The equestrian lifestyle community.

Retour au feed

Comment rééduquer un trotteur réformé, quelles sont exactement les bases ?

Comment rééduquer un trotteur réformé, quelles sont exactement les bases ?
Bonsoir Solène,

Pour commencer un check ostéo, c'est assez important car les trotteurs ont généralement de gros blocages notamment aux épaules et à la hanche/cuisse, c'est très fréquent chez eux. Ca permet de partir sur une base bien saine pour la suite avec un cheval prêt à apprendre à s'utiliser autrement.

Longer sans enrênement au maximum, et si enrênement, rien qui puisse les inciter à être sur les épaules ou qui les coince devant (Personnellement j'aime bien le pessoa un peu long, ça leur apprend à s'arrondir en engageant réellement ou alors avec une bande de travail élastique attachée au surfaix pour faire engager les postérieures sans avoir besoin de quelque chose devant). Les trotteurs ont tendance quand ils ont courut même peu et selon leurs morphologie à se tracter, à aller chercher le mors vers l'avant (Comme les chevaux d'attelage qui ont tendance à être un peu pendus sur les épaules). La longe permets de les assouplir en douceur, sans cavalier, mais aussi de leur apprendre à comprendre leur nouvel équilibre, à s'utiliser autrement, à savoir où ils posent leurs pieds,...ect

Monté, selon le cheval on leur ré-apprend d'une certaine manière à marcher et trotter correctement avant de penser au galop. Beaucoup on tendance à aller trop vite, et du coup ça peut vite devenir la galère... Apprendre à marcher correctement et dans le calme, à trotter calmement également et sans venir courir après le mors ou, dans d'autres cas, à prendre confiance à la main et leur faire comprendre qu'ils peuvent s'étendre sans courir et prendre leur temps. Faire des transitions intra allure au pas et au trot, à bien prendre le trot dans le calme en s'utilisant dans le bon sens, à se décontracter, ...

Quand vient le moment du galop, je conseil toujours de leur apprendre au départ en liberté, ensuite en longe, ainsi non seulement ils apprennent sans cavalier sur le dos pour les gêner, et il est possible de mettre des commandes vocales qui aideront ensuite à prendre le galop sous la selle. Je déconseille fortement de pousser un trotteur jusqu'à ce qu'il parte au galop, ça peut les mettre en état de stress, ils ne s'utiliseront pas correctement, et c'est comme ça que généralement on voit des trotteurs galoper comme des tank ventre à terre en courant derrière le mors ou en s'appuyant pour garder le galop et ne pas se planter, tourner comme des moto sans pouvoir tenir le galop dans les tournant car il manque les bases (Equilibre et calme). Demander quand le cheval est calme, même si ce n'est que 3 foulées, féliciter beaucoup et recommencer. Ils apprennent beaucoup mieux dans ces conditions.

Pour la longe, en plus de ce que j'ai dis plus haut, tu peux attacher le mousqueton au surfaix après l'avoir passé dans l'anneau du mors, ça permets de gérer et travailler sur le pli (plus ou moins de pli, ect) et de gérer l'engagement du postérieure sous la masse avec la chambrière. Rétrécir un peu le cercle, l'agrandir, varier les allures quelques foulées, revenir dans le calme, ect... Tu peux poser une série de barres au sol également au bout d'un moment, 2 pour commencer pour ne pas le perdre, et le faire passer au pas et au trot pour ajouter une approche du rebond.

Tu peux partir en trotting également si le cheval ne se met pas à chauffer, faire quelques mètres au trot posé, repasser au pas, recommencer, ect... C'est sympa pour les chevaux car ça change du cadre de la piste et c'est aussi bien éducatif pour eux tout en étant bon pour leur santé.

Il ne faut pas aller trop vite, quand les bonnes bases sont instaurées, le travail devient beaucoup plus simple après (pour le saut, approfondir le dressage, ect..) contrairement aux raccourcit qu'on voit souvent et qui finissent par poser des soucis plus tard comme pour un cheval qui stress et galope comme un tank par exemple, et se contenter de peu. Mais généralement, quand ils sont respectés au niveau de leur apprentissage et compréhension, ça peut aller assez vite.

Et surtout, les écouter, dans le sens où en général ce sont des chevaux vraiment généreux, ce qui fait qu'on peut parfois leur en demander beaucoup et ils le font (pas tous mais c'est une généralité pour pas mal), si ils ne le font pas, il se peut qu'ils n'y arrivent pas pour le moment...Si ils s'énervent, il se peut qu'il s'énerve parce qu'ils essaient mais n'y arrive pas, ect... Mais ça vient avec le temps passer avec eux, comme pour chaque cheval d'ailleurs. La patience est une vertus qui à son sens particulièrement avec eux également, car en général, ont tombe sur des chevaux assez sensible et un peu émotifs dans le fond.