The equestrian lifestyle community.

Retour au feed

Pensez-vous que les caractères affiliés à une race sont justifiés (exemple : les purs-sang ont un fort caractère, les selles français sont tranquilles/patients, etc) ?

Pensez-vous que les caractères affiliés à une race sont justifiés (exemple : les purs-sang ont un fort caractère, les selles français sont tranquilles/patients, etc) ?
Pour moi pas du tout, j’ai souvent entendu que les pottock sont calmes, gourmands ( ça je ne peux pas dire le contraire ), ne sont pas très bons en saut ou encore autre choses mais je peux en assurer le contraire. C’est pratiquement l’opposé. Mais tout cela dépend des facteurs environnementaux des équidés. ^^
Salut !!

Ça dépend complètement...je pense pas que ça signifie grand chose. J'ai eu une jument SF avec un caractère explosif alors que mon cheval actuel est aussi un SF et son caractère est beaucoup plus posé ! Je trouve en revanche beaucoup de points communs entre tous les KWPN que j'ai connu.
Bonjour Anaïs,
Clairement je pense que la seule race à qui on peut être sûr du caractère (et encore ça dépendra toujours des individus), c'est le pur sang arabe. Pourquoi ? Parce que c'est le cheval qui a subit le moins de modification génétique, vu que c'est lui a permis de créer quasiment toutes les races qu'on connait aujourd'hui.
A partir du moment où tu joues avec la génétique, tu joues également sur le caractère.
Comme l'as dit Mathéa, les chevaux de sport, on cherche de chevaux avec du sang donc forcément un peu plus chaud niveau caractère. Ornella Mail HDC est une SF, je suis pas sûre d'avoir envie de poser mes fesses dessus...
Je pense qu'on garde ces trucs là par habitude on va dire. Propriétaire d'un cheval de trait, tout le monde me dit "mais il est calme de quoi tu te plains?", ils l'ont jamais vu se cabrer dans ses brancards xD
Mais clairement oui quand tu cherches un caractère, faut pas se focaliser sur une race car toutes les races peuvent avoir un individu très calme alors qu'on les voit comme des chevaux très chauds et des chevaux très chauds dans une race qu'on définit comme calme.
Je pense que ça dépend des races, et des critères à partir desquels elles ont été construites.

Dans l'ensemble, les clichés de caractère dans des races de sport ne signifient rien, parce que ce n'est vraiment pas le critère qui est regardé le plus pour produire ces chevaux. Quand on veut produire un bon sauteur/trotteur/galopeur, on ne se demande pas trop si on veut qu'il soit froid dans sa tête ou plutôt foufou. L'important, ce sont ses performances. Néanmoins, on ne peut pas nier que les chevaux de ces races ont souvent un caractère un peu explosif, mais il faut être prudent et ne pas tout relier à la race. N'oublions pas que ce sont des chevaux qui évoluent dans le milieu du sport, et qu'ils sont soumis à bien plus de facteurs de stress qu'un pépère de club ou qu'un trait qu'on attelle une fois par mois et passe le reste de son temps au pré. Ce sont des chevaux qui voyagent sans cesse pour aller sur les lieux des concours, qui sont donc soumis au stress du transport, à celui de voir sans cesse de nouveaux endroits et pistes qu'ils ne connaissent pas, qui doivent fournir des efforts physiques importants sous les acclamations de la foule, avec de la musique, sur des pistes éclairées à fond, qui détendent dans des paddocks bondés, qui ne peuvent pas vivre au pré autant qu'il le faudrait. Même si leurs conditions de vie se sont nettement améliorées ces dernières années et qu'on veille de plus en plus à leur bien être, ce sont tout de même des chevaux qui subissent une dose de stress quotidienne largement supérieure à la moyenne. Enfin, il faut rappeler aussi qu'on attend de ces chevaux des performances importantes et très techniques, et donc une réponse immédiate et efficace aux aides de leur cavalier : s'il faut demander trois fois le départ au galop en arrivant sur la piste, ça devient compliqué ! On leur demande donc aussi d'avoir une grande réponse aux aides, on les sensibilise beaucoup. Pour toutes ces raisons, leur caractère s'en ressent. Mais mis au pré et montés régulièrement dans le calme comme des chevaux de loisir, ils seraient peut-être (sûrement même) totalement différents. Pour ces chevaux de sport, la race ne joue guère sur le caractère.

