The equestrian lifestyle community.

Retour au feed

Comprenez-vous qu'on puisse vouloir une demi-pension sans payer ?

Comprenez-vous qu'on puisse vouloir une demi-pension sans payer ?
Merci à tous pour vos réponses, les avis se ressemblent tous un peu, c'est intéressant de voir vos différents arguments, pour ma part je vais continuer d'aider des cavaliers qui n'ont pas le temps de s'occuper assez de leur chevaux ce qui me permet de monter sans sortir de l'argent à proprement parlé. Évidemment, je ne suis pas une touriste, m'occuper d'un cheval ne me prends pas que le temps de le monter, on s'accorde tous sur ce point. Bon week end à vous
Si c'est un Dp où le cavalier "paye" en aidant aux écuries ou quoi ça ne me perturbe pas.
Après, même si le cheval ne nécessite pas d'être travaillé par un pro, confier de façon régulière à quelqu'un son cheval sans aucun accord signé, c'est prendre des risques tels que retrouver son matériel abimé ou son cheval blessé sans pouvoir exiger de la personne en face de toi qu'elle prenne ses responsabilités puisque vous n'êtes liés par aucun contrat.
Quand c'est gratuit les gens ont tendance à négliger les choses alors que dès qu'on touche au porte monnaie ils font plus attention, même si la somme n'est pas exhorbitante.
Coucou Ninon, je vais poser la question différemment: "Comprenez-vous qu'on puisse faire ses courses au supermarché sans payer ?" A cette question tout le monde dira non et bien avoir la possibilité de monter un cheval de propriétaire c'est pareil. Être propriétaire d'un cheval cela coûte de l'argent. La solution de la DP est la moins onéreuse de toutes, puisque toutes les grosses dépenses (véto, maréchalerie, hébergement, nourriture... sont à la charge du propriétaire). Comme le dit Mathéa, c'est un service qui est mis à disposition du pensionnaire. Il me semble en plus normal de participer à l'entretien quotidien d'un cheval à partir du moment qu'on le monte. Après le système de la DP sur un cheval de club c'est un peu différent pas le fonctionnement mais bien dans la motivation, on aime bien un cheval de club et on souhaite progresser avec lui. Le club va donc faire en sorte que durant les cours on puisse monter en permanence ce cheval. Cette solution est pratique pour le pensionnaire pa forcément pour le club (car leur cavalerie n'est pas extensible).
Pour reprendre un peu ce qui a été dit, plus tu es sur de l'investissement personnel et de la participation active aux soins quotidiens, moins tu as à payer. Plus tu "bénéficie" du cheval et des avantages sans forcément avoir trop de charges, plus tu dois payer.

Selon le degré d'investissement du demi-pensionnaire, on passe de la personne qui aide, quasi-gratuitement car c'est plutôt elle qui rend le service, à la personne qui "achète" un service, à savoir un cheval dispo à monter.

Dans tous les cas, la demi-pension, c'est le "partage" de la propriété du cheval sur de nombreux aspects, mais derrière ce partage, le vrai proprio reste le responsable. A sa charge les frais d'assurance, de véto, de pension. C'est lui qui a payé le cheval à l'achat : c'est lui qui investit pour avoir ce cheval. Quelles que soient les raisons qui le poussent à chercher une DP, elles ne devraient pas influer sur la somme qu'il demande pour une demi-pension. La demi-pension, c'est une transaction commerciale : il y a une offre-demande. Le proprio "offre" son cheval (en partie), et le demi-pensionnaire "demande" ce service. C'est donc au demi-pensionnaire de payer pour ce service.

Parfois, parce que le proprio manque de temps pour s'en occuper, on a le sentiment que c'est lui qui "demande" une DP, mais c'est inexact. Le propriétaire prend la place de celui qui fait une demande quand il fait appel à un professionnel : c'est là toute la nuance. Le professionnel offre ses services, qui sont une prise en charge du travail du cheval, etc. Le professionnel a une expertise et des compétences reconnues, il ne "bénéficie" pas du fait de travailler le cheval du proprio autrement que financièrement, comme source de revenus. Ce n'est pas un loisir pour lui. Le demi-pensionnaire, lui, est un amateur. C'est lui qui fait la demande, celle de bénéficier du cheval d'un autre, le propriétaire, qui fait offre. Il en profite comme d'un loisir, pas comme d'une activité professionnelle. Il doit donc payer une somme pour en bénéficier.

