Pensez-vous que monter à cheval est égoïste et pourquoi ?

Quelque part, oui, monter à cheval vient d'un désir "égoïste" de se faire plaisir avec un animal que l'on aime. Pourquoi ? Parce que, cavalier respectueux ou non, le cheval n'a pas le choix.

Je ne suis pas d'accord avec l'argument "sans l'équitation le cheval aurait disparu" parce que, concrètement, le cheval n'a aucune conscience de la notion d'espèce et de préservation. Dans la nature, le cheval cherche à survivre et à se reproduire par instinct, mais jamais il ne le fait en se disant "sinon mon espèce va disparaître". Que le cheval ait disparu n'aurait pas perturbé les chevaux eux-mêmes. C'aurait simplement été un phénomène de sélection comme il en existe tant.

Les chevaux ne nous doivent rien, et donc, quelque part, continuer d'en faire naître est un objectif purement "égoïste", parce qu'on trouve du plaisir à avoir, monter ou vivre avec un cheval, et qu'eux n'ont pas voix au chapitre. Donc, oui, à la base, le fait d'élever, de faire naître, de dresser et d'héberger des chevaux vient d'un phénomène d'offre et de demande, qui vise à répondre à une demande d'une catégorie de consommateurs, comme n'importe quel produit commercial en fait. Ce qui correspond clairement à de l'égoïsme. Personne ne fait naître un cheval dans le seul intérêt du cheval à naître. Chacun souhaite y trouver quelque chose : une relation épanouissante, un compagnon avec qui profiter de la vie différemment après le travail, un animal attachant.

Et, malgré le cynisme apparent avec lequel j'ai pu m'exprimer jusqu'ici, je ne suis pas contre le fait de monter à cheval. Cependant, je préfère rester consciente du fait que si je monte à cheval, c'est avant tout pour moi. Parce que ça me permet d'associer une pratique sportive au plaisir de côtoyer un animal superbe et attachant, parce que c'est un domaine qui offre de nombreuses possibilités de pratiques en lien avec l'animal, parce que ça me rend heureuse.

MAIS, le fait de savoir que je monte à cheval "égoïstement" et pour moi, me permet quelque part de prendre un peu plus conscience encore de tout ce que je dois aux chevaux. Et c'est là que je voulais en venir.

En tant que cavaliers, nous sommes des consommateurs avec des désirs, des objectifs, des "besoins". Nous attendons tous quelque chose de nos chevaux, pas forcément en les sollicitant d'ailleurs. Un propriétaire qui achète des chevaux pour entretenir une pâture, qui décide de simplement subvenir à leurs besoins sans les monter, attend lui aussi quelque chose de ses chevaux, même s'il ne les fait pas travailler. Il attend de ces chevaux qu'ils lui donnent le plaisir de savoir qu'il est responsable de ces animaux, le plaisir de les voir vivre et d'en prendre soin. C'est tout simple mais c'est aussi une attente, et c'est aussi une façon d'utiliser le cheval, même si on ne le monte pas.

