The equestrian lifestyle community.

Retour au feed

Selon vous est-il plus simple ou difficile de créer un « lien» avec une jument qu’avec un entier ?

Selon vous est-il plus simple ou difficile de créer un « lien» avec une jument qu’avec un entier ?
Merci à tous pour vos réponses !
Pour ma part, j'ai debourre quelques entiers. J ai souvent eu avec eux des liens sympas mais moins forts et moins profond qu avec mes juments. Elles sont plus compliquées mais du coup le résultat est souvent étonnant 😁 je pense quand même que cela dépend du caractère du cavalier.
Bonjour ! Je n’ai jamais eu l'occasion de m'occuper d’un entier assez longtemps pour pouvoir créer quelconque lien mais d’après moi tout est dans le caractère du cheval.
Je pense être assez « ouverte » et par conséquence pouvoir m’attacher à n'importe quel cheval qu’il soit jument, entier ou même hongre. Le seul truc avec quoi j’ai du mal c’est les chevaux qui font systématiquement la geule quand on vient vers eux...
Ça dépend tellement du contexte qu'on ne peut vraiment pas généraliser. Pour savoir s'il est plus facile de s'attacher à un entier ou a une jument, il faudrait avoir deux situations exactement identiques à comparer où la seule différence serait le sexe du cheval : deux humains identiques, au passé identique, et deux chevaux identiques, au vécu identique, avec pour seule variable le sexe. Et c'est impossible, bien sûr.

Chaque cheval a un passé, de même que chaque cavalier a ses expériences. Un cavalier peut n'avoir rencontré que des juments avec qui ça ne passait pas, et que des entiers avec qui le feeling passait, sans qu'il y ait le moindre lien de cause à effet. On n'établit pas assez de liens avec assez de chevaux différents dans sa vie pour établir des statistiques ! Ce serait exactement comme se demander si on s'entend mieux avec les bais ou les alezans, ça n'aurait pas de sens.

Après, la différence c'est que le sexe influe quand même pour partie sur le caractère du cheval, sur son physique, et donc sur la relation qu'on peut avoir avec lui. Cela influence aussi notre propre vision de l'animal. Si on a été élevé en tant que cavalier en ayant à l'oreille les rumeurs qui disent que les juments sont capricieuses et moins impliquées, on aura peut-être moins d'affinités avec elles, mais est-ce que ce sera vraiment parce que ce sont des juments, ou est-ce que ce sera à cause de l'idée qu'on en a ? Idem si on a toujours entendu que les entiers étaient imprévisibles et nerveux, voire dangereux : on aura dans ce cas sûrement plus de mal à se rapprocher d'un entier que d'une jument.

Je pense que la facilité qu'on peut avoir à créer un lien avec un cheval dépend autant de lui que de nous. Si le sexe compte pour vous en tant que cavalier, même sans que vous vous en rendiez vraiment compte, alors vous irez plus facilement vers tel ou tel sexe. Si, par a priori, vous vous sentez plus en confiance avec une jument, vous vous sentirez mieux avec elles et vous créerez plus facilement un lien. Si au contraire vous avez de mauvais a priori sur les juments, vous les aborderez sans réelle volonté de vous en rapprocher, et ça ne sera jamais fusionnel.

Ce n'est pas forcément négatif, mais je pense que le mieux pour un cavalier serait de réussir à se détacher de ses préjugés et de ses idées préconçues sur le sexe, et essayer d'aborder chaque cheval dans sa globalité, sans seulement se focaliser sur "c'est un entier"/"c'est une jument". Un cheval ne se résume pas à son sexe. Il faut savoir en tenir compte bien sûr, et s'adapter aux particularités de chacun (entier un peu foufou avec les jument, jument un peu sensible pendant ses chaleurs, etc), mais en tenant aussi compte de tout le reste. Son caractère, son éducation, sa race, son physique, son passé : un cheval c'est tout ça à la fois, pas seulement un hongre, une jument, un entier, ou un étalon.

Même si on peut avoir l'impression de mieux s'entendre avec tel ou tel sexe, parce que nos expériences ont contribué à cela, ça ne signifie en rien que l'on ne pourra jamais changer, et rencontrer un jour une jument ou un entier avec qui la complicité sera fusionnelle, alors qu'on pensait préférer l'autre sexe.

S'il faut citer sa propre expérience, je m'entends à merveille avec la jument de mon voisin. Je prends soin d'elle comme de ma propre jument depuis des années, je la connais par coeur, et elle me suivrait au bout du monde. C'est le cheval avec qui j'ai le lien le plus incroyable que j'ai jamais connu. Pourtant, dans le club où je prends des cours, mes affinités vont presque toujours vers des hongres, et rarement vers des juments. Pourquoi ? Mystère. C'est le hasard, sans doute : il s'avère que les chevaux avec qui je me suis entendue étaient des hongres. Mais je ne pense pas que je me sois entendue avec eux parce qu'ils étaient des hongres. Pour moi, ça n'a aucun rapport.
Bonjour Roxanne,

pour ma part, les juments j'ai vraiment du mal et c'est réciproque 99% des fois. Par contre avec les entiers ça passe tout seul...Comme l'a dit si bien Jg ça dépend des personnes et des chevaux, je pense aussi que si j'aimais déjà un peu plus les juments ça passerait sans doute déjà un peu mieux, mais c'est comme ça, c'est ultra platonique avec elles lol
Salut !

Ça dépend de ton caractère et du caractère du cheval... personnellement je sais que j'ai beaucoup plus de facilités à créer un lien avec un entier qu'avec une jument... mais ça dépend des individus...