La confusion à ce niveau vient vraiment du fait que les propriétaires se tournent vers la demi-pension quand ils ont besoin de quelqu'un pour les aider à prendre en charge leur cheval. Sachant cela, le demi-pensionnaire à tendance à penser "oui mais c'est lui qui a besoin d'aide, c'est lui qui me demande de le faire, donc je n'ai pas à payer alors que c'est moi qui rend service". Et ça c'est un raisonnement faux.

Parce que dans un contrat dit de demi-pension, le demi-pensionnaire n'est pas professionnel, il achète quelque chose, que lui offre le propriétaire. Ce qu'il achète, c'est le droit de profiter du bien d'autrui. Le droit de goûter au quotidien de propriétaire sans les aspects contraignants de la chose. Et cela implique qu'il paye ce service. Alors, parfois, le propriétaire va demander une somme plutôt modique, et en complément un "paiement" pratiques, en demandant au demi-pensionnaire de participer à l'entretient du matériel et installations, etc, activités qui ne rentrent pas dans le service qu'il achète. Mais cela rentre dans le paiement. C'est quelque chose qu'il doit au propriétaire en contrepartie du temps où il bénéficie du cheval.

Ce qui pose problème dans la compréhension de ce concept de demi-pension, c'est vraiment les raisons qui poussent les propriétaires à proposer ce système, parce que les demi-pensionnaires se sentent "en position de force" et ont le sentiment que c'est le propriétaire qui leur demande quelque chose et donc qui est leur débiteur, alors que c'est faux.

Pour éviter les demi-pensionnaires pénibles qui font des histoires avec ça, le mieux est encore de ne pas leur dire pourquoi on propose son cheval en DP. Ne pas dire "je manque de temps, j'ai besoin de quelqu'un pour s'en occuper", mais se contenter d'un simple "ça pourrait lui faire du bien de voir une nouvelle tête, de sortir du quotidien, d'être travaillé autrement, et c'est un cheval qui a des qualités dont je voudrais faire profiter un jeune cavalier qui cherche à progresser". Au moins, vous êtes clair sur le fait que c'est VOUS qui offrez un service, et que vous n'êtes PAS dépendant de votre DP. Cela vous évitera de tomber des gens qui se sentent au-dessus de vous.

Enfin, j'ajouterais qu'il ne faut pas confondre demi-pension et coup de main à l'amiable. Une demi-pension est régie par un contrat écrit, puisqu'il y a transaction, un contrat qui définit clairement les modalités du service que le demi-pensionnaire achète au propriétaire, et donc quel paiement il doit fournir en échange (somme d'argent mais aussi éventuels coups de mains en pratique). Mais certaines personnes "partagent" plus ou moins leur cheval avec quelqu'un en qui elles ont confiance, que ce soit pour être dépannées ou pour en faire profiter cette personne. Dans ce dernier cas, il faut vraiment que les deux personnes se connaissent bien, qu'elles se fassent confiance et puissent compter sur l'autre, parce qu'en cas d'accident ou de problème, il n'y a pas de papier stipulant qui est en tort.

Et c'est aussi pour cela que payer pour une demi-pension, ce n'est pas seulement payer pour monter un cheval, c'est aussi l'assurance d'avoir des critères bien définis qui simplifient les démarches en cas de problème. Vaut-il mieux monter "gratis" le cheval de quelqu'un et se retrouver en procès le jour où il se blesse alors que vous le montiez, ou payer chaque mois et avoir l'assurance d'être en parfait accord avec le propriétaire sur les responsabilités de chacun ? C'est quelque chose qu'il faut mûrement réfléchir.

