Blessés, convalescents, endoloris... Quels sont vos recours lorsque les tracas de la vie vous empêchent pour un temps de monter ?

J ai fait plusieur coupure à la cheville. Je sortait la jument à cru par ce que mettre le pied dans l étrier était vraiment trop douloureux. Marcher à coter d elle était aussi difficile. Donc à cru, en licol, et vas brouter.
Quand je me suis blesser à la hanche, pas possible pour moi de monter. C était donc tap,longe, pansage, brouting, ballade à pied,longues rênes ...et ce pendant un bon mois et demi.
Comme j avais la jument à la maison, pas de dp, personne pour la monter. Et franchement elle ne s en plaignait pas!

Blesser, convalescent, nous trouverons tous un moyen pour faire ce que l on aime!
Je me suis fait une grosse fracture du pouce il y a quelques années, avec opération pour mettre des broches etc.

Les premiers jours, j'avais tellement mal que la question ne s'est pas posée, je suis restée au lit 😂 Mais dès que la douleur est passée, je suis retournée voir mon poney pour lui faire des câlins, le brosser etc. J'avais une gros attelle donc pas trop de risques, en cas de petit choc je ne sentais rien !

Quelques semaines après je suis remontée sur mon poney (contre l'avis de ma mère ahah) en tenant les rênes avec une main, juste pour faire une petite détente. Sinon je faisais du travail à pied, je l'emmenais brouter...

Et puis quand ma mère a balancé à mon médecin que j'étais remontée sur mon poney, il a dit que ce n'était pas grave alors il n'a pas fallu me le dire deux fois et j'ai recommencé à monter plus régulièrement !
Salut

A cause d’une opération du genou j’ai dû arrêter 3 mois; j’ai quand même fait du travail à pied avec mon cheval avec de la longe, de la liberté à la voix ou encore des balades sur des routes ou mon fauteuil a pu passer
Si tu as une autre activité que tu peux reporte toi sur elle. Sinon cherche, l'important est de ne pas s'ennuyer et passer son temps à se dire qu'on ne peux pas monter, sinon tu trouveras le temps long.
J´ai fait une chute en janvier, opération du genou en mars donc je monte plus depuis mars et je ne reprends pas l´equitation avant septembre minimum.... c’est long, très long.
J’ai des amis qui ont des chevaux chez eux, donc je fais monter mon amie (j’étais en formation BPJEPS quand ça m´est arrivé, donc j’ai du arrêter....), et je vais en concours avec eux dès que possible.
Je sais pas si c’est mieux ou pire.
Et le reste du temps, je me plonge dans mes livres équestres techniques (écrits par des militaires (licart, galloux....), baucher, la gueriniere.... la base quoi.
Salut Mathéa,

Suite à un accident (je me suis prise un coup de pied de cheval ferré dans le tibia), j'ai eu des points de sutures qui ne m'ont pas empêchés de faire un stage de dressage avec une instructrice même si ça tirait un peu. Suite à des erreurs médicales sur cette blessure, j'ai développé une grave infection qui m'a envoyé à l’hôpital pour une semaine complète avec un traitement lourd.

J'ai mis plus d'un mois avant de pouvoir remonter ma jument.. Heureusement mes 2 sœurs ont pris le relais pour sortir ma jument en plus du coach et la première chose que j'ai faite en sortant de l'hosto : aller au centre équestre ^^

Je suis remontée à cheval contre l'avis du médecin et avec un demi-oui de mon infirmière soignante... Le lendemain de ma remise à cheval, je faisais un entrainement de cross ... ahah heureusement ma jument était top de chez top car j'avais perdu en mobilité au niveau de la cheville et de la force dans la jambe.
J'ai fais beaucoup de pansages à ma jument et je l'ai emmené brouter le temps de ma convalescence.

Ma soeur a eu quelques mésaventures dernièrement : une chute en footing qui lui a valu un arrêt de 3 semaine pour entorse et une chute en cross qui lui a écrasé le nerf sciatique et fait des micro-fêlures dans le coccyx (2 semaines d'arrêt) ... A chaque fois, nous avons sorti sa jument à sa place, le cavalier maison de mon coach a aussi pris le relais et c'est une copine qui a sorti la jument en concours à la place de ma soeur car elle s'en était déjà occupé pendant les 3 semaines qu'avait duré la foulure. Moi je ne m'entends pas avec la jument et ma plus petite soeur n'a pas assez de force pour la monter...

