Cavaliers et étudiants : comment gérer sa progression, lorsqu'au même moment on se retrouve dans une phase exigeante à cheval et dans la vie quotidienne ?

Merci à tous pour vos réponses !

Je n'ai jamais envisagé de bâcler mes études pour continuer de monter, j'ai quand même le sens des priorités. J'avais seulement peur qu'en mettant ma pratique entre parenthèse mes défauts s'ancrent encore plus et que je me retrouve en grosse difficulté dans quelques années quand je reprendrais... Mais puisque visiblement ce n'est pas si difficile de s'y remettre, ma foi je suis plutôt rassurée. ^^
J'ai fait 5 ans d'études et j'ai souvent dû mettre le cheval entre parenthèses pendant cette période, en me rattrapant pendant les vacances. C'était pas évident car j'ai vu mon niveau baisser, mais il faut se dire que tes études vont quand même impacter une bonne partie de ta vie plus tard. Risquer de rater son année pour un sport qui a vocation à rester un loisir comme ça a l'air d'être le cas pour toi, c'est quand même dommage...

Si ça peut te rassurer, j'ai réussi à vite reprendre mon niveau après mes études, et même à dépasser celui que j'avais. Si tu reprends des cours une fois que ça s'est calmé niveau charge de travail, et que tu es un minimum rigoureuse, je ne vois pas pourquoi tu ne progresserais pas. J'ai 26ans et je progresse toujours, peut-être même plus qu'à 18ans car j'ai plus de recul et des objectifs plus clairs (oui parce que quand j'étais lycéenne et étudiante, je ne me doutais pas de ce que serait mon quotidien une fois passé dans la vie active :D)
Pour répondre à ta question (que je n'avais pas vu !) Je te conseille de te concentrer sur tes études, surtout en médecine où j'imagine que c'est très compliqué et qu'il faut y être à 100% . Pour tes leçons d'équitation, met toi y autant que tu peux, sans te mettre une pression en plus, si tu n'y arrives pas c'est pas grave, tu auras toujours moyen de récupérer ce défaut plus tard ! Si tu te sens capable de vite résoudre ce problème de position, met de la volonté et une fois que ce sera fait, ton G5 tu l'aura sans problème je n'en doute pas ! Tu seras sans doute remotivée !
Bonjour !

Je suis encore lycéenne mais je vise (encore faut-il que je sois prise oups xD) des études qui demandent d'être dans une grande ville et qui coûtent relativement chères, donc je vois déjà au lycée c'est compliqué, je peux monter deux fois maximum par semaine à cause de l'internat mais je progresse beaucoup grâce aux stages pendant les vacances.

Donc pour mes études supérieures, j'espère vraiment pouvoir continuer l'équitation car c'est un peu ma manière de me changer les idées, mais comme dit plus haut ça risque d'avoir un certain coût de monter régulièrement dans une grande ville en plus du logement et du prix des études et de la vie à côté ! Pour ça, je compterai principalement sur mes vacances où je profiterai pour faire des stages pour ne pas perdre ce que j'ai appris :)
Moi j'ai fait le choix de mettre l'équitation franchement de côté pendant la prépa (car j'imagine que si tu parles d'intensification c'est soit PACES soit ECN donc préparation de concours).

Et très franchement, mes copines en médecines (propriétaires et compétitrices) ont TOUTES lâchées totalement le cheval pendant l'année PACES et elles vont ré-arrêter cette année pour les ECN. Elles montaient juste le temps d'un cours vite fait où une balade pendant les vacances mais sans plus.

Donc mon conseil va être radicalement différent, mais regarde pour mettre les cours d'équitation en OFF (horaires fixes, programme imposé, parfois pression de réussir l'exercice c'est pas top après une journée de dingue...) et de juste monter quand tu peux dans une optique purement relax : balades, travail à pied ou plat pépère dans ton coin et quelques cours quand le coeur t'en dis.
Surtout que tu semble être propriétaire sur ta fiche :)

