The equestrian lifestyle community.

Retour au feed

En tant que cavaliers de club : comment s'organise votre progression (à tous niveaux) et avez-vous le sentiment d'être correctement accompagnés ?

En tant que cavaliers de club : comment s'organise votre progression (à tous niveaux) et avez-vous le sentiment d'être correctement accompagnés ?
Merci pour vos nombreuses réponses !

L'équitation est un éternel apprentissage, et le centre équestre est le lieu principal de cet apprentissage. C'est un passage presque obligé dans le parcours du cavalier - et bien souvent sa première expérience.

Il existe une telle variété de structures regroupées dans l'appellation "centre équestre" qu'il est presque impossible d'en trouver deux identiques. Je me suis toujours souciée de savoir comment un club peut - en tenant compte des contraintes de budget, de taille, etc - apporter à ses cavaliers les meilleures conditions pour réussir.
Ce n'est pas facile de convenir à tout le monde. Etre attractif dans un maximum de disciplines, offrir une cavalerie assez variées pour que chacun trouve "monture à son pied", avoir une pédagogie qui convienne à chacun, ce n'est pas simple.

Bien souvent, les clubs choisissent donc de s'orienter vers telle ou telle discipline, vers tel ou tel aspect de l'équitation, car tout mettre en place, offrir le panel complet du monde du cheval dans une seule structure, est impossible.
Mais dès lors, comment réussir à garder le bon équilibre entre général et spécialité ? Comment garder un enseignement assez global pour attirer le plus de monde possible, tout en restant fidèle aux choix que l'on fait ? Comment permettre à des cavaliers d'être les plus polyvalents possibles, tout en leur offrant la possibilité de choisir de faire ce qui leur plaît ?

Autant de défis à relever pour les centres équestres, et vos réponses sont autant d'indices qui permettent d'entrevoir des réponses.
Bonjour Mathéa, c’est une superbe question en passant.

Pour ma part, mon club possède quelques failles. Notamment le nombre de chevaux. Malgré les roulements certains sont pris plus que d´autres. Cependant cette faille est réglée puisque s’ils bossent beaucoup le mercredi, ils ont repos complet le lendemain.

La deuxième faille... c’est le manque d’arbres ou d’abri au pré. Là c’est malheureusement une mesure de sécurité. Avec les vents, les arbres s’arrachent...

Sinon la monitrice est très à l’écoute des chevaux, elle s’occupe de leur éducation. On a d’ailleurs obligation de signaler une blessure même si elle date de 2 mois ou est minuscule. On fait beaucoup de Travail à pied et de théorie appliquée.

Elle nous enseigne l’Equi-Zen (tellement impressionnant!), le CSO/ Dressage, le horse-ball, les pony-games, l’handisport, et elle travaille elle-même l’attelage.
J’aime particulièrement ces cours de saut qui ressemble beaucoup au Hunter!

