The equestrian lifestyle community.

Retour au feed

Pour vous quels sont les pires défauts qu’un cheval puisse avoir ?

Pour vous quels sont les pires défauts qu’un cheval puisse avoir ?
Merci beaucoup pour vos réponses, c’est génial d’avoir plusieurs point de vus sur ce sujet!
Comme ç'a été dit il y a les défauts de comportement et les défauts physiques.

Dans le physique/pathologie il peut y avoir un nombre incalculable de défauts qui peuvent pourrir la vie d'un cheval et par extension celle de son cavalier. Toutes les pathologies assez graves qui font souffrir le cheval et entraînent de gros frais en fait, celles aussi qui empêchent le cheval d'être monté parce que rares sont les gens qui prennent un cheval sans l'idée de le monter/travailler/atteler... Personnellement je serais plutôt du genre à faire plusieurs visites véto poussées avant de m'engager pour avoir un cheval, c'est tellement éprouvant psychologiquement et financièrement de gérer un cheval en mauvaise santé.

Pour les défauts de comportement, il y a les petits défauts de mauvaise éducation à pied, gendre mordre, taper du pied, bousculer... mais avec un peu de travail généralement ça se corrige, donc ça ne me rebute pas. En revanche j'ai plus de mal avec les chevaux mal éduqués à la monte. Attention, je ne parle pas d'un bébé qui n'a pas encore tous les codes, je trouve ça très intéressant au contraire, mais je parle des chevaux déjà âgés qui ont de mauvaises habitudes bien ancrées, de celles qui sont décourageantes parce qu'on a le sentiment qu'on ne pourra jamais les corriger.

Particulièrement les chevaux qui ont trouvé LA technique pour faire tomber leur cavalier quand ils en ont marre, parce que c'est extrêmement difficile d'anticiper et de reprendre le travail quand ils ont prit le dessus, ça peut devenir un enfer. J'ai connu une ponette de club qui pouvait être adorable dans les bons jours, mais qui pouvait aussi bien te jeter par terre en deux secondes dès qu'elle en avait marre. En un battement de cil, elle passait de "ok je bosse" à "va te faire voir". Et impossible d'anticiper ce changement.

Je déteste les chevaux dont le comportement est aussi imprévisible. Je peux supporter un cheval qui a peur, parce qu'on peut le raisonner. Je peux supporter un cheval joueur qui essaye de te faire tomber pour te tester, parce que tu sens quand il commence à faire le malin. Je peux supporter un jeune cheval qui ne connaît par encore les limites parce qu'on peut les lui enseigner. Mais ces chevaux qui ont prit l'habitude de mettre par terre leur cavalier quand ça leur chante sans signe avant-coureur et pour lesquels la rééducation est devenue pratiquement impossible, ça ne me convient pas du tout. D'un côté ça m'angoisse parce que je n'ai aucun moyen de garder le contrôle de la situation, de l'autre ça me frustre parce que je suis impuissante face à un tel comportement.
Bonjour ! Pour moi ça serait un défaut qui vient de la nature profonde de ce cheval. C’est-à-dire qui ne dépend pas de l’homme (dans le sens où les comportements du cheval sont dus à une mauvaise relation avec l’homme) ou de sont physique. Du coup je sais pas si y en a beaucoup 😂.
Bonjour Mélanie,

tout dépend si ce sont des défauts de caractère/personnalité au travail ou au quotidien, ou des défauts purement physique, ou résultant d'une pathologie...

Pour ma part, un défaut qui en soi n'est pas le pire mais reste gênant pour moi, c'est un cheval qui à deux côtes en plus ou qui à le c*l dans la brouette sans assez de force pour contrebalancer ce défaut. Un cheval long dans le dos et/ou qui à l'arrière main vraiment haute par rapport à son avant main, c'est signe de plus de boulot ce qui ne me gêne pas, mais sans force dans l'arrière main suffisante, ça va me gêner un peu mais c'est purement personnel :) Le combo, et ça j'en ai connus quelques un comme ça: Long dans le dos, sur l'avant main et fainéant/mou. Pas mou dans le sens diesel qui une fois qu'on l'a dans les jambes se tien, mais mou dans le sens qui choisit toujours la loi du moindre effort, qui n'utilise pas ses jarrets du tout, qui va au mieux juste en auto porté minimum...(Même si l'impulsion se travail pour la plupart, j'ai connu de vrais fainéants gravés dans le marbre du moindre effort...)

Les aplombs et pieds, si ce n'est pas un soucis pathologique, je sais que ça peut se régler avec un bon maréchal ou au mieux un MF orthopédiste, de ce point de vue je ne regarde jamais trop puisque avec un bon suivi pro, le soucis peut être gérer tout à fait normalement.

Sinon, encore d'un point de vue personnel, même si le cheval en lui même n'y peut rien, les chevaux robots...J'ai eu vraiment ce déclic final avec mon dernier cheval qui avait une personnalité monstrueuse (Charismatique, imposant, vivant, envahissant, très intelligent,...Et ce ne sont pas mes mots à la base, je ne lui jetais pas beaucoup de fleurs surtout les premières années), et c'est grâce à lui que je remarque que beaucoup de chevaux n'ont pas ou plus le déclic de s'exprimer, soit parce qu'on ne leur à pas apprit, soit parce qu'on ne les stimule pas un minimum dans ce sens. Un cheval éteint, métro boulot dodo, pour moi c'est assez triste. Après qu'on ne confonde pas s'exprimer avec systématiquement mon dernier cheval, un comme lui ça ne cour pas les rues, mais quand ils montrent un peu de leurs traits de caractères même juste un peu, je trouve ça vraiment mieux. Mais là on part je pense plus sur des préférences. Un cheval trop gentil qui va tout accepter sans arrêt même si c'est d'avoir mal et qui va tout subir en bronchant juste d'un cil, c'est un cheval qui va m'énerver (pas méchamment je précise mais ça me donne juste envie de les secouer...)

Le pire défaut de comportement pour moi reste des chevaux vicieux puiss. 100000 (donc de vrais vicieux, pas vicieux dans le sens font des sales coups mais restent quand même sympa), j'ai été collée deux fois et pas passée loin d'une troisième fois, je peux garantir que la première était décidée à m'avoir et j'ai eu de la chance! La deuxième avait un soucis neurologique et de comportement malheureusement suite à un peu plus de 3 ans de vie pas sympa du tout, et c'était une cause perdue au final donc je pardonne à 3 quart. La dernière avait tellement été pourrie dès poulain que je pardonne un peu, mais je suis pas passée bien loin de finir aux urgences...au minimum. Pour moi c'est vraiment le défaut de comportement que je ne peux pas accepter...Je le fais encore pour des gens qui me le demandent sous réserve de pouvoir arrêter dès que je le dis avec acceptation d'un supplément, mais écouter mon petit coeur et refaire la sainte patronne des condamnés = Non. Au pire je suis encore attirée par des chevaux pas facile (j'ai encore été intéressée par une jument qui teste et prend le dessus ou essai de le faire régulièrement, mais ça, c'est pareil que mon dernier cheval donc ça m’intéressera toujours).

Difficile à dire pour ma part les défauts purs et durs en dehors de ceux que j'ai cité au dessus...Même un cheval avec un dos très carpé pourra plaire à quelqu'un et aura quelque chose à offrir pour du loisir ou quelqu'un qui aura envie de faire un peu de concours si il y a bon suivit de travail et ostéo/physio derrière...Un cheval qui billarde ou forge ça peut se régler avec un bon maréchal et du travail également...Les défauts sont assez relatifs. Ta question est intéressante :)
D’après moi : problème de pieds/d’aplomb