Bref on fait des pansages, on passe du temps au haras, en concours, on assiste aux cours et dès que ça va mieux on remonte parfois malgré l'avis du personnel médical ^^

Actuellement mon cheval est retourné au pré pour finir de grandir donc je suis à pied.. je suis pourtant très présente au haras et en concours pour jouer la groom
Bonjour Mathéa,
Mon plus long arrêt a été d'un an suite à une chute qui m'a valu un séjour à l'hôpital pour un coup à la hanche et à la colonne vertébrale. Heureusement rien de grave au final (juste des douleurs à vie quand je marche trop longtemps). Mais à l'époque, cavalière de club/dp, j'ai simplement tout arrêter et je suis restée sans contact des chevaux.
Quand j'ai repris, c'est contre l'avis des médecins, ostéopathes. J'ai actuellement un kyste à la main, le médecin me dit d'arrêter, j'arrêterai simplement le temps que la douleur disparaisse, je reprends tout après.
J'ai eu une entorse où le podologue m'a aussi conseillé d'arrêter l'équitation, pour ma cheville, potentiellement les genoux et ma colonne. J'ai continué d'aller tous les jours au cheval et quand j'ai retiré mon atèle j'ai remonté tout de suite.
Ayant une DP sur mon cheval, je lui propose de venir simplement plus souvent pour me dépanner, sinon je varie et fais autre chose que monter. J'ai la chance de pouvoir faire de l'attelage, ça compense sur beaucoup de choses (par exemple mon entorse, une fois sur mon siège je pouvais partir 3h en balade). Sinon de la long, de la liberté, du brouttage, du travail à pied. Bref ça devient aussi un peu ses vacances ^^
Bonjour ! J'ai eu une experience un peu similaire à Louison Bh. C'est à dire que vers mes 8 ans (j'ai commencé l'équitation à 4) je suis devenue monstre allergique aux chevaux... L'allergologue m'avait dit à l'époque qu'il fallait que j'arrête définitivement l'équitation... et déjà à 8 ans je savais se que je me voulais ! C'était hors de question d'arrêter ! Du coup j'ai continué à monter 1 fois par semaine en prenant des médicaments. Puis après j'ai commencé à monter 2 fois par semaine et j'ai arrêté de prendre des médicaments car il ne servait plus. Maintenant, je vais voir mon cheval au minimum 6/7 et j'ai presque jamais aucun symptôme d'allergie même si des analyses de mon sang et de mes poumons montre que je suis plus qu'allergique au chevaux !
Sinon j'ai jamais eu de réel arrêt et je touche du bois ! Mais sinon je pense que dans la mesure du possible j'irai voir mon cheval régulièrement et faire des choses adaptés à la situation :)
Moi le médecin m'a dit non et j'ai dit ... Fuck.
On m'a diagnostiqué une maladie au niveau digestif et l'équitation n'était pas conseillée dans mon cas particulier. Le gastro m'a parlé de changer de sport et à vite compris que je préférerais crever de douleur que d'abandonner l'équitation.
Pour le moment, avec mon activité rando je n'ai pas de soucis mais je n'ai pas sauté depuis que j'ai eu mon diagnostique et c'était l'activité problématique...

Ça a pesé dans la balance dans ma décision de tenter l'expérience endurance avec mon jeune. Si j'ai une grosse crise de reflux à cheval, vu leur intensité et leur soudaineté je nous mettrais en danger sur un CSO. Déjà en voiture ça a failli me tuer avant de trouver un médoc plus "voiture proof" avec le pharmacien.

Pour un ami interdit de cheval à vie (très vilaine chute), je sais qu'il ai passé du côté éleveur/propriétaire de chevaux de concours confiés à des pros.
Bonjour. Je suis en plein dedans depuis 1 mois, un kyste au poignet devenu très douloureux. Étant propriétaire, c'est soit je trouve quelqu'un pour le monter (en étant là), travail à pied, balade au pas, broutage, pansage... Je continue à y aller tous les jours
Je n’ai jamais été confrontée à des temps d’arrets très longs, mais dans ce cas, je suis plutôt pour m’occuper de mon poney. Si j’ai bien compris tu n’es pas propriétaire mais dans mon cas je fais du travail à pied, je m’occupe de lui pour améliorer notre relation, et je regarde les autres propriétaires pour apprendre en observant
J'explique le pourquoi de cette question : ce week end, je devais faire ma dernière Club 2 de la saison avec mon petit poney de concours - que j'adore - et commencer le contre-galop en dressage. Hélas ! Ma chute de la semaine dernière m'a envoyée chez l’ostéopathe.

Verdict : rien de grave, il m'a remboîté une vertèbre qui avait un peu bougé. Le problème ? Privée de poney pour la semaine à venir.

C'est dans ces petits moments où la vie nous rappelle qu'on ne fait pas toujours ce qu'on veut, qu'il faut parfois rivaliser d'ingéniosité pour profiter de notre passion, même cloués à terre.

Personnellement, je suis allée vivre mon concours par procuration, j'ai acclamé mes amies, et je me suis occupée de mon super poney après qu'il ait fait ses autres tours. Pour le dressage, j'ai suivit le cours avec assiduité, en espérant ne pas être perdue la prochaine fois. Et pour faire bonne mesure, je suis allée me balader au pas avec un cheval qui devait rester chaud entre deux parcours.

Et vous, quelles sont vos petits trucs pour garder le lien avec votre passion lorsque le médecin vous à dit "non" ? Travail à pied ? Bachotage pour les Galops ? Regarder les cours des autres ? Groomer les collègues en concours ?

Donnez vos astuces ^^
Profitez de Horsealot en vous connectant avec nos 200,000 membres !
Inscription
X