Pensez-vous que les officiels de concours (chef de piste, commissaire au paddock,...) suivent une formation suffisante et veillent-t-ils toujours au respect du règlement (je pense aux petits concours par exemple) ?

Ce qu'on peut faire, je dirais déjà le faire poliment remarquer au commissaire de paddock style "excusez moi, vous êtes sûr qu'il y a la place pour 18 chevaux ici?" Ou bien "oh bonjour, euh le mors du cheval là bas je savais pas que c'était autorisé en concours club!" Ou "le règlement aurait changé, on a le droit de monter les barres??"
Et si aucune réaction il faudrait dans l'idéal faire la remarque au président du jury mais en pratique, les clubs au nom de qui on concourt n'ont aucune envie de se brouiller avec les organisateurs donc ça n'arrive pas ;)
Merci pour ton partage d'expérience Jeanne ! Je vois qu'on rencontre tous le même genre de problèmes...
J'ai la même habitude pour le règlement, on pensait même l'imprimer et l'avoir toujours dans le camion avec nous.

Et comme tu dis ça peut rapidement devenir dangereux, en tant que témoin de ce genre de dérives je ne sais pas ce que l'on peut faire 😕
Hello Juliette,
En concours club on a régulièrement des problèmes... presque n'importe qui peut faire commissaire au paddock, donc entre ceux de dressage qui ne contrôlent rien et ceux de cso qui laissent le paddock être surpeuplé ce qui est dangereux...
Le "pire" que j'ai vu est à Lamotte, aux championnats de France CSO club élite senior... donc ok, c'est un concours club donc "pas important" mais c'est quand même un championnat de France et 105-110 cm !
Le commissaire a refusé à une amie d'entrer en détente au prétexte que son mors n'était pas autorisé en tant que mors a jouet. Le mors en question est parfaitement autorisé et n'est absolument pas considéré comme un mors a jouet (la partie du milieu de la double brisure est mobile). Elle a dû changer de mors dans l'urgence car le commissaire refusait de reconnaître l'erreur... Et à côté de ça, aucun contrôle de sa part sur les protège-boulets ou la longueur des branches des pelhams, par exemple.
Donc maintenant je prends mes précautions: j'ai les règlements qui me concernent sur mon téléphone, je les actualise et les relis régulièrement et je garde des screenshots rapidement accessibles des parties intéressantes comme par exemple les mors autorisés. Comme ça je peux instantanément prouver ma bonne foi à un commissaire de paddock peu au fait de son rôle :)
C'est souvent ça le problème malheureusement...

J'ai fait moi même une erreur du genre quand je m'occupais du paddock de détente pour un concours interne... j'ai monté les barres à environ 100cm, alors que c'était une prépa 80...je m'étais trompée d'épreuve ! Heureusement on me l'a signalé et j'ai pu corriger rapidement !
C'est ce que je constate aussi, et parfois c'est au dépend de la sécurité des chevaux et des cavaliers... Dimanche sur le paddock d'un petit concours, un coach a mis 30cm de plus que la hauteur de l'épreuve qu'allait courir sa cavalière sur un vertical de détente, et celle-ci a panaché avec son cheval...
Le chef de paddock n'a rien dit sur la hauteur de l'obstacle alors que celle-ci est réglementée..
Bonjour Juliette !

Pour les gros concours, ce sont des pros donc pas de soucis. Ils font leur métier.

Pour les petits concours, c'est moins évident et ça peut arriver que les officiels de concours ne soient pas diplômés.
Profitez de Horsealot en vous connectant avec nos 200,000 membres !
Inscription
X