Image Horsealot's top user
Frédérique Pollart Saut d'obstacles | 70 Questions | 1411 Réponses

En Belgique on demande des chevaux de plus en plus stables et "froids" en concours de dressage, cela amène-t-il vers une plus grande différence avec le dressage de complet selon vous ?

En Belgique on demande des chevaux de plus en plus stables et "froids" en concours de dressage, cela amène-t-il vers une plus grande différence avec le dressage de complet selon vous ?
11
Personnellement je n'en suis pas certaine, ou alors il s'agit d'une tendance pour les cavaliers "amateur" de se rendre compte qu'une bombe à retardement n'est pas le bon moyen de gagner des points surtout pour les reprises qui leur correspondent. Pour le niveau professionnel/international en dressage l'élevage de chevaux que l'on considère "modernes" est beaucoup plus léger et près du sang. La limite à trouver étant celle de la faiblesse physique : ces chevaux doivent pouvoir toujours utiliser leur force sans casser sur les années de préparation et durer en compétition.
Malheureusement un cheval qui serait 'froid" aux jambes n'est là non plus pas souhaité, bien que ce fut beaucoup plus le cas justement avec les anciens chevaux très carrossés qui depuis ont entre autre bénéficié d'énormément d'apport de pur-sang. Créer et insuffler de l'énergie tous les jours et en permanence n'est pas viable en dressage de compétition.

Par contre il n'y a effectivement pas de comparaison directe possible avec les chevaux de complet, qui désormais doivent être de plus en plus agiles notamment avec l'évolution des parcours de cross de plus en plus techniques que ce soit en combinaisons ou ailleurs. Un cheval qui a tendance à privilégier un peu trop la vitesse à l'équilibre et à l'agilité est de plus en plus handicapé avec les formats actuels (je parle des 10 dernières années).

La population réelle dépend ensuite de plein de facteurs dont les modes/types de chevaux en vogue, en plus des préférences de chaque cavalier au niveau de ses sensations à cheval. Que l'on privilégie au niveau du jugement l'absence de mise en danger est salutaire mais normalement c'était déjà le cas, il faut aussi savoir que d'un concours à l'autre selon les juges vous n'en aurez pas du tout la même expérience, et selon le niveau d'épreuves surtout. Sur les plus petites un cheval stable et une reprise propre est privilégiée dans les notes et donc pour gagner. Vous montez d'une catégorie, à reprise égale, le même couple sera dans les choux car pas de prise de risque et souvent manque de fonctionnement global du cheval. En France il y a une catégorie ensuite dans laquelle la précision du tracé est moins privilégiée que l'expression/l'équilibre du cheval/etc (et là il faut un autre type de monture pour être vraiment performant de façon régulière). Ensuite pour ces mêmes chevaux qui prennent en dressage/âge ils vont vers une catégorie avec un gros palier technique qui augmente ensuite jusqu'au saint-georges et grand prix. Pour qu'ils y soient très performants il s'agit dans l'essentiel des cas (même à l'international même si on ne s'en rend pas forcément compte à ce niveau d'expérience du couple) de chevaux très sensibles voire très émotifs.

Mais effectivement les couples sont notés à chaque figure (plus ou moins) et si le cheval part en vrille sur son départ au galop vous avez deux voire trois notes qui vont se retrouver entre 2 et 4/10 donc... c'est très pénalisant.

Je trouve a contrario qu'en complet, le dressage étant vraiment décisif pour le classement final, il est moins évident de se tourner vers un réformé des courses même en tant qu'amateur, par rapport à avant. On peut voir des reprises vraiment propres.
Image Horsealot's top user
Je suis d'accord pour un certain niveau mais c'est le cas sur des reprises bas niveau. On ne peut pas dire qu'un cheval a du mal a dérouler au plus gros: un galop moyen sur une longeur, un allongement au trot et un pas/galop/pas.