Ce gros pavé pour souligner que la plupart des cavaliers ont une image erronée du concept de demi-pension, et que le fait de payer pour monter le cheval d'autrui est non seulement normal, mais également un gage de sécurité et de confiance.
Je pense que tout a été résumé, finalement, tout dépend de la situation/contexte, cheval, infrastructure et volonté de chaque partie.
Je te prends un exemple :

> J'ai une pension travail sur mon cheval, que je paye donc tous les mois. Cela comprend mes 2 cours, 2 longes et 1 monte par mon coach et les sorties au paddock tous les jours. Cela m'assure un suivi, un cheval sorti et bien dans ses sabots, un bon encadrement.
Mais il m'arrive parfois d'être absente. Difficile pour mon coach de monter 2 fois de plus mon cheval dans la semaine, ce que je conçois tout à fait n'étant pas la seule propriétaire. Alors je prête mon cheval gratuitement à un ami sur les cours où j'étais censée être.
Ainsi, mon cheval est monté par quelqu'un de confiance, encadré en cours et sur un exercice qui va vraiment le bosser. En contre-partie , mon ami se fait plaisir sur un cheval avec plus de potentiel que du club.
Je fais cela car c'est 'exceptionnel', cela va arriver quelques fois dans l'année et de manière ponctuelle. Il est donc évident que je ne vais pas faire payer mon ami alors qu'il m'arrange également.

Mais si c'était sur un contrat long, donc sur une dp, avec une volonté d'avoir mon cheval toutes les semaines, en cours en bénéficiant des infrastructures et du matériel, je trouverais ça logique qu'il paye, même si j'étais amenée à manquer de temps. Le cheval est utilisé par deux personnes, il semble donc logique de au moins partager les soins. Minimum.
Alors non, pour une dp classique (ie cheval opérationnel sur un certain niveau, en club avec infrastructures et avec tout le matériel fourni et entretenu par le prioritaire ) pour moi le cavalier pensionnaire reste "débiteur".

Avoir un cheval a soit, même a mi temps avec pensionnaire, c'est toujours beaucoup beaucoup beaucoup plus de responsabilité/argent/pression que pensionnaire et c'est aussi le prioritaire qui va assumer les actes du pensionnaire. Un accident, de la casse sur le matériel, un cheval planté...

Généralement lorsqu'il y a un réel besoin d'aide, la dp est a un prix assez symbolique permettant de s'assurer de l'engagement du pensionnaire d'ailleurs.
Bonjour Ninon,
Quand j'ai cherché une DP pour mon cheval, j'ai eu une personne comme ça qui voulait le beurre, l'argent du beurre et les fesses de la crémière.
Elle voulait monter quand elle voulait, faire ce qu'elle voulait et tout ça gratuitement parce qu'elle n'a pas de petit budget. Clairement, je l'ai envoyé paître.
Il faut se dire qu'une bonne DP c'est gagnant gagnant. Un propriétaire qui ne peut pas aller voir son cheval est embêté car il n'est pas sorti (sauf peut être juste paddock) mais un cavalier qui ne peut pas se payer des cours de CE ou une DP ou un cheval bah c'est juste un piéton xD
Ma DP me paie tous les mois (car je pars aussi du principe que quand on paie on fait plus attention que quand c'est gratuit) et elle trouve normal de payer car elle a TOUT à dispo. Les infrastructures, un cheval clé en main, tout mon matériel (de la brosse à la selle), elle a "qu'à venir poser ses fesses".
Une DP ce n'est pas que rendre service à un propriétaire, c'est aussi participer à la vie du cheval, l'argent que me donne ma DP clairement j'en tire aucun profit, ça me sert juste à payer les fers, quand le véto vient etc. c'est une simple cagnotte pour que je dépense un peu moins.
Là encore, c'est un avis purement personnel de par mon expérience. Je profite d'être rentrée pour te répondre plus clairement que sur mon téléphone :)

Je vais te répondre par trois choses que j'ai souvent entendues:

- Un cheval doit gagner son grain
- On paie bien pour prendre des cours sur des chevaux de manège
- On profite de mon cheval comme ont veut donc il faut participer financièrement.

En somme, un particulier permet à quelqu'un de monter et s'occuper de son cheval, sûrement déjà plus formateur qu'un cheval de club, donc normal de participer aux frais. Je crois qu'on part du principe aussi que si la personne avait son propre cheval, elle ne devrait pas rechigner sur les paiements qui seraient fatalement plus conséquents, donc grossomodo "Contente toi déjà de ne payer que ça en profitant d'un bon cheval qui te fera évoluer mieux que ceux du club"

Qu'on parle de club, d'écurie de commerce,...Ce sont des entreprises, et il faut faire rentrer de l'argent limite à tout prix.