Un super club avec une mono pédagogue. ^^
Je peux sortir n’importe quel cheval un jour où je n’ai pas cours et lui faire faire du travail à pied gratuitement...
Bref, j’ai commencé il y a quatre ans, j’en ai 17. Je suis officiellement galop 2 mais niveau 3/4 et plus (je pratique certains exercices de dressage niveau galop 7)
Ah oui et j'avais environ G5 quand j'ai quitté le club :)
Bonjour ! Je suis plus en club mais je pense que toute réponse est bonne à recevoir.
J'ai été cavalière club pendant ~ 12 ans (de mes 4 ans à mes 16 ans) toujours dans le même club qui proposais des cours (plat ou saut) tout niveau + de partir en CSO pour ceux qui le voulais + des stages pendant les vacances. Au tout début c'est top pour moi. J'apprenais les bases sur des poneys à ma taille donc je suis passé par A B C D. Pendant les vacances je faisais régulièrement les stages et j'adorais ça on avait diverses activités comme voltige, balade, cours de plat etc.
Puis un jour je suis tombée amoureuse d'une ponette D de ce même club. J'ai donc eu la chance de la prendre en dp et j'ai commencé le saut avec elle. 3 ans après notre première rencontre nous faisions notre premier cso (avant il y avait une autre dp concours). J'y ai pris goût et l'aventure dura encore 2 ans.
Ensuite c'était le temps pour moi de passer à cheval et la mon club n'avait aucun cheval à me proposées (tout les chevaux du club était déjà pris en dp concours) du coup je suis allée voir ailleurs et j'ai découvert à se moment là que je stagnais et évoluait très lentement dans mon ancien club et que l'accompagnement en concours ou autres étaient pas suffisant (pour dire pendant un an j'avais fait des 70-80 avec la ponette et la saison d'après ma prof voulais que je continue en 70-80 alors que j'étais prête pour 80-90).
J'ai quitté ce club mais je n'oublierai jamais les souvenirs que j'ai vécu dans ce club
Pour rajouter encore une réponse, pour progresser en club il faut monter souvent...étant interne c'est assez compliqué, donc je privilégie les stages en vacances.

En quatre heures de cours particuliers de dressage chez un professionnel j'ai plus appris qu'en un an en club !!
pour finir lol,

Comme nous nous sommes beaucoup occupé de l'organisations, des soins etc.. nous avons beaucoup appris auprès des cavaliers plus expérimentés et aux niveaux des soins. Les stages sont aussi l'occasion de progresser coté travail à pied et soins car les moniteurs ont plus de temps avant et après les cours. Perso j'ai appris à longer en stage, mettre des bandes de repos, faire de l'attelage (avec un poney), faire une piqûre intra-musculaire, reconnaître un cheval malade, un cheval qui fonctionne bien etc..

Donc je conseille à tous les cavaliers de clubs de faire des stages et même d'en effectuer autant que possible dans des clubs différents.
et autant que faire se peut, privilégier les clubs avec des cours à moins de 8 personnes pour que le moniteur puisse vous regarder monter.
Salut !

J'ai un statut un peu particulier car j'ai rapidement eu mon propre poney ( à 11 ans) mais je montais .. en club, dans les cours club et ce.. jusqu'à mes 21 ans :)

Dans mon premier centre équestre j'ai beaucoup appris car j'ai très vite accroché et je me suis proposée les mercredi, samedis et dimanches pour participer aux animations du club (qui faisait des CSO amateurs à l'époque), seller les poneys, participer aux soins des chevaux et poneys, ranger le matériel, installer les parcours, curage des boxes, balayage des écuries... etc et j'adirais rester regarder les "cours des grands" ^^

j'ai donc eu l'opportunité de monter plein de chevaux dans plein de disciplines différentes (attelage, pony games, CSO, dressage, simili cross..)et pas seulement mon poney.
De plus dans mon club il n'y avait pas de shetlands, que des poneys B et + donc on a tous appris à monter à cheval rapidement ce qui est un réel avantage par la suite.

idem dans les clubs que j'ai fréquenté par la suite, même si j'avais mon propre cheval, je participais au cours correspondant à mon niveau donc je n'avais pas de "favoritisme", j'étais à la même enseigne que tout le monde. j'ai aussi eu la chance de pouvoir sortir les chevaux du club en échange des services rendus (curage des boxes, entretien de l'écurie, soins des cuirs clubs, soins des chevaux de clubs.. ) Je trouve qu'il y a toujours a apprendre d'un cheval qu'on ne connait pas car il faut s'adapter et comprendre.

Quand j'ai commencé le CCE avec ma jument, j'étais dans un club où nous échangions de temps en temps nos chevaux y compris pour les compétitions (avec ceux du club et avec ceux de mes soeurs) donc ça facilite la progression.