Entièrement D'accord avec toi Mathéa ! ;)
On est bien d'accord, ce serait un super-poney là. ^^

Mais j'ai quand même le sentiment que l'écart se creuse, surtout au niveau physique, parce qu'avant en dressage comme en CCE ont avait des chevaux aux membres solides, avec de grosses articulations, et une arrière-main très puissante. Maintenant, le modèle de CCE s'affine tout de même énormément, plus que le modèle de dressage.
Bref ma jument vient de Belgique en plus, mais il est normal d'avoir autant de différence entre cce et dressage ce ne sont pas les même discipline... on ne peut pas demander à un cheval de cce de faire les même effort physique qu'un cheval de dressage et vice versa.. Sinon c'est plus un cheval la hihihi
Oui, mais du coup, même si on ne peut pas vraiment parler de chevaux "froids", je comprends la nuance que tu explique, il y a quand même une nette différence de caractère et de physique avec les chevaux de complet, qui sont plus "libres" de s'exprimer si j'ose dire.

Ils sont plus libres de leur mouvements, d'une certaine façon ils sont un peu moins encadrés. Par exemple, un cheval qui donne un petit coup de cul de joie au galop sur un cross, ce n'est pas un drame (cavalier en suspension, etc) pourvu que ça ne perturbe pas sa locomotion. Ce qu'on ne peut évidemment pas permettre à un cheval de dressage.

Disons que, même sans parler de cheval "froid", puisqu'il est vrai que chez les chevaux de dressage aussi on recherche de gros moyens, il y a tout de même un écart important. Le physique recherché n'est pas le même, et l'attitude dans le travail non plus.
Ne pas oublier que la musculature demandé pour du grand prix dressage ou du cce est complètement différente, on ne peut donc pas avoir les même critères sur le même parcours de dressage avec les deux discipline différente... Mais s'il vous plaît nos chevaux de dressage on une grande force et ils sont souvent assez chaud patate 😅 mais on essaye d'avoir le total controle
Ce n'est qu'une impression la "froideur" j'ai une "vraie" jument de dressage et non ce sont des chevaux plutôt chaud même ! Mais on les encadre tellement avec nos jambes qu'ils donnent cette impression de froid. On veut par contre des chevaux stables, mais stables dans leur tête car c'est une discipline extrêmement mentale que ce soit pour le cheval et le cavalier. On cherche à avoir un cheval stable c'est à dire bien dans sa tête, et un cheval très décontracté et souple surtout! Ce qui peut aussi donner cette impression de froid. Dur pour moi d'expliquer ça comme ça. Typiquement quand on voit ma jument au travail elle a l'air assez "paisible" très très droite dans ses idées, genre elle fait pas un pas de travers... Mais en réalité elle a une puissance hors norme et je peux me faire embarquer en 2 secondes si je "lache tout" . Les exercices qu'on demande en dressage, le passage, la pirouette, le galop rassemble doivent impérativement se faire dans le plus grand calme, sinon on engendre de gros dégât sur nos chevaux car ça leur demande beaucoup d'effort dans le dos et si l'exercice ne se fait pas dans le calme, c'est simple la figure ne se fera tout simplement pas... les chevaux de dressage sont autant des boules de nerf (si j'ose parler ainsi) que les chevaux de complet... on ne leur demande tout simplement pas la même chose. Un cheval qui va sur un cross doit quand même être bien réveillée! Un cheval de dressage il doit être connecté a 100% avec le cavalier.
Oui même à bas niveau ça se remarque, peut-être à cause du fait que les cavaliers se spécialisent de plus en plus tôt dans une discipline et choisissent donc leur monture en fonction, même dans les petites épreuves.

Avant on bouffait tous au moins dix ans de saut-dressage-mise-en-selle avant de choisir une spécialisation, alors que maintenant si tu ne veux faire que du dressage, tu ne feras que du dressage (ou que du saut, ou que du horse-ball, etc), ce qui oriente les choix de ceux qui deviennent propriétaires.
Image Horsealot's top user
Merci pour ta réponse si complète Mathéa.