Si tu ne veux pas mettre ton cheval en stand-bye c'est aussi l'occasion de prendre une DP sur lui !
Bonjour Mathéa ,
J'aurais tendance a être un peu plus nuancée, finalement c'est une question de choix. J'ai fais 5 ans d'études supérieures où le mot "charette" (=nuit blanche pour terminer les travaux d'étude) fut au coeur de mon quotidien. Concrètement j'en ai chié, on avait la pression, l'exigence de l'école était réelle, et à côté j'avais également un cap de niveau à passer en équitation.
Par choix, car pour ma part je souhaitais vraiment progresser en équitation et pouvoir me faire plaisir à terme sur des épreuves plus importantes en compétition, je me suis consacrée aux deux. Je ne dis pas que c'est facile, mais en effet quand tu viens monter , tu viens à 100%. Et cela ne t'empêche pas de te faire plaisir ou de monter zen ! Juste tu es attentif et tu donnes le meilleur selon le moment. J'ai fais ce choix et cela ne m'a pas gêné dans mes études, car j'étais organisée, mais je ne dis pas que d'autres auraient prit ce choix non plus. Tout est une question de volonté.
Finalement, quel est ton but au plus profond de toi ?
> Accepter de progresser plus lentement pour te concentrer sur tes études, et profiter de tes séances sans te mettre la pression
> Progresser dans les deux domaines, vouloir ton galop 5 maintenant pour aller plus loin plus rapidement.
Il n'y a aucun jugement dans ces deux choix, c'est à toi de voir ce qui prime pour le moment.
Bonjour Mathéa,
Personnellement je ferais comme Delphine. C'est à dire que je concentrerai toute mon énergie sur mes études car c'est réellement le plus important maintenant et je garderai l'équitation juste pour souffler et me faire plaisir. Ton G5, concrètement, il peut attendre. Et rien ne t'empêche dans tes cours ou même quand tu es en balade, de penser à ta position, sans en faire une fixette mais un moment dire "tiens et mon dos il est comment ?".
C'est le choix que je ferai personnellement, on aimerait parfois tout faire et tout "avoir" facilement mais il y a des choix à faire.
Bonjour Mathéa, à ta place je me consacrerait totalement à mes études, surtout quand on sait à quel point la médecine est exigeante et compliquée. Et je garderai l'équitation en moment détente, après tout tant que ta position n'est pas dangereuse pour toi, la validation du galop 5 n'a pas d'importance immédiate. Mais parles-en avec ton coach, il doit être en mesure de comprendre que pour le moment tu ne cherche pas à avoir une performance sportive parfaite mais juste un loisir, un moment de détente à travers l'équitation.
J'expose un peu mon cas : études de médecine / progression en vue d'un G5 à valider.

Voilà le sens de ma question : l'année qui vient, je vais devoir assumer une charge de travail supplémentaire. Je change de ville par rapport au début de mes études : plus de trajets, nouveau logement... et beaucoup, beaucoup de boulot sur les cours.

Cependant, je sors d'un stage de préparation au Galop 5, et après un bilan avec mon examinateur et moniteur, il s'avère que je vais devoir à l'avenir fournir un niveau d'effort supérieur. On va dire que jusqu'ici, à cheval, j'ai un bon G6 au niveau technique (dressage surtout, saut un peu moins). Mais mon moniteur ne peut pas se permettre de me valider mon G5 pour des raisons de position, et de persévérance. Je monte pour mon plaisir, et, de fait, il s'avère que je ne fournis pas assez d'effort pour passer un cap sur mon gros défaut de position (cage thoracique bien trop fermée et dos instable). Suite à ce stage, j'ai réalisé que si je voulais résoudre ça une bonne fois pour toute, il allait falloir me mettre un vrai coup de pied au cul, me forcer à insister durant toute la séance, oublier les "reprises en touriste" où je fais le minimum lorsque je n'ai pas la motivation. Il faudrait, dans l'idéal, non pas que je fasse plus de séances (ce qui n'est de toute manière pas envisageable financièrement), mais intensifier mes efforts et mon implication.

Problème : je ne suis déjà pas une cavalière qui vise la progression à tout prix, le dépassement de soi, bla bla bla. Je monte plutôt "à la cool" et aime progresser à mon rythme. Malheureusement, cette fois-ci, le cap à passer exige plus de moi qu'un effort de temps en temps.

Mais, parallèlement, je me retrouve dans une situation personnelle encore plus exigeante qu'avant avec déjà mon niveau d'études, mais aussi des changements dans ma vie quotidienne. Je vois donc bien ce qui me pend au nez : des semaines plus éprouvantes, de la fatigue et de la flemme le week-end, et pour la séance montée du samedi, envie de détente et de profiter, pas de se donner du mal ou de bosser. Donc, il va y avoir un hic.

D'un côté je vais me retrouver encore moins encline à intensifier ma pratique niveau exigences techniques (vive la balade !), de l'autre si je veux continuer à avancer et pouvoir me faire plaisir dans le futur, il me faudrait faire l'inverse.

Ma question est là : comment faire ?

Dois-je me donner du temps (encore) et rester en mode "cool" sur ma pratique équestre, au risque de m'enfermer dans une mauvaise attitude qui sera de plus en plus difficile à perdre au fur et à mesure que je m'y habituerais ? Ou dois-je me "forcer" un peu, au risque de prendre moins de plaisir et de détente durant ma séance hebdomadaire, mais me permettre de franchir ce cap qui semble freiner ma progression et mes capacités ?
Profitez de Horsealot en vous connectant avec nos 200,000 membres !
Inscription
X