas un moyen de faire toujours plus d’argent, au détriment de la nature, dans le sens où, sans l’homme, jamais cela n’aurait été possible ? J’essaie de me forger un avis là dessus, merci de vos réponses d’avance ;)
Profitez de Horsealot en vous connectant avec nos 200,000 membres !
Inscription
X