The equestrian lifestyle community.

Retour au feed

Comment faites-vous pour gérer l'échec en concours ?

Comment faites-vous pour gérer l'échec en concours ?
Coucou Pomeline, c'est toute ma vie ta question ! Je me mets tellement de pression que le 1er jour je fais toujours des scores affreux. Comme Max je suis très mauvaise perdante donc je me rebooste après avoir pleuré, crié surtout sur maman (et oui je sais c'est pas bien). Ensuite, je me suis rendu compte que plus c'est difficile et plus je classe (va comprendre) lol. Max a totalement raison on apprend de ses erreurs pas de ses victoires. Maman me répète toujours la phrase de Mandela "Je ne perds jamais, soit je gagne soit j'apprends" et c'est complètement ça. C'est aussi ce qui fait la spécificité de notre sport rien est acquis tout se construit petit à petit.
Heyy !!

Pour moi gérer l’échec est extrêmement dur car je déteste perdre ou bien même être deuxième. C’est pourquoi dans l’optique de progresser, j’etudie après chaque prestation ce qui est positif et négatif. Suite à ça je me le fais une petite liste de ce qui ne