Pour les races orientées dressage, je crois que c'est plus nuancé, il y a eu une évolution. Il y a quelques dizaines d'années, je pense que c'était comme pour les chevaux de CSO ou de course : l'important c'était d'avoir des allures incroyables et un physique adapté, peu importait le caractère. Sauf qu'on s'est rendu compte que dans la discipline du dressage, on permettait très peu aux chevaux d'exprimer leur ressenti, et que pour des chevaux nerveux/anxieux/facilement impressionnables/émotifs, ça virait parfois à la torture de les maintenir de force dans des attitudes rassemblées qui les empêchaient de s'exprimer. Et du coup, les exigences au sein des races ont évolué en même temps que les critères de notation. Maintenant, avoir un cheval qui fouaille de la queue, qui manifeste des signes d'inconfort, etc, est sanctionné, car le cheval doit dérouler sa reprise dans un état d'esprit serein, non pas forcé et sous pression. Pour éviter de perdre des points là-dessus, on cherche maintenant des chevaux plus apaisés et plus sereins face à la pression/stress qu'implique la discipline. Du coup, les éleveurs se sont penchés sur la question, et on sélectionne maintenant pour le dressage des chevaux sur des critères physiques mais aussi de mental : des chevaux plus posés, plus froids dans leur tête, plus capable de gérer la pression.

Enfin, on a le cas des races de chevaux qui visent résolument un public de cavaliers de loisir, et là, le critère "mental" est extrêmement important. En effet, si vous voulez produire un petit cheval polyvalent adapté pour des cavaliers qui veulent se faire plaisir sans prise de tête, un cheval qui puisse être monté par toute la famille, il va falloir exclure les excités/nerveux qui seront boycottés par la clientèle visée. Les éleveurs de races de loisir doivent sélectionner des étalons et des juments dont le caractère est plutôt calme, docile et pas peureux, pour rassurer l'acheteur et lui permettre de se faire plaisir en tout sérénité. Pour les races de loisir les plus récemment fondées, c'est un critère de base qui a été adopté dès le début (je pense au Henson par exemple).

Ce cas s'applique aussi aux races de traits : du fait de leur masse imposante et de leur force, on ne peut pas se permettre d'avoir des chevaux trop imprévisibles ou nerveux, car si un coup de cul ou bousculade d'un petit PSA ce n'est déjà par agréable, imaginez avec un percheron d'une tonne ! De plus, les chevaux de traits sont des races qui ont été crées pour être attelées, or cela exige des chevaux calmes et froids qui ne risquent pas de ruer dans les brancards (au sens propre du terme), parce qu'un petit coup de cul de joie sur un parcours d'obstacle ce n'est pas un drame, mais quand il y a une calèche attelée avec des enfants derrière par exemple, on ne peut pas se le permettre. Dans le cas des races de trait comme pour les chevaux de loisir, le critère du mental est ancré depuis toujours pour ainsi dire, parce que le paysan du moyen-âge ne pouvait pas se permettre de racheter une charrue à chaque fois que son cheval de labour se sentait contrarié.

Autrement dit, je crois qu'il faut prendre les "clichés" sur le caractère des chevaux de race avec précaution, et qu'il est bon de se souvenir de ces trois "catégories". Pour les chevaux de sport d'aujourd'hui, la race n'a pas beaucoup d'influence sur le tempérament à mon avis, c'est plutôt aléatoire. Pour les races axées dressage, on évolue vers la recherche d'un mental serein qui prend de plus en plus d'importance. Enfin, pour les races orientées loisir et les races de trait, les exigences des éleveurs sur le critère du caractère ne sont un secret pour personne, et donc sont plutôt fiables. Même si dans chaque race, quels que soient les standards, on a toujours des exceptions pour confirmer la règle (si règle il y a). ^^
Bonjour Anaïs,

les stéréotypes de race par rapport au caractère n'ont pas grand chose de véridique...Sauf peut être pour des races plus spécifique comme le frison, les chevaux espagnols, les traits,... Et encore.