Bref en club, je ne me suis jamais trop sentie délaissée ni en perte de vitesse ! ce système m'allait très bien ! après je suis passée en catégorie amateur dans une écurie où l'on a monté une équipe de proprio. Là encore nous avions pris l'habitude d'échanger de temps en temps nos chevaux à la maison pour voir nos défauts, les corriger et ne pas rester figé dans une monte.

Dans mon haras actuel, ça se fait moins (les proprios ne sont pas trop prêteurs lol) mais nous continuons avec mes soeurs d'échanger nos chevaux de sorte à continuer à progresser sur plusieurs chevaux.
Alors je ne suis franchement plus cavalière de club mais j'ai monté jusqu'au galop 7 en club puis par phases.

Personnellement, j'ai la chance d'avoir eu un club muni d'un instructeur compétent donc sur le plan technique j'ai mis je n'ai jamais arrêté d'apprendre. J'ai toujours trouvé des chevaux formateurs, car une fois formés les cavaliers sortaient les chevaux de débutants à entretenir ou les jeunes chevaux en reprise G7 pour les encadrer. Souvent les chevaux de débutants étaient les plus intéressants car on allait loin dans leurs capacités donc il fallait être très précis dans les demandes.

J'ai aussi découvert le travail à pied lors d'un stage avec JF pignon là bas.

De stages de dressage sont organisés mensuellement par une pro, et des activités TREC se développent.
Pendant longtemps les examens des élèves moniteurs de sont déroulés là bas.

Dans mon premier club, en poney, les premières années les séances se passaient à moitié à pied pour apprendre les soins et le comportement adéquat à pied.
Les stages étaient ayant des formations techniques à cheval qu'à pied : alimentation, entretien du matériel, soins plus poussés... Et nous étions des gosses à shetland !

Mais j'ai eu besoin de trouver "la confiance absolue" avec un cheval à l'adolescence. Je n'ai plus supporté l'ambiance "moi je" et la prévalence de la compétition pour les objectifs... J'avais 16 ans quand j'ai décroché du cadre club pour le faire encadrer plus via des stages et par la famille.
Merci à tous pour ces réponses !

Juju. justement, moi je ne connais qu'un seul club, où on m'a appris beaucoup de choses parce que c'est familial et qu'on se forme autant en dehors des heures montées qu'en cours. Mais je sais que dans de plus grosses structures c'est un peu "seller-monter-descendre", et ton témoignage montre bien que tous les clubs ne sont pas égaux.

Elisa crbt, c'est un peu ce que j'imagine pour mon futur, mais je sais que bien des cavaliers "décrochent" des centres équestres avant le G7 parce qu'ils ne sentent plus la progression.
Personnellement je ne suis pas branchée concours, mais je sais qu'au sein de mon club je pourrais progresser à mon rythme encore très longtemps, jusqu'à des choses assez fines car j'ai la chance d'avoir un directeur de club qui a été instructeur à Saumur, et qui fait régulièrement venir de vrais pros, dans des disciplines plus précises, pour les cavaliers les plus avancés.
Mais je constate aussi que dans certains clubs, on ne peut pas accéder à ce genre de prestations... ne penses-tu pas que ce serait une bonne chose de donner les coordonnées de cette personne qui t'a aidée à ton club ? Si jamais ils peuvent lui demander d'intervenir auprès de leurs cavaliers.

Car le but de ma question était aussi de voir quels dispositifs les clubs arrivent à mettre en place pour accompagner les cavaliers durant leur parcours équestre, donc même au delà du G7 dans des choses plus précises, et pourquoi pas, de s'en inspirer. ^^
Salut! Pour ma part ça faisait 2 ans que j'avais mon galop 7 et effectivement je m'ennuyais un peu mais il y a les copains, c'est la routine.. on y prête pas forcément attention.
C'est tout simplement en tombant sur un instructeur hors norme par hasard qui m'a entrainée chez lui que j'ai réalisé que je ne progressais plus en club alors qu'il y avait tellement de choses à apprendre encore. Le club donne les bases de l'équitation je pense, notamment au niveau du contact du cheval mais pour monter dans la finesse je reste convaincue que c'est pas en club qu'on sera correctement formés.. il faut partir voir autre chose !!
Et encore faut-il avoir la chance de tomber sur des personnes de cheval, qui n'ont pas peur de donner de leur temps! :)
Je vais rajouter un post (je parle beaucoup xD)

