Comment est psychologiquement selon vous un cheval qui ne sort jamais en balade, au paddock ?

Voilà une analyse assez intéressante : https://www.facebook.com/InstitutFrancaisHippologie/videos/1014272288777955/
Bonjour Pauline;

pour ma part, pendant un moment mes chevaux ne pouvait pas aller en paddock malheureusement car l'écurie était en plein centre du village et ne possédait qu'un petit carré d'herbe pour un poney, mais mes grands y étaient trop coincés et ne passaient même pas la porte en fait ^^' Du coup ils allaient soit en piste extérieure, soit dans le carré de longe et l'été je leur donnais un bon mois de vacances à l'inter-saison de concours, c'était presque une obligation pour moi autant pour les remercier mais aussi pour leur moral, leur repos physique, et à coté pour mon porte feuille puisque un mois de travail sans pension me rapportait l'argent à contrario du reste de l'année où je bossais pour mes pensions.

Ma jument sortait en promenade mais était un peu à l'oeil, par contre mon hongre lui était déjà un trouillard pas sûr de lui de naissance je le tiens de son éleveuse...Quand je l'ai récupéré il n'avait connu en grande partie que le box, les pistes,... Du coup il ne se plaisait absolument pas au pré et c'était impossible de faire même une promenade. En dehors de ça il était franc tant qu'il se trouvait en piste ou concours...

Tout ça à joué sur le fait qu'au paddock en herbe chez moi il à finit par y rester mais pas plus de deux heures pour au final finir par "accepter" de rester une journée sans faire des aller/retour comme un malade pendant une heure sans se lasser, mais je le voyais attendre devant la porte, même avec un autre et au pré il perdait de l'état hyper rapidement, je me souviens que le mois de vacance annuel il perdait bien 3/4 trous de sangles à son retour alors que ça aurait dû être l'inverse. Pour la promenade j'ai fini par réussir à le faire sortir un peu, mais ça devait toujours être dans le même sens, le même chemin, ect...Et éviter les jours des poubelles par exemple, toutes tentatives de changements me le faisait paniquer et je pouvais rentrer à pieds. Et pour accepter ces simples changements, ça a prit des années et je n'exagère pas...!

Je pense que c'était le genre de cheval qui était déjà du genre anxieux qui aimait sa routine, mais à qui ça aurait fait du bien justement de connaître la prairie au moins aux belles saisons ou des sorties en paddocks en herbe la journée, voir le monde extérieure plus tôt, ect... Mais vraiment le plus frustrant c'est qu'il n'était pas à l'oeil pour un centime à la maison ou sur les terrains, mais simplement sortir du parking de l'écurie ou dans l'allée devant chez moi sous la selle c'était déjà un exploit pour lui même si ça a finit par s'améliorer un peu avec les années, le travail et changements de vie que j'ai mis, ect...

Pourtant moralement il n'était pas "mal" dans sa routine, vraiment, on voyait à son état et son comportement qu'il était content et confort dans ses habitudes, mais suite à ces années de travail et de changements, j'ai quand même finis par savoir le monter à cru et au licol, chose impossible au départ donc je pense que ça à quand même finit par jouer sur sa propre confiance en lui aussi et sur sa relation avec l'homme.

Je suis du genre à vraiment vouloir au moins les mettre dehors une demi journée ou à leur donner des moments de récréation où ils ne sont pas dans le marcheur ni au bout d'une longe, à aller en extérieure pour la détente après le travail même si c'est 15 minutes pour qu'ils se sortent la tête du monotone "Piste/Travail > Finit on rentre au box", bref à leur montrer un maximum de choses pour leur moral mais aussi pour leurs performances. Un cheval bien dans ses pompes sera, à mon avis, encore plus content de bosser et passer des entraînements si ce n'est pas uniquement ce qu'il voit...Je ne sais pas si je suis très claire ce matin? ^^"

Maintenant si ce n'est vraiment pas possible pour des raisons techniques, et si on trouve des palliatifs ou que ça convient au cheval même si ce n'est pas naturel de rester enfermé au box en mode métro/boulot/dodo tout au long de l'année, pourquoi pas...?
Je t'avoue que j'ai eu un peu peur quand j'ai vendue ma jument ! Elle allait faire uniquement du dressage...

Centre équestre en plein centre ville avec zéro possibilité de sortir en balade ... mais des paddocks en herbe et une petite piste en sable entourée d'herbe pour faire le tour des écuries... Moi qui avait l'habitude de faire au moins une grosse balade par semaine et des tours dehors de 20 min régulièrement + variation des séances + concours avec cross ...
Quand j'ai amené la jument sa nouvelle propriétaire lui a mis stable boots + tapis massant etc... ça m'a fait tout drôle ! (la jument est un vrai roc ! jamais malade ou boiteuse)

A priori la jument s'est bien adaptée car 2 sorties journalières : paddock, marcheur, longe, liberté et monte.
Elle a changé de centre équestre et les boxes disposent de "terrasses" aussi grandes que le boxe. Les chevaux ont donc accès au dehors quand ils le souhaitent et peuvent communiquer les uns avec les autres. Le concept est sympa.. et au final d'être monodiscipline convient bien à la jument qui est rassurée par la routine. :)

Bref, pour certains chevaux, la routine peut rassurer car très anxieux mais globalement, les chevaux sont dans de meilleurs dispositions si on leur offre un mode de vie dans lequel ils peuvent s'exprimer.
Sorties journalières ou plusieurs fois par semaine au paddock même s'il n'y a plus rien à manger dedans, c'est le minimum ;) ... comme dit une de mes amies, il vaut mieux une boite de 40m2 qu'une de 12m2 ^^
Bonjour...