Pareil dans le privé avec des DP de propriétaires, l'argent est le nerf de la guerre on y peux rien et tout le monde à besoin d'argent (ou la philosophie du toujours plus si vraiment on ne doit pas courir après l'argent chaque mois). Un cheval à soi coûte cher, et si on peut s'alléger un peu, pourquoi se priver d'autant que la vie est elle aussi assez cher? (Attention ce n'est qu'une analyse et pas entièrement ce que je pense)

C'est pareil pour les locations que font des particuliers qui partent étudier en supp', pourquoi louer à un prix mensuel souvent exorbitant pour un contrat d'une année alors que confier ou abaisser le tarif mensuel serait tout aussi bien?

Je n'aime pas ce coté business sachant que j'ai eu un parcours toujours conduit par la passion, la curiosité de l'apprentissage, ect...Mais c'est un triste constat, c'est comme ça. Le cheval rapporte de l'argent moins qu'il en coûte dans le loisir comme dans le professionnel ou la compétition, alors si un propriétaire qui n'a juste pas le temps de s'occuper de son cheval chaque jour peut s'amener un allègement financier, pourquoi ne pas le faire?

Même dans le milieu du coté professionnel, si quelqu'un qui fait ça pour gagner sa vie à la base propose de ne pas être payé, on saute sur l'occasion et rares sont les gens qui insistent et te dise que tout travail mérite salaire à moins d'avoir la trempe et les palmarès des grands.

Pour te donner un autre exemple qui t'aidera peut être à encore mieux situer la chose, pour mes stages je montais, je groomais, ect...A maximum 400 euros par mois en travaillant sur place 5 jours/7 (dimanche inclus et vacances/jours de congés scolaires) et même en revenant de mes deux jours de cours de 17 à plus de 21h et je ne te parle même pas des heures supp' et des journées de dingues que je faisais, à plus de ce montant c'était trop cher payé même si les patrons n'avaient pas besoin d'êtres derrière moi, du coup je devais trouver l'arrangement d'amener mon cheval voir 2 grand grand maximum et travailler pour les pensions, en faisant le calcul, j'étais largement perdante d'autant que pour ma dernière année je devais toucher 1000 euros net imposé par l'école, mais c'était la seule manière d'avoir un stage sûr.

Si tu savais le nombre de propriétaires qui m'ont déjà forcé la main pour me payer juste pour m'occuper de leur cheval pendant 3/4 jours ou sur le pouce (Juste sortir brouter, pansage, et d'autres pour aller en trotting deux fois par semaines ou faire sauter deux jours avant un concours juste par flemme pure et dure de sortir ou monter l'hiver ou l'été à cause d'un barbecue ou d'un lendemain de soirée, bref des c*nneries pareilles) tu sauterais au plafond je pense, alors que j'avais des scrupules à accepter leur argent et je leur disais que ça me faisait plaisir et qu'un cheval de plus sur ma journée ne changeait rien pour moi (Mais bon je suis trop gentille et malgré tout j'ai toujours plus la passion du cheval que de la valeur de l'argent)

Bref, ce sont des points de vue personnel propres à chacun...Mais pour moi les deux se défendent. J'espère t'avoir un peu éclairée malgré ma lonnngue réponse et mon manque de langue de bois lol :)
Bonjour Frédérique, merci pour votre réponse. J'entend et comprend complètement qu'un cavalier pro soit payé et il est évident que les attentes ne sont pas les mêmes lorsque l'on paye pour qu'un professionnel monte notre cheval ou quand on le confie à un amateur ou novice. Néanmoins, j'en reviens à ma question, si les attentes du propriétaire sont moindres et ne nécessite pas qu'un professionnel s'occupe de son cheval, est ce alors une raison pour demander de l'argent ? Je comprends totalement que les clubs est recours à ce service payant puisque l'on privatisé un cheval qui, si il était en cours, nous rapporterai de l'argent. Mais je trouve ça différent pour un particulier.
Qu'en pensez vous ?
Bonjour Ninon

Je vais te donner mon point de vue de "pro" puisque C'est une partie de mon boulot de monter les chevaux d'autres ou de cavaliers qu'il m'arrive de coacher.