Pour préciser, j'ai 15 ans, et je suis plus orientée dressage ! La cavalerie est adaptée à tous les niveaux, dans mon centre on peut monter des chevaux de concours nationaux qui tournent en amateur, même des jeunes, ou des maîtres d'école ! On trouve tous les types de chevaux et c'est vraiment bien, il y en a pas énormément comme dans mes anciens clubs mais il y en a forcément un qui nous correspond. Les chevaux sont très bien dressés et ont un caractère en or avec les humains, c'est très important je pense ! Et j'arrive à trouver ce qu'il me plaît dans ce nouveau centre, où on fait du dressage bien plus régulièrement !!
Pour répondre à ta deuxième question (je fais des maxi post xD)

Je n'ai pas franchement le sentiment d'être accompagnée dans mes anciens clubs. Dans un ancien centre équestre, on m'avait limite engueulé parce que je n'avais pas pensé à dégarotter. Forcément, on me l'avait jamais appris ! De plus, on se sent souvent jugé dans les clubs, on ose pas avoir son matériel de peur de mal se faire voir, et on ose pas ne rien avoir de peur de passer pour quelqu'un qui s'en fout.

Les clubs ont souvent tendance à laisser les élèves se débrouiller seuls (il faut laisser de l'autonomie c'est sûr, mais il faut déjà apprendre comment faire) ...bref, personnellement en centre équestre, j'ai souvent eu l'impression d'être là pour jouer dans la carrière et rien apprendre ! J'ai changé de centre récemment, où j'apprends bien mieux mais l'ambiance "club" est toujours présente...je préfère largement l'ambiance "écuries de propriétaire"...
Salut Mathéa !

Très bonne question !

Ma progression est très lente en club, on fait pas mal de découvertes de disciplines, avec des chevaux de club quoi...10 ans que je monte à cheval, je n'ai que mon galop 3. En club, j'ai l'impression de perdre tous mes moyens ! Alors que je sais parfaitement me débrouiller avec mon cheval seule à l'extérieur ! J'ai changé de club très souvent, ce qui fait que je n'ai jamais été "une habituée", j'aimais bien certains chevaux mais pas comme certains qui étaient les chouchous absolus de certains cavaliers.
C'est difficile de se réadapter à chaque club, mais je préfère faire des stages à côté des cours où j'apprends bien mieux en cours particulier.

Le problème du club, c'est qu'on ne demande pas assez aux cavaliers leurs objectifs. Par exemple, j'adore le dressage, mais on en fait assez peu, et les mains sur la tête et les jambes en grenouille au trot pour la mise en selle est plus souvent d'actualité...donc je trouve qu'en club il manque beaucoup de choses, il manque le contact avec les chevaux. Dans chaque séance, il devrait y avoir au moins 10 minutes dédiées aux soins, à la pratique de certains trucs du genre poser des bandes, nettoyer le box de son cheval, le faire brouter, donner le foin, etc... pour permettre aux cavaliers d'apprendre plus ! On voit parfois des galops 5, incapables de mettre une couverture ou de poser des bandes car ils n'en ont jamais eu l'occasion. De plus, les séances de pansage sont assez courtes !
Bonjour Mathéa,

Ce que je fais à chaque fois c'est un essai. Et puis c'est selon l'affinité. Tous les clubs n'ont pas les mêmes objectifs. Certains sont clairement tournés vers la compétition et d'autres équitation plaisir.

Il est important que ton club varie les disciplines afin que tu puisses mieux évaluer tes affinités mais aussi pour ta progression globale. Chaque discipline n'a pas la même approche du cheval.