J'ai pu remarquer plusieurs fois par exemple que contrairement à ce que l'ont dit des trotteurs réformés, ils ne sont pas tous à tout faire pour le cavalier, gentils, posés,... J'en ai eu un par exemple chez moi qui avait battu le record de vitesse aux sélections au grand champ où il avait passé sa sélection, mais qui était tellement associable avec ses congénères qu'il ne pouvait jamais finir une course, d'où sa réforme et d'où le jour où il est tombé chez moi. C'était un cheval qui ne savait pas "tolérer" qu'un autre empiète sur sa zone au travail et devenait vraiment agressif, même pas s'énerver ou agacer.

Mon dernier avait un caractère très fort, beaucoup de sang à gérer, et c'était toujours à savoir qui piloterait de nous deux, et il prenait souvent l’initiative en parcours de taper une longue parce que pour lui approcher trop de la barre c'était pas bon, et il ne pardonnait rien du tout. Je passerai sur tout le reste, mais on était très loin du cheval au grand coeur qui fait tout pour son cavalier quitte à se faire "mal" ou le faire même si il sait que ça ne passera pas. Plusieurs fois il aurait pu me sauver, plusieurs fois il m'a clairement envoyée au tapis, quant à tolérer des erreurs sous la selle... Là non plus on était loin du trotteur qui accepte beaucoup lol

Je connais des pur sang qui sont tout simplement pépères, adorables même, qui sont même montés en épreuves de niveau club par des cavaliers de niveau en corrélation avec l'épreuve alors qu'ils n'ont même pas encore 8 ans.

Ca dépend vraiment de la génétique quoi qu'il arrive...C'est comme les critères physiques, on à de tout dans chaque race (SF, KWPN qui je trouve changent beaucoup,...ect...) et comme l'a dit Amandine, ça dépend aussi de son mode de vie, ect... Même si pour moi ça peut jouer beaucoup je ne dis pas le contraire, ça ne fait pas tout non plus.

Pourquoi un bon éleveur ne va pas croiser absolument l'étalon du moment avec sa jument mais réfléchir aux possibilités que son futur soit un poulain "amateur" et pas un cheval qu'on ne pourra pas mettre entre toutes les mains? Mais plutôt regarder à ce que l'étalon n'amène pas trop de sang, trop de caractère,... Même si malheureusement je trouve que ça se fait encore énormément maintenant pour des amateurs de choisir un étalon par le papier et performance ou par son coup de saut et son physique (Aspect général robe, marquages,...) sans chercher à savoir ce que le mix avec sa jument donnera. Mais ce n'est pas le débat :) Donc pour moi, la race n'est pas un critère de caractère (sauf pour certaines races comme je l'ai dis plus haut)
Je n'ai jamais rencontré de SF tranquille et patient, à part ceux qui avaient plus de 16ans, alors je ne pense pas que ce stéréotype soit justifié 😂

Sinon, je suis d'accord avec Amandine, l'environnement et l'éducation font beaucoup, même si chaque cheval a son caractère qui lui est propre aussi.
Plus maintenant.
C'est vrai qu'à l'époque les chevaux étaient assez stéréotypés, les PS tout fins et longilignes très proches du sang, les SF immenses massifs et placides,...etc
Maintenant il y a tellement de croisement en tout genre que la plupart des races de son plus que des nom, tu peux avoir deux modèles de la même race tellement différents et aux caractères bien distincts.
Au final qu'est ce qui différencie le SF avec 80% de sang allemand du KWPN ?!
Et puis les races évoluent sans cesse pour créer à chaque fois LE modèle/caractère qui répond à l'offre et à la demande. (exemple bête: mais si demain on découvre que pour galoper plus vite il faut des chevaux très osseux et sereins alors t'inquiète pas qu'on verra plein de PS aussi cool et massifs que des Percherons !)

Sans parler qu'au final ce qui fait qu'un cheval est gentil/méchant, froid/impulsif, performant/ou pas,...etc, ça reste quand même grâce/à cause de son environnement, de son éducation, de son cavalier et surtout de ce que l'on en fait !