The equestrian lifestyle community.

Retour au feed

Quels sont vos avis/témoignages concernant l'évolution des concours de saut d'obstacles depuis 40-50 ans ?

Quels sont vos avis/témoignages concernant l'évolution des concours de saut d'obstacles depuis 40-50 ans ?
Je suis dans l'ensemble totalement d'accord avec vous ! La masse des chevaux a vraiment évolué, leur souplesse aussi. Malgré les saisons à rallonge et les concours interminables ils sont traités tel des athlètes de haut niveau. Mais le problème c'est effectivement les dotations qui ne permettent pas toujours de gagner correctement une vie de cavaliers pro... malgré leurs très nombreux chevaux.
Je suis trop éloignée du milieu pour en parler avec expertise, mais mon regard de "novice" du haut niveau note surtout les changements d'objectifs et de physique des chevaux. Pour résumer l'évolution du CSO sur les cinquante dernières années, je dirais qu'on est passés de :
- gros obstacles - gros chevaux
à
- parcours rapides et techniques - chevaux rapides et souples.

Quand je regarde les albums d'un grand oncle qui sautait à haut niveau, je vois des chevaux massifs, avec une musculature impressionnante et des membres larges et solides. Ils étaient adaptés pour sauter des barrages énormes, des rivières interminables, toujours plus haut, toujours plus large.

Quand je regarde les compétitions aujourd'hui, je vois des chevaux fins, dans le sang, avec moins de masse musculaire et des membres plus fragiles, mais plus de souplesse et de rapidité. Ils sont adaptés à nos parcours techniques de vitesse : obstacles plus légers, mais courbes plus serrées, enchaînements plus complexes, temps impartit réduit.

(Cela sans parler des dotations, types de circuit, etc, que je connais mal et que Stéphane a très bien évoqués).
Énormément de choses ont changées, ça c'est professionnalisé à haut niveau mais à côté il y a aussi la possibilité de faire du très haut niveau si on a de très gros moyen, des cavaliers n'ayant qu'un cheval comme Pierre Durand non plus vraiment leur place, il ne pourrait pas marqué assez de points au ranking et je pense qu'il n'aurait pas les moyens de sortir 1M d'€ par an.
Les saisons sont maintenant non stop, les chevaux ne tournent pas plus mais les cavaliers ont besoin de plus de chevaux, ils voyagent aussi beaucoup plus et délaissent les épreuves nationales, même leur championnat, voir les jeux mondiaux pour certains, sous prétexte qu'il n'y a pas assez de dotation.

Côté technique les temps minimum pour ne pas avoir de pénalités ont été fortement abaissés, les obstacles sont beaucoup légers (les barres sont passées de 10/12 cm de diamètres à 8/9 et souvent 4m à 3.5m de front), les obstacles sont aussi moins massifs, moins sautants, les tracés sont aussi plus techniques.
La monte et le type de chevaux ont bien entendu évolué dans le même sens.

A plus petit niveau on voit de moins en moins de réforme de course (TF ou PS) ou de chevaux de club en concours amateur.
D'une manière générale le nombre de licence amateur ne progresse plus depuis le passage de 4 à 2 catégories et la création de la catégorie club qui était censée remplacer les concours "d'entraînements" est devenue pour beaucoup de cavalier une fin en soi avec son pseudo championnat annuelle de Lamotte.

Sinon je pense qu'on est plus attentif au bien être des chevaux et qu'on attache plus d'importance à leur condition physique au même titre qu'un athlète humain. C'est (presque) fini le lundi au boxe après les concours, à tous les niveaux les chevaux voient dentiste et ostéo, la nutrition est surveillée de plus près, on fait plus attention à la selle côté cheval etc.