The equestrian lifestyle community.

Retour au feed

Comment savoir quand son cheval commence à fatiguer et arrêter la séance pour ne pas le dégoûter ?

Comment savoir quand son cheval commence à fatiguer et arrêter la séance pour ne pas le dégoûter ?
Personnellement, j’ai une politique assez simple. Demander des choses simples, arrêter quand on a les résultats. Et tous les jours pousser un peu plus loin. Sans que ça ce voit.
Mais des pauses, des vrais pauses dans le travail (pas deux jours quoi. Genre plus une semaine) est utile et permet de revenir sur un travail qui évolue et évite la stagnation.
Salut Nassia,

je rejoins l’analyse de Stéphane. En général on évite d'arriver au point de fatigue du cheval. Et ce en effectuant des pauses ou en demandant des exercices plus "faciles" quand le cheval fatigue.

Souvent le cheval fatigué transpire, souffle fort, a du mal à avancer, est moins précis dans les exercices, peu trébucher, est moins attentif, peut se battre dans la bouche (battre à la main, tirer, mettre des coups de tête...), ou piétiner, refuser d'avancer, se mettre debout , reculer ou marcher en crabe....
A l'obstacle, le cheval a tendance à moins bien sauter, faire des barres, dégrader son geste, ne répond pas toujours immédiatement aux sollicitation du cavalier et a être moins précis dans ses abords.

C'est assez significatif sur les jeunes chevaux ou chevaux vert ou qu'il faut remettre au travail. Il faut trouver l'équilibre entre leur faire prendre de l'endurance musculaire, du souffle et ne pas les dégoûter. Pour ma part, dès que je sens mon cheval de 4 ans moins coopératif (discute dans la bouche, rétrécit sa foulée, se plaque un peu dans l'encolure, devient plus réticent aux jambes), je repasse au trot enlevé rênes longues et remet en avant ou bien fait une pause pour le remettre dans le confort. Je reprends ensuite le travail quelques minutes avant d'arrêter la séance.
Les chevaux n'ont pas de led de niveau de batterie, il n'y a pas de règle ça diffère d'un cheval à l'autre, certains vont se porter moins en avant, d'autres moins s'engager, d'autres commencer à tirer un peu, d'autres s 'énerver, etc.

De toutes façons on arrête pas quand un cheval commence à fatiguer, on organise sa séance pour justement ne pas en arriver là.
Les chevaux sont comme des enfants, ils ont du mal à rester concentrer très longtemps, la fatigue "intellectuelle" arrive souvent avant la fatigue physique. Il faut donc faire de nombreuses pause en laissant le cheval au pas rênes longues dans l'attitude et à la vitesse qu'il veut, vraiment rien demander.
Après l'échauffement musculaire, mieux vaut commencer par des exercices parfaitement maitrisés pour obtenir progressivement son attention, continuer par un exercice plus complexe et finir par un exercice simple à nouveau avant qu'il se lasse ou s'énerve.
Baisse d’impulsion, baisse de concentration, baisse de réactivité.... en général ce sont les principaux indices