Ma monitrice évalue mon niveau afin de savoir quel cours serait le plus approprié. On communique sur le ressenti et par la suite on avance petit à petit. Il est important de communiquer avec tes moniteur.

Par la suite tu peux selon ton orientation et valider tes compétences passer tes galops ou non. Pour ma part je n'ai jamais ressentie le besoin de les passer et je commence à le faire. Ça me fait aussi un petit challenge.

Pour ma part l'avantage de monter en club est aussi de pouvoir tester plusieurs monture et de déterminer quel tempérament te conviendra le mieux.

N'hésite pas non plus à prendre une leçon particulière. C'est formateur puisque l'attention du moniteur est vers toi et non pas un groupe.


Les concours sont aussi formateurs. Il te permette à la fois de canaliser ton stress en y faisant fasse et de te retrouver dans une nouvelle configuration.

Pour ma part, j'ai monté en club et en parallèle je m'occupais de chevaux de propriétaire dans une écurie. J'ai aussi eu recours à des demi-pension. Ça a grandement catalysé mon évolution à tous points de vus.

En espérant avoir répondu au mieux à tes interrogations.
Bonsoir, je suis cavalière de club, j'ai 18 ans, j'ai un niveau G2-G3, ma discipline c'est surtout le dressage, le saut d'obstacle n'est pas vraiment fait pour moi...

Le seul point positif que je trouve c'est qu'on monte pleins de chevaux différents, et que de ce fait on apprend à monter différents physiques, différents caractères etc...
Des failles dans l'enseignement, je n'en voit pas tellement, mise à part que des fois les moniteurs ne sont peut-être pas tout à fait attentifs à nous, surtout quand nous sommes nombreux dans un cours... Je pense que je suis bien accompagné au niveau de la monte, puisque des fois mes moniteurs viennent à côté de moi et me montre précisément comment faire avec les gestes et aussi les placement (Exemple : Ma jambe est mal placé, mon moniteur va la prendre et me la placer comme il faut), à pied nous sommes un peu livré à nous même...
Dans mon club j'ai accès à une cavalerie de mon niveau, même si je suis convainque qu'il y a l'un ou l'autre chevaux que je pourrais aussi monté.

Je me sent plutôt bien accompagnée dans le club où je suis, je m'y plait et malgré qu'il soit petit (peu d'espace) je me sens quand même bien dedans et je ne suis pas prête de changer :)
Si vous pouviez préciser votre âge, niveau (approximatif) et discipline, pour que je visualise un peu. Car le ressenti est largement différent entre un adulte qui débute, un jeune qui a déjà de l'expérience, un jeune adulte qui commence à se confirmer...
Montant moi-même en club de façon épanouie depuis plus d'une dizaine d'années, je m'intéresse beaucoup aux expériences d'autres cavaliers de centre équestres.

J'aimerais avoir des témoignages et avis sur la façon dont votre club gère votre progression en tant que cavalier. Quels points positifs ? Quelles failles constatez-vous dans l'enseignement ? A quel niveau ? Vous êtes-vous déjà sentis "bloqués" dans ce système ? Votre club vous accompagne-t-il correctement sur le plan de la technique montée ? A pied ? Vous permet-on d'avoir accès à une cavalerie adaptée à votre niveau, capable de vous pousser à progresser ? Quels dispositifs existent pour vous aider, d'abord à petit niveau, mais surtout plus tard, passé le G5/6 ?

Je rencontre beaucoup de cavaliers qui, passé un certain niveau, m'ont dit se sentir "à l'étroit" dans un club, avec le sentiment de stagner, de ne plus rien apprendre. Certains d'entre eux optent pour la demi-pension, ou sautent le pas de la propriété. D'autres se réorientent, changent de discipline... Ma question principale est donc là : vous sentez-vous assez bien accompagné dans votre club pour vous y épanouir, et à quel moment/ à quels niveaux ressentez-vous le besoin de vous éloigner de ce type de pratique équestre ?