Pensez-vous qu'on puisse régresser en équitation ? L'année dernière je pouvais enchaîner une club élite et maintenant je n'y arrive plus

merci beaucoup pour vos exemples personnel, il est vrai que j'ai dû changer de cheval, la jument que je monte actuellement est beaucoup plus dure a contrôler que le cheval que j'avais avant, mais je ne veux surtout pas tout lui mettre sur le dos, je sais que moi aussi j'ai des difficultés à la contrôler et la faire sauter, donc je pense que c'est à cause de cela, sinon, merci beaucoup pour vos conseils.
Salut Lucie !
Et oui malheureusement on peut régresser ! Après y'a plusieurs facons de régresser. Y'a le niveau (et oui certains régressent même en montant très souvent, ce sont les cavaliers qui n'écoutent rien et qui veulent faire tout à leur idée souvent..) et y'a le mental !

Avant j'enchainais 110 à la maison sans soucis, maintenant je suis plus capable de sauter 50cm sans me chier dessus, et deux obstacles de suite pas plus mdr.

Après en terme de mental le mot régresser c'est pas vraiment le bon je pense, mais on le voit de la même facon quand ca nous arrive et ca fait mal. Mais bon, il faut essayer de déterminer d'où ca vient et se poser les bonnes questions à ce moment là.

Personnellement j'ai pris la décision de ne pas chercher à reprendre le saut car ca ne m'intéresse pas de toute facon. Mais ca a été dur au début car j'ai tout perdu d'un coup, alors que je me démerdais pas trop mal, du coup j'me suis dit c'est un peu la honte.. Alors qu'en fait non, on s'en tape. Y'a aucune honte à avoir en quoi que ce soit.

L'équitation c'est dur et y'a des hauts et des bas, et tout le monde passe par des étapes compliquées. Faut pas se prendre trop la tête je pense... et trouver ce qui nous intéresse le plus dans ce sport. Est-ce que c'est le dépassement de soi en terme de mental ? De pratique ? Est-ce que c'est juste le plaisir de monter à cheval ? Etc...
Comme on dit, en équitation, on fait souvent "deux pas en avant, un pas en arrière".
Je suis d'accord avec ce qui a été dit précédemment : parfois, on a le sentiment d'être revenu en arrière, de ne plus savoir faire les choses. Mais en réalité, ça peut venir de beaucoup de choses, et il ne faut pas s'en inquiéter.

Personnellement, il y a deux ans j'ai fait mon premier concours en Club 2. J'ai fait toute la saison, avec de très bons résultats. L'année dernière, malheureusement, j'ai dû arrêter après le premier concours suite à une blessure au bassin après une chute. Résultat, je n'ai repris les Club 2 qu'en septembre 2017.

J'ai refait une chute durant le premier parcours de la saison : pas peur, pas mal. Mais j'ai choisi de redescendre en Club 1 pour reprendre en douceur. Et puis, à la maison, j'ai réalisé que j'avais dû mal à enchaîner les parcours de Club 2. Ce que j'avais sans appréhension et avec aisance deux ans plus tôt sans expérience des concours, je n'y arrivais plus.

J'ai réfléchis, et j'ai réalisé qu'en fait, quand j'avais commencé, j'y étais allée sans aucune hésitation. J'avais totalement confiance en ma monitrice et en mon cheval. Et puis, après ma chute, j'ai réalisé que j'avais un peu perdu en confiance. Et surtout, que j'avais en réalité... progressé ! Dans mon équitation, sur le plat, je suis devenue bien plus fine, précise. Et mes exigences ont augmenté.

Alors qu'avant je n'hésitais pas à foncer sur mon parcours, et advienne que pourra, maintenant je pense à ma position, au tracé, à la qualité de mon galop, aux contrats de foulées... et ce sont ces exigences supplémentaires qui me déstabilisent et font que je n'y arrive plus.

De plus, mon niveau étant meilleur qu'avant, je ne monte plus les mêmes chevaux. Avant, je savais que j'aurais toujours Volcan sur mes parcours, et je lui faisais une confiance aveugle. Et puis, ma monitrice s'est mise à me confier des chevaux plus jeunes, plus verts dans le travail, plus compliqués, à l'obstacle comme sur le plat. Et je me suis rendue compte qu'un parcours où je ne serais lancée sans hésiter avec Volcan, me faisais peur avec un autre cheval.

Bref, si tout ceci m'a appris une chose, c'est que quand tu as le sentiment de régresser, et que tu n'arrives plus à faire certaines choses, c'est qu'en réalité, tu as progressé. Tes exigences augmentent, tu as des montures moins "faciles", tu en attends plus de toi-même, et c'est cela qui te fais échouer là où avant tu réussissais.