Or, le fait que chacun de nous utilise "égoïstement" le cheval pour répondre à ses attentes nous rend totalement en entièrement RESPONSABLES de la vie et du bien-être de ces animaux. Comme le dit Saint-Exupéry : "Tu deviens responsable pour toujours de ce que tu as apprivoisé". C'est aussi simple que ça. Nous utilisons les chevaux pour satisfaire nos envies : de fait, nous devenons alors responsables d'eux. Nous avons donc l'obligation morale de leur offrir en retour une vie la plus proche possible de leurs besoins naturels, de veiller à leur santé, d'être à leur écoute pour répondre au mieux à leurs besoins. Nous exigeons d'eux qu'ils nous apportent du plaisir : nous avons donc le devoir de leur apporter du plaisir aussi en retour, autant que nous le pouvons.
Alors ta remarque sur l'agressivité, j'espère que c'est pas par rapport à mon commentaire XD j'étais juste partie sur une réflexion, peut on considérer l'équitation égoïste quand on veille au bien-être du cheval ? Les questions à la fin, c'est juste une partie de la réflexion et a aucun moment j'ai dit que tu trouvais ça égoïste ;)
Dans ton exemple, je me reconnais totalement car j'ai quitté mon CE justement parce que les chevaux avaient cette vie. 4-5h de cours d'affilé sans rentré au box (donc sans boire), une vie que de box et un simple mois de vacances au pré, le luxe des installations sont pour les proprios parce que leurs chevaux ont de la valeur, bref quand j'ai grandi (je parle niveau expérience de cavalier), je me suis rendue que ce n'était pas ce que je voulais. J'ai quitté mon CE pour les DP où je pourrai être plus libre et où je ne participe plus à l'engrenage CE. Mais on a aussi besoin des CE pour apprendre malheureusement. On a tous fait du tape-cul sur le dos d'un cheval, lui tirait dans la bouche pour se tenir, on a tous appris, cependant c'est dommage c'est que ça se fait au détriment d'un animal.
Mais avec la prise de conscience des cavaliers, beaucoup de CE essayent de changer ça, moins de cours, les chevaux en paddock et plus au box. Les mentalités changent (des cours de TAP commencent à apparaitre, on ne monte plus cheval mais on est avec le cheval) mais c'est très long et certains continuent de préférer voir le symbole € plutôt que de se demander, qu'à besoin de mon cheval pour être bien ?
En soit, je conçois que l'équitation peut être un plaisir égoïste et là vient alors un débat. Les cavaliers aiment ils l'équitation (les sensations, le plaisir seul d'être à cheval, etc.) ou les cavaliers aiment ils les chevaux (accepter de me mettre son plaisir entre parenthèse pour le bien-être de son cheval) ?
J'espère que tu ne trouveras ma réponse agressive à nouveau ;)
Bonjour ! Je ńai jamais dis que je trouvais ça égoïste. Seulement, parfois je me remet en question : par exemple, je montais dans un club où ils n’y avait pas de verdure et que des boxes. Mais les chevaux étaient bien traités avaient des vacances dans des pres.... mais je voyais que les chevaux étaient « ternes ». Quand je suis arrivée en écurie de course, j’ai eu l’impression que ćetait le paradis alors que ćetait normal. Alors je me suis dis : « j’ai monter dans ce club en aimant les chevaux comme tout le monde, mais quel que part, même si c’etais déjà une passion je n’ai pas aider ces chevaux. J’etais juste de passage (1 an) comme tout les autres cavaliers. Alors je m’etais liée d’amitié avec une jument et là je suis remise en question. J’avais un petit jeu de complicités au boxe. Bête mais je sentais que c’etais quelque chose d’incroyable pour elle. Et la j´ai compris à quel point les chevaux se faisaient ch**r dans leur club. Mais sinon jamais pendant cette période je me suis demandée si les chevaux étaient heureux. Et puis de toute façon qu’aurais je pu y changer ? Chevaux bien traités, conditions normales... mais bref.
Là où je veux en venir, c’est que je trouve que l’équitation est devenue bien trop commerciale. Ce n’est pas un loisir (dans le sens je monte 1 heure je tape mon cheval il avance pas c nul) mais une passion et un sport, qui malheureusement est considéré par beaucoup de gens comme un divertissement. Et c ça que je trouve égoïste.
Ct pas agressif 😂😂😂
Bonjour Margaux,
Vaste question... On peut considérer que oui c'est égoïste, le plaisir de monter est un ressenti purement humain.
On a utilisé les chevaux pour faire évoluer notre civilisation (agriculture, transport et guerre) et du jour où on a plu eu besoin d'eux (besoin très récent, on n'utilise plus de corps de cavalerie que depuis la seconde guerre mondiale) on a fait des choix. Reconversion sportive ou boucherie.
Si certains extrêmes vegan voient l'équitation comme de la maltraitance animale, c'est aussi ce sport qui a permet au cheval d'avoir encore une place dans notre société et pas n'importe laquelle, l'équitation est le 3ème sport le plus pratiqué en France, le cheval continue de passionner et les passionnés empêchent la disparition de cet animal. Sans équitation, le cheval n'aurait plus que sa place dans un zoo, pour montrer aux gens, les chevaux ont existé en liberté.
Quand on voit des chevaux heureux dans le travail, qui s'expriment vraiment, peut on parler d'égoïsme ? Comme un cavalier qui part en rando et fait découvrir à son cheval des territoires qu'il n'aurait pas pu profiter.
L'égoïsme dans l'équitation c'est quand le cavalier fait son plaisir uniquement pour lui et que le cheval ne devient qu'un moyen de parvenir à son plaisir à lui (des concours à outrance, des randos épuisantes pour un cheval qui veut être plus tranquille, etc.). Le cheval subit alors l'envie de son cavalier mais quand on fait face à un vrai couple, où le cavalier observe et écoute son cheval, qu'il met ses envies entre parenthèse pour le bien être de son animal, à quel moment peut on y voir de l'égoïsme ?
Hello Margaux ! Voilà un sujet qui amène au debat!
Je répondrais oui et non. Si le cheval n’etait pas utilisé il n’existerait quasiment plus aujourd’hui. A la base les chevaux ne sont pas fait pour être monté c’est juste aussi. Maintenant je pense qu’une équitation respectueuse de l’animal dans tous les sens du terme permet à la fois un épanouissement et un vrai développement de l’humain et permet au cheval de subsister.
Profitez de Horsealot en vous connectant avec nos 200,000 membres !
Inscription
X