J'étais allée photographier sur un concours de dressage hier, et ça m'a frappée... Pourtant le niveau n'est pas très élevé, on était sur une simple initiation 4, soit la reprise un niveau au dessus du niveau accueil...Un cheval très chaud mais très élégant, avec de l'intention dans ses déplacement et hyper léger est entré, à démarré sa reprise, on voyait que c'était un cheval chaud chaud mais bon, les juges on tout de même arrêté la cavalière à deux reprises, avec une sonnerie pour une erreur alors que la reprise était OK...

Et à la fin de la journée j'ai été aux nouvelles des notes, les chevaux avec plus de répondant, pourtant pas énormément mais un peu moins stables ont étés vraiment descendu. Les chevaux stables, plus placides étaient quasi tous mieux notés.

L'année dernière j'avais fais une petite reprise avec mon cheval en HC, j'avais été encore bien notée malgré une notation "Un peu hors contrôle" (Ce qui était vrai mon cheval était vraiment chaud patate, c'était son premier, et je n'avais pas eu le temps de détendre comme il fallait avec lui), le cheval n'a pas eut de mauvaises notations sur lui, en voyant aujourd'hui le cheval dont je parlais au dessus et en comparant au mien, je me dis que mon cheval à de moins en moins sa place sur un rectangle même sur du petit niveau à équivalence d'une reprise de petit CCE...
Je suis en France, mais personnellement j'ai bien l'impression de voir la différence. Plus ça va, plus l'écart physique se creuse entre chevaux de dressage "pur" et complétistes.

Bien sûr, il y a toujours eut des différences, pour prendre un exemple on a toujours vu des ibériques en dressage, physique qu'on ne croise clairement jamais en CCE. Mais j'ai tout de même l'impression que le phénomène est de plus en plus marqué.

Pas seulement parce que les cavaliers de dressage recherchent des chevaux plus froids, plus posés, mais aussi parce que les complétistes vont de plus en plus vers des modèles qui s'affinent, prennent du sang et gagnent en légèreté.

Il y a quelques années, le CCE demandait encore des moyens physiques de "puissance" de la part des chevaux : les parcours de CSO se jouaient à la hauteur des obstacles, les parcours de cross rivalisaient de démesure avec des rivières hyper large et des obstacles fixes très massifs et impressionnant, le dressage réclamait une vraie force dans l'arrière-main... Mais les codes changent.

Comme en CSO pur, les parcours de CSO de complet misent moins sur la hauteur et la largeur des obstacles, et plus sur le chrono ou la technicité du tracé. On passe ainsi de modèle de chevaux avec de gros moyens de propulsion, une arrière-main puissance et des membres très solides, à des chevaux de vitesse, plus fins, et plus agiles.

Le cross a aussi évolué : il ne s'agit plus d'une épreuve de force ou le cheval doit franchir les obstacles les plus impressionnants et gros possibles. Comme en CSO, le chrono compte beaucoup plus, on voit de plus en plus d'obstacles types directionnels, qui nécessitent des chevaux plus fins et adroits aussi, et moins lourds, pour garder de l'endurance sur des parcours qui sont aussi plus longs.

Enfin, en dressage de CCE, l'accent est moins mis sur le côté spectaculaire des allures et la puissance des exercices. Les jugent regardent plus la précision, la finesse des aides... et se montrent moins exigeants sur le reste. Je dirais que les exigences de dressage en CCE se sont adaptées à l'évolution des deux autres disciplines, qui demandaient des chevaux avec plus de sang. Résultat, les juges se sont adaptés à ces nouveaux modèles et à leurs capacités.

Alors qu'en dressage pur, les notes récompensent de plus en plus les chevaux dont l'attitude est décontractée, posée, concentrée. Cela réclame des chevaux plus froids dans leur tête, et non des chevaux sanguins prêts à exploser.

Selon moi, l'écart se creuse donc effectivement entre le dressage de CCE et le dressage pur, non seulement sur le physique des chevaux et leur mental, mais aussi sur les exigences des juges dans les deux disciplines.
Inscrivez-vous pour vous connecter avec +100 000 cavaliers !
Inscription
X