Ce qu'il faut bien te dire, c'est que ce n'est pas négatif. Pourquoi ? Parce que le parcours que tu faisais avant sans difficultés et que tu n'arrives plus à faire aujourd'hui, il n'a pas changé. Mais toi, oui. Et ce parcours, quand tu le réussissais avant, c'était sans doute plus brouillon, moins bien monté, ou alors avec un cheval qui faisait les choses à ta place. Et maintenant que tu as progressé, ce parcours, tu ne le réussis peut-être plus aussi bien, parce que désormais tu penses à un millier de détails dont tu ne t'étais jamais préoccupée, ou parce que ta nouvelle monture est moins assurée.

Mais quand tu y arriveras à nouveau, ce sera beaucoup mieux qu'au départ. Ce sera plus propre, mieux monté, et plus assuré. Il faut seulement accepter de ré-apprendre les choses.
Je retourne dessus et il repasse au trot une foulée avant et saute assez bien (il est croisé trotteur) le 3 il s'arrête et saute de l'arrêt et je me suis arrêtée la ça ne servait rien de continuer.
Ce que je veux dire par là c'est que parfois toit va très bien et du jour au lendemain sans explication tout s'écroule.
Mais la suite à montré qu'il y avait toujours une raison.

Ça n'était pas mon cheval, absolument pas le genre à aller sur un parcours à reculons donc j'ai appelé l'osteo.

Il s'est avéré qu'il avait une cruralgie et une sciatique ce qui l'empêchait de sauter. Il sautait au trot parce qu'au trot il n'avait pas mal.
On ne s'en est pas rendu compte parce que c'était des deux côtés donc pas visible (en gros si tu as un cailloux dans une seule chaussure on va voir qu'il y a une gêne mais si c'est dans les deux ça ne se verra pas).

Après le protocole rééducatif, j'ai stopé le saut d'obstacles pendant 4 bon mois afin de ne travailler plus que sur le plat. Ça a été très bénéfique. J'ai repris les concours dimanche dernier et ça s'est très bien passé.

Tout ça pour dire que parfois il y a des causes techniques (et je pense que dans mon cas le travail sur le plat à fait des très bonnes choses) mais également des causes mécaniques. Il faut chercher, mais la mauvaises passes finissent toujours par s'arranger.
Il ne faut pas s'inquiéter la progression se fait en dents de scie, il faut que tu prennes en compte la courbe sur du long terme. En plus et c'est valable pour tous les cavaliers plus tu vas monter en niveau plus ça sera lent et avec des impressions de stagner ou de régressions. Ne raisonnes pas sur 1 an mais sur 5, 10 ou 20 ans ;)
Bonjour,
L'équitation n'est pas une science dur, ce qui est valable hier ne le sera plus demain et c'est certainement ça qui fait la beauté de notre sport. Il y a des hauts et des bas, on ne peut pas parler de régression à proprement parler mais d'un moment plus bas qu'un autre. Ça reviendra si tu as déjà pu enchaîner une club élite.
Mais que se passe-t-il au juste ? Barres ? Refus ? T'es-tu fait peur d'une façon ou d'une autre, ou ton cheval s'est fait peur ?

L'année dernière j'étais moi aussi en club élite, j'ai fait une saison relativement régulière, j'ai participé au meeting des propriétaires dans cette catégorie et obtenue dans résultats plutôt satisfaisant.

En septembre, j'ai pris ma licence amateur et en octobre j'ai engagé une amateur 2 1m05 progressive. Une épreuve tout à fait raisonnable puisque c'était les côtes de la Club élite. En revanche, l'épreuve ne sait absolument pas bien passée puisque je suis éliminée par trois refus sur le même obstacle sans explications et sans comprendre pourquoi puisque la foulée était bonne, le galop aussi, et que de mon côté je n'avais rien fait de néfaste.
Une semaine plus tard, j'ai engagé une autre 1m05, la détente se passe bien mais arrivée sur le tour mon cheval était droit debout et en défense. Je saute le premier obstacle, il le franchis mais ne frappe pas, il n'a pas la volonté d'aller derrière. Le deuxième il s'arrête alors que la foulée était bonne. (La suite après)
Je ne sais pas si on peux vraiment parler de régression mais des fois un changement de cheval ou une perte de confiance en soi et on a l'impression de plus rien savoir faire et de devoir tout recommencer
Profitez de Horsealot en vous connectant avec nos 200,000 membres !
Inscription
X