On est payé pour travailler, mais comme stipulé c'est un boulot. Un amateur qui prend une DP profite du cheval, prend des cours, évolue grâce au cheval de quelqu'un d'autre.

Nous de notre côté en plus d'être un boulot, ce n'est pas pour nous lancer de fleur ou dire qu'on est mieux...mais ce n'est pas pareil. Souvent on monte des chevaux qui ont besoin de travail de fond, des jeunes, des chevaux verts ou ayant besoin d'affiner l'apprentissage de quelques exercices. Dans mon cas j'agis surtout sur des chevaux verts, à problèmes et de temps en temps pour affiner ou entretenir le temps de l'absence des propriétaires.

De plus ça ne dure pas longtemps en général contrairement à des contrats de DP.

Une DP comprend le fait de profiter du cheval de quelqu'un et pas que monter. Tu peux nouer une certaine relation avec le cheval, contrairement à nous qui n'en avons pas le temps sauf lorsque les chevaux nous sont confié complètement pour une période de x mois dans nos infrastructures ou des boxs louer à titre pro.

Bref: DP plutôt un vrai plaisir - Professionnellement: il faut qu'on gagne notre croûte. De plus il est normal de participer aux frais d'un cheval dont on profite...ce qui n'est pas le cas professionnellement parce que crois moi, et encore...on doit bien gagner notre croûte.
Bonjour à vous deux et merci de vos réponses. Évidemment je trouve vos raisonnements tout à fait juste.
Après je pense aussi qu'un propriétaire qui manque de temps, par exemple, quelqu'un encore en étude ou avec un travail prenant, le cheval ne doit pâtir de ce manque de temps et pour son bien à lui, on veut parfois trouvé un cavalier pour s'occuper de lui quand on ne peut pas. Et la je trouve que quand on est dans le besoin, c'est pas forcément logique de demander au gens de prendre en charge une partie d'un animal que l'on est censé assume seul... Même principe que lorsque dans une écurie on demande à son coach de travailler son cheval quand on a pas le temps ou même de faire venir quelqu'un à domicil, c'est un service que l'on paie. Alors pourquoi si l'on fait appel à un amateur, on lui demanderais à lui, de payer ? Voilà simplement ma réel problématique...
Maintenant je conçois totalement que l'on peut aider à quelques service dans une écurie mais je veux seulement dire que celui qui a besoin à l'origine qu'on l'aide et qu'on lui rende service c'est le propriétaire et non pas le cavalier volontaire :)
Comme le dit Louison, si la demi-pension est gratuite, cela doit absolument être du donnant donnant. On ne peut pas exiger de monter le cheval de quelqu'un sans participer à son entretien ou à la structure en contre-partie.
A partir du moment où l'on souhaite se dédouaner de ce type d'arrangement, là, il faut sortir le chèque ;) ..
Le comprendre oui... Personne ne veut payer ! Mais la logistique est plus complexe.

J'ai eu une "dp" gratis, la charge de travail n'était pas la même. Nous nous partagions la dp a 3 (2 chevaux) et avions pas mal de services a rendre.

Lorsque j'en ai proposé sur un de mes chevaux, j'ai imposé des services a rendre aussi. Les cavalières n'ayant pas assuré j'ai du tout arrêter a deux reprises.

Pour moi, il faut donc déjà avoir de la chance pour en trouver une, ensuite il faut accepter que ce sont souvent des dp chez les proprio et non en structures professionnelles donc il y a plus de contraintes logistiques (horaires, infrastructures...) et une charge de travail plus grandes pour le pensionnaire (entretien du matériel par ses propres moyens, participation active aux clôtures, volontariat sur les soins...). Les cours ne sont pas compris non plus et bien souvent pas possible a mettre en place (infrastructures de particulier) donc le pensionnaire de doit d'avoir un niveau suffisant pour travailler en autonomie relative en toute sécurité.

Enfin bref, je comprend pourquoi on en veut une mais c'est loin d'être accessible a tous !