Préférez-vous avoir votre cheval chez vous ou dans un club et pourquoi ?

Chez moi mais sur mes trois chevaux j'en ai une en centre équestre
Personnellement j'aime beaucoup avoir mon cheval chez moi mais j'aimerai l'avoir dans une écurie de propriétaire juste pour les infrastructures car sa serai beaucoup plus pratique 🙂
Hello Mathilde !

les autres posts sont assez complets :)
Perso je préfère mille fois avoir mes chevaux en pensions. On est passé par plusieurs tailles, du poney club familial à la grosse structure (ou nous sommes actuellement) et clairement je ne pourrais pas avoir mon cheval chez moi pour divers raisons.

En haras, j'ai la garantie :
- d'une surveillance régulière (cheval qui boite, tousse, changement de comportement ect) car personnel qualifié et important : une chef d'écurie, des salariés et des stagiaires.
- un accompagnement sportif : 2 coachs pro en CCE et CSO. Donc même si je n'ai pas de cours, si je suis en galère, un des coach peut potentiellement me donner 2 ou 3 conseils voire même monter et remettre mon cheval sur les rails
- des installations de qualité : Grandes carrières, 2 manèges, marcheur, paddocks ect... sol Toubin&Clément entretenu quotidiennement (arrosé et lamé)
- une ambiance avec une équipe concours/ amis
- des premiers soins en cas de soucis (coach et personnel présent), ou établissement d'un premier diagnostique
- intervention vétérinaire, maréchal rapide

J'ai eu l'occasion de monter chez une copine qui avait son cheval chez elle.. je me suis ennuyée même si le cheval était chouette : personne a qui parler, échanger sur sa séance ou sur des news, les projets à venir...

Perso je ne serais pas prête a investir tout le "peu" de temps qu'il me reste pour entretenir mon cheval : clôtures, eau, nourriture, entretien des pâtures.. j'aurais peur de ne pas avoir les bons réflexes en cas de blessure (comment je fais si mon cheval a besoin d'une injection de calmagine et qu'aucun véto n'est dispo ?). Comment pourrais-je savoir si je le nourris bien, pas bien?
Et si mon cheval se blesse durant ma journée de travail ? Il peut se passer 8h sans que le cheval ne reçoive de soins... et dans certains cas, ça peut être fatal ou grave
Comment savoir également si je ne fais pas de bêtises en le montant ou en le travaillant... Après tout, je suis amateur ^^

Et surtout niveau sécurité. Si je tombe et que je me blesse.. je n'aurais aucuns moyens d'être secourue.
Un truc tout bête il y a 1 an : la jument de ma soeur était un peu excitée, j'ai voulu la longer et je n'ai pas eu le temps de me positionner (j'avais un casque et des gants pourtant) .. Elle a pété un cable et m'a visé la tête, j'ai amorti le choc en levant mon bras, mon casque a pris le reste du coup.. Heureusement la jument n'était pas ferrée. Il n'empêche que sur le coup j'ai eu un pic de douleur et je me suis accroupie au milieu du cercle, la jument en "live" au galop autour de moi... la chef d'écurie est venue à la rescousse et a repris la jument pour me permettre d'aller me mettre de la glace... impossible quand on est seul !