Pour un cheval, être enfermé dans un box est loin d'être naturel...et l'herbe ne pousse pas en box, ainsi que la lumière qui est présente dans les écuries est plus souvent celle des ampoules que du soleil.

Même s'il peut semble équilibrer dans sa tête, un cheval a BESOIN de voir l'extérieur. C'est un peu comme un prisonnier qui voit le jour seulement à ses heures de sortie dans une condition de travail. Et un cheval qui reste toute sa vie dans ces conditions là, ça ne peut pas être bon.

Un cheval qui ne sort jamais en extérieur, je trouve ça terrible, toute sa vie il aura la routine box -> carrière -> box...etc...et le brin d'herbe qu'il verra ce sera celui en bord de carrière, non franchement un cheval comme ça ne peut pas être équilibré. Il va être carencé, abimé, etc...donc moralement il sera malheureux, faible, et tous les adjectifs sympathiques qui ne correspondent pas au tempérament normal d'un cheval. Sans parler des maladies ou troubles du comportement qui peuvent survenir.

Même s'il n'est pas possible d'avoir un paddock pour chaque chevaux, ce n'est pas difficile de prendre cinq minutes de plus après sa leçon et de faire un petit tour des écuries par exemple s'il n'y a vraiment aucun petit chemin de balade. :) rien que ça ça peut faire beaucoup !
Je ne comprends même pas que des chevaux ne puissent jamais " extérioriser " leurs énergies .
Effectivement Aude dans mon club on compense au maximum l'absence de vrai paddock ou pré on fait tout ce qu'on peut pour leur moral (ou presque, dans la mesure des possibles...) et ca se ressent par rapport à d'autres clubs où ce n'est pas du tout le cas au niveau des signes cliniques dont parlait Stéphane :
Sur 30 chevaux, on a en moyenne une à deux coliques bénignes par an et pas de tendinite en 3 ans. Les chevaux sont tous attentifs et "aimables" suivant leurs caractères bien sûr mais voilà, aucun cheval rétif ni éteint ! Et une seule jument qui tique régulièrement + un ou deux occasionnellement, pas d'ulcères connus.

Alors qu'ailleurs (evidemment je ne cite pas de nom mais je sais de quoi je parle, toujours en moyenne approx par an) sur 18 chevaux il y avait 1 ulcereux non tiqueur, 3 tiqueurs, 2 tendinites récurrentes, 2 chevaux mis au repos et envoyés ailleurs pour grosse fatigue ou boiterie, et 3 chevaux maximum qui ne soient ni complètement éteints ni agressifs ni rétifs. Et des coliques mais c'était toujours très flou...
Bonjour Pauline,
Je pense que c'est néfaste pour le cheval.
Je m'explique :
Il y a quelques années j'ai croisé un cheval qui passait sa vie dans un boxe, nourrit uniquement aux granulés (j'espère que ça en choque plus d'un, un cheval est herbivore !) résultat ce cheval ne savait pas manger de l'herbe et je ne préfère pas imaginer les carences qu'il avait etc mais ce cheval travaillait et sortait quelque fois en trotting.
J'ai aussi rencontrer un cheval qui depuis qu'il est né est dans un box et surtout dans le noir. Ce cheval a de fortes carences, un développement musculaire nul mais malgré tout il est assez bien dans sa tête.
Avec ce cheval il y en avait un autre, il est dans le même état que lui : carencé, anémié, pas de muscle mais le fait de n'avoir vécu que dans un box et dans le noir l'a rendu cinglé ; et le mot est faible à mon avis…
Pour ces deux chevaux tout cela est absolument irréversible, même s'ils sont nourris, complémenter à la vitamine E, muscler par un travail quotidien les carences sont beaucoup trop importantes…
Salut Pauline,

Tous les chevaux ne peuvent pas bénéficier de paddocks ou balades régulières, je pense surtout aux chevaux de clubs/propriétaires qui sont logés en ville.

Je pense qu'au bout d'un moment la routine use les chevaux aussi bien moralement que physiquement. ils n'ont pas trop d'échappatoire (un peu comme si nous on faisait métro, boulot, dodo...tous les jours) . Ca peut se traduire par l'apparitions de tics, pathologies (type ulcères) ou des chevaux qui deviennent éteints/ mécaniques voire rétifs..
L'idée c'est de pouvoir varier les séances avec ces chevaux et leur permettre de se défouler de temps en temps (lâcher en liberté, faire une sortie à la plage, organiser une sortie en forêt, les mettre au pré au mois d'aout....)
Difficile de savoir ce qu'ils pensent, on ne peut que constater les signes cliniques de l'ennui, par exemple je pense que 99% des chevaux qui se mettent un jour à tiquer sont des chevaux en boxe. Du côté physique pur les colliques sont beaucoup plus rare sur les chevaux ayant un accès quotidien à un paddock, il y a aussi moins de problèmes de tendons, etc. Après chaque écurie fait aussi comme elle peut mais quand il y a la possibilité c'est évident que les chevaux sont mieux dans leur tête et dans leur corp quand ils peuvent aller au paddock et en ballades.
Hello Jeanne, et bien, dans mon ancien centre equestre, les chevaux ne font rien d’autre que cours et box, ils ne sont jamais mis en liberté
Hello Pauline,
Ça peut contribuer à un certain mal-être dans certains cas mais certains chevaux s'en passent assez bien, ça dépend vraiment du reste de leurs conditions de vie et de la façon dont ils sont traités 😊
Profitez de Horsealot en vous connectant avec nos 200,000 membres !
Inscription
X