The equestrian lifestyle community.

Retour au feed

Pensez-vous que certains chevaux ont vraiment un ressenti / empathie avec les enfants ?

Pensez-vous que certains chevaux ont vraiment un ressenti / empathie avec les enfants ?
Merci pour toutes vos réponses qui sont très intéressantes !:)
Je pense qu'un cheval est capable de différencier un adulte d'un enfant. C'est une proie, et comme toutes les proies, il se méfie naturellement ce qui peut être considéré comme un prédateur. C'est pourquoi un cheval se montre toujours attentif à ce que fait son cavalier, même s'il est accoutumé à l'homme et proche de lui. En revanche, il est aussi capable de se rendre compte qu'un enfant est plus petit, et plus "inoffensif" qu'un adulte, ce qui fait qu'il aura tendance à être moins sur ses gardes avec un petit, et éventuellement à leur pardonner leurs erreurs plus facilement.

Mais il y a aussi et surtout le fait qu'un enfant n'en demande jamais autant que nous à un cheval. Nous, quand on leur monte dessus, on leur demande de se tenir, d'engager, de faire des cessions à la jambe, d'enchaîner des obstacles... on met en place des aides, auxquelles ils obéissent parce que c'est le plus confortable pour eux, mais qui les contraignent tout de même. Alors qu'un enfant ne fera jamais que s'asseoir quelques minutes sur leur dos, ne leur demandera pas de se mettre sur la main ou de déplacer les hanches.

Pour un cheval, être tenu en main par son propriétaire et se promener un peu avec un enfant sur le dos, ça n'a rien de très contraignant. Et ils en prennent l'habitude : ils se rendent vite compte que ces petits machins un peu maladroits et poids plume ne les embêtent pas trop, et ne leur en demande pas trop. De plus, on laisse rarement un enfant comme ça tout seul à faire mu-muse sur le dos d'un cheval sans surveillance : on le tient en main, ou alors on est là, bref on encadre. Donc même pour un cheval un peu anxieux ou nerveux, les gestes imprécis et brouillons de l'enfant ne portent pas à conséquence puisque leur référent et cavalier habituel est là.

C'est, selon moi, la plus grosse différence : à cheval, un enfant, même s'il ne peut pas guider le cheval et donne des ordres contradictoires, ne le contraint pas vraiment. Du coup, une erreur est plus facilement pardonnée. Alors qu'un cavalier qui encadre, qui fait office de référence, s'il fait une erreur, le cheval se retrouve perdu, dans le vide, et là il ne pardonne pas, parce qu'il ne sait pas quoi faire.

Et puis, je voudrais aussi contrebalancer tout ça en soulignant que, même si on dit que "le plus nerveux des chevaux se calme avec un enfant", c'est loin d'être toujours vrai, et il ne faut pas prendre cette idée reçue pour argent comptant. J'ai connu un cheval de proprio qui avait un horrible caractère, et c'était valable avec tout le monde. Il mordait indifféremment adultes et enfants, il bottait ou tapait du pied, et justement sa propriétaire mettait toujours en garde, parce qu'on pense qu'avec les enfants ça va aller alors que ce n'est pas forcément le cas. J'ai aussi vu une jument comtoise éjecter sans se poser de questions un petit qu'on lui avait mis sur le dos, parce qu'il avait trop tiré sur sa bouche : enfant ou pas, elle l'a dégagé d'un coup de rein bien senti.

Certains chevaux ont même tendance à profiter de leur avantage sur un enfant, combien de fois j'ai dû aider des petits qui revenaient en larmes du box de Pompom (un shetland) parce qu'il avait mordu/botté/tapé du pied/bousculé un môme de cinq ans ? Ce poney en profitait, tout simplement. Quand on s'affirmait un peu avec lui c'était un agneau, mais si on manquait de force ou de fermeté c'était foutu. Il essayait toujours de mordre, et si le réflexe ce n'était pas d'élever la voix et de lui mettre tout de suite la claque sur le bout du nez qui veut dire "non", il devenait horrible. Et vous aurez remarqué qu'un enfant de 4 ans n'a pas forcément ce réflexe.

De plus, les comportements turbulents et foufous des enfants peuvent effrayer les chevaux un peu sur l'oeil, qui n'a jamais vu un cheval faire un écart en voyant passer des enfants courant/criant avec leur ballon ?

Donc je dis, oui, un cheval sait qu'il a affaire à un enfant, mais croire que ça rend tous les chevaux adorables serait faire une grosse erreur, qui peut amener à des situations dangereuses. Quoi qu'il arrive, on ne laisse pas un enfant seul avec ou sur un animal de 700kg, c'est comme ça. Certains chevaux s'adoucissent avec les enfants, d'autres non, d'autres même en profitent, et il faut donc rester vigilant.
Bonsoir Roxanne,

je pense que tout les chevaux savent bien se "tenir" avec des enfants...J'en ai connus pas mal, chevaux de mamans en général qu'elles mettaient sur leur cheval pour marcher ou pour monter un peu. Ca allait du cheval plutôt aux boutons à l'espagnol hyper tendu et réactif ou à la jument branchée sur du 100000 qui se fâchait pour un oui ou un non ou démarrait comme une malade à la moindre bulle qui lui pétait dans le cerveau, et dans le cas de l'espagnol par exemple, c'était un MOUTON dès que la petite était dessus...Elle le guidait, talonnait à la manière d'un enfant de 6 ans donc un peu brute et ça tapait dans les quartiers de la selle en prime, il n'a jamais bougé une oreille de travers...La petite le tenait en main sans soucis aussi :)

Royal à un moment avait attrapé très peur des mains, était énervé par peur de ne pas avoir à mangé (il avait 4 ans, mauvaise expérience dans une pension...), en changeant de pension la gérante de l'écurie l'a mit dans une écurie où il y avait assez bien de passage et où il y avait certains chevaux de clubs, du coup les enfants venaient toujours au contact des chevaux. Il à finit par ne plus avoir peur des mains ou gestes brusque et reprit confiance grâce à ça, moins de "craintes" de gestes un peu maladroit ou brute venant d'enfant. Je ne l'ai jamais vu s'agacer non plus avec des enfants, quand il en avait marre il allait dans son box comme d'habitude et ne se retournait plus, contrairement à des adultes ou plus grands qui l’agaçait souvent au point que je l'ai déjà vu attaquer à la porte (En même temps quelle idée d'ennuyer un cheval qui montrait clairement qu'il voulait la paix...)

Lui qui en plus était du genre à s'énerver, ect...ne savait même pas comment réagir avec un enfant sur le dos, il ne le sentait sans doute pas beaucoup non plus vu le mastoc mais c'était marrant à voir. Pendant sa convalescence il ne pouvait pas être monté, j'ai mis un poids plume dessus pour dire que ça lui fasse un peu de baume au moral, c'est la seule fois où il n'a pas fait son cirque avec quelqu'un à cru dessus. Mais bon c'était au pas et j'étais toujours à sa tête sinon il était perplexe et n'osait pas bouger ou montait un peu en pression si l'enfant essayait de "talonner", donc il se contenait mais la petite ne devait pas l'ennuyer. Par contre, à pieds pour le ramener au box, sortir ou rentrer dans la douche, aller vers le paddock: Un agneau, pas un mot plus haut que l'autre.

J'ajouterai pour Royal là encore qu'il à fait un micro concours de barres au sol avec une petite, je le tenais en main, on à fait au pas puisqu'il avait reçu sa greffe 3 mois avant, feu vert du vété donc...Même si il avait un léger décontractant pour dire ne pas le laisser chauffer bêtement avec l'ambiance concours qu'il aimait vraiment, c'était la première fois de ma vie avec lui qu'il à volontairement prit une barre en enjambant un cavaletti...Et qu'il est resté au pas pépère...Là je peux dire que c'était du jamais vu avec lui :)

Maintenant, il y a la forme d'empathie et le cheval fait pour des enfants ou qui pourra travailler avec des enfants ou en hippologie, là par contre je dirai que tous ne sont pas fait pour ça.
Bonjour ! Je ne sais pas vraiment si on peut appeler ça comme ça mais je suis sûre que la majorité des chevaux pas « blasé » (en mode robot) ressentent nos émotions (et donc pas uniquement celles des enfants).
J’ai pour ma part un bon spécimen pour démontrer le phénomène. Il est effectivement très très attentif à mes émotions. Il suffit que je sois stressé et paf monsieur le devient lui aussi. Une fois j’étais même en larmes devant lui et il est venu tout doucement et calmement vers moi, la tête basse alors qu’en général jamais de sa vie il le ferait (en général c’est plutôt une girafe avec la délicatesse d’un éléphant...).