Bref pour moi mettre mon cheval en centre équestres c'est du confort, moins de responsabilités et de contraintes (qui sont déjà énormes) même si j'aime mon cheval et que j'aimerais pouvoir le voir tous les jours ^^
Chez soi. Tout simplement car je ne suis pas dans une optique travail avec mes chevaux donc je ne me sens pas à ma place dans des pensions, des écuries de propriétaires ou autre. Ce qui me plait dans le fait d'avoir un cheval, c'est de l'avoir au quotidien, de le connaître vraiment par coeur, exactement comme un membre de ta famille avec qui tu vis. Comme Louison a cité, il y a énormément de contraintes, mais l'avantage de ces contraintes c'est qu'on gère tout comme on veut, les prés, la nourriture, les soins, etc. Nous avons toujours eu l'habitude de tout faire par nous même avec ma mère et du coup on a du mal à se décharger. Ce que j'aime c'est justement d'être là dans tous les moments, les beaux comme les plus durs. Pour les soins, il faut aussi apprendre à se faire confiance, car quand on est en pension, on a toujours un côté rassurant de se dire "je ne suis pas seule", là si toi tu réagis pas, personne ne le fera pour toi, et t'apprends à vraiment prendre tes responsabilités. Perso, les seules expériences que j'ai eu de pensions ne m'ont pas conforté puisque quand ma jument a eu une piro, le gérant ne l'a pas remarqué (aucun signe sauf baillements), et quand notre trotteur s'est mis à perdre tout ses poils, qu'on a expliqué à la gérante qu'il stressait de ne pas avoir assez foin, elle nous a rigolé au nez, ce qui n'empêche qu'après PDS, examen véto, et une facture à quasi 300€, le cheval n'avait aucun soucis, juste du stress... Mais quand on avait le malheur de dire "je connais mon cheval par coeur, je suis sûre à 99% que ça c'est le problème", elle avait les moyens de nous répondre qu'elle avait plus de connaissances que nous, ce sur quoi je ne pouvais la contredire car c'était vrai, mais comme quoi des fois les connaissances d'un pro ne font pas tout. Ça m'a donc un peu refroidie, et ça m'a permis de prendre confiance en moi, de me dire que globalement j'ai un bon diagnostic sur mes chevaux (attention je dis pas que c'est le cas avec les chevaux des autres) et que clairement même s'il y a des contraintes, j'étais faite pour les avoir chez moi.
Après je n'ai jamais eu le choix, quand j'ai eu ma jument c'était forcément dans un pré où je devais m'en occuper, j'avais 15ans, donc je ne me suis pas vraiment posé la question, et au final je suis heureuse car perso avoir un cheval dans une pension ne m'attire pas, tout simplement parce que je sais que je n'aurais pas forcément envie d'y aller, ça deviendrait plus une contrainte qu'autre chose et aussi que je n'ai pas les moyens de m'en payer une.
Alors certes il y a des contraintes, mais comparé au plaisir de me lever et de les avoir sous la fenêtre ou de voir leur bouille rentrer par la porte pendant que je suis dans le salon, ça compense largement les contraintes.
Au final, ce que certains considère comme les contraintes : les responsabilités, je les considère comme un avantage car j'apprends beaucoup et j'ai un caractère à ne pas me décharger...
Chez moi! Tout simplement parce que je n'ai trouvé aucune écurie qui les soigne aussi bien qu'à la maison :) mais comme dit dans les posts précédent ça demande une organisation, une quantité de travail et une rigueur hors norme... il faut aussi avoir la chance d'avoir assez de place, et aussi assez de chevaux pour pas qu'ils se retrouvent seuls. C'est pas facile, c'est contraignant, mais quel bonheur de les voir si heureux
Bonjour Mathilde,
Mon cheval est dans une pension de propriétaires (assez grosse) et ça me convient parfaitement.
Si l'avoir à la maison permet de le voir tous les jours de manière très simple, c'est aussi énormément de travail (le poste de Louison est juste parfait) et puis mine de rien, il faut avoir le terrain suffisant. Un cheval seul le vit mal, donc il faut au moins 2 hectares de terrain pour qu'ils soient deux.
Une écurie (club/propriétaire), c'est l'accès à des infrastructures (là où je suis 2 manèges, une carrière et un rond de longe couvert), à des "connaissances" (quand on est seul chez soi et qu'il y a un bobo on est seul, là on peut s'entraider), en cas d'absence il y a toujours quelqu'un. Dans une écurie, je trouve, on paie une certaine "tranquillité", on vient pour profiter de son cheval mais évidemment la relation n'est pas la même (quoique, si les chevaux sont sur les hectares en mode poneys sauvages c'est autre chose.)
Ca je pense, c'est au choix de chacun et selon les envies de chacun.
Pour rebondir sur ce qu'a dit Louison et compléter ma précédente réponse c'est précisément à cause de ces contraintes, notamment de temps (et accessoirement en plus parce qu'à l'heure actuelle je n'ai de toute façon pas de terrain 😉), que je préfère mettre ma jument en pension plutôt que l'avoir à la maison. J'ai un travail avec de relativement "gros" horaires (8h30-19h si tout va bien, + les trajets) et parfois des gardes, donc je pense que je n'aurais pas toujours le temps (ni parfois l'envie ! ) de m'occuper correctement de ma jument à la maison, même si j'adorerais pouvoir passer lui faire une gratouille avant d'aller bosser et/ou en rentrant le soir, mais faire correctement le fumier, les clôtures etc, qu'il fasse beau ou non, de jour comme de nuit, je pense que ça me deviendrais trop une contrainte et plus vraiment un plaisir... Alors je préfère payer une pension (choisie pour que la demoiselle soit bien et où je sache qu'elle est surveillée et chouchoutée hein ! 😉😂) et avoir l'esprit tranquille...
D'un côté j'adore les avoir chez moi, pouvoir y aller à toute heure pour un simple bisous ou pour consoler une crise de larmes ...
Mais du coup je suis restreinte au niveau infrastructures, c'est aussi une très grosse responsabilité et une quantité de travail phénoménale. Le temps que je pourrais passer en selle est rogné par les clôtures, les vérifications du niveau d'eau, les observation du troupeau pour la prophylaxie ...

A la maison, tu profites plus de l'animal cheval (avec toutes les contraintes) que de l'équitation. C'est un choix et une contrainte mais j'adore !

Par contre, c'est aussi toi qui découvre les "mauvaises nouvelles". Le cheval boiteux, celui avec une grosse balafre, le cheval malade à crever et même le cheval mort dans le pré.
C'est différent de voir son cheval en mauvais état mais déjà ramené aux écuries et pré-examiné par un professionnel à qui on peut faire confiance que de tout gérer tout seul que de le découvrir pendant la ronde du matin avant d'aller au travail, de faire l'aller-retour avec un licol pour l'amener dans une zone plus propice aux soins que le fond du pré, de rouspéter car "ce fichu canasson" refuse de bouger son cul jusque devant la maison, asperger ses fringues de travail de bétadine car Pégase à donné un coup dans le flacon pendant les soins...

Dans le cas du cheval mort, c'est aussi à toi de trouver un tracteur et de traîner ton compagnon jusqu'au bord de la route. C'est arrivé à la maison il y a quelques semaines de ça, sur un cheval de 15 ans sans soucis de santé particulier avant ça. Infection foudroyante, une plaie au paturon soignée à temps qui à été le vecteur pour une probable leptospirose d'après le véto. Le vendredi il était fatigué, mais rien d'alarmant, et ma mère était pressée donc pas d'examen approfondi. Le samedi matin il avait 43°C de température, les reins et le foie avaient lâché et il ne tenait plus debout.
Assumer la mort d'un cheval dont tu es responsable c'est différent mentalement que de porter le deuil d'un cheval mort sous la garde d'un autre.
Bonjour Mathilde, je préfère une solution intermédiaire, à savoir petite écurie privée ou de propriétaire, avec peu de chevaux. C'est ce qui convient le mieux à ma jument... Et à moi aussi !
Chez moi... On a une ferme donc pas besoin de payer la pension et la nourriture... De plus je déteste les clubs... Enfin surtout le comportement super hautain des gens qui étaient dans mon ancien...
Profitez de Horsealot en vous connectant avec nos 200,000 membres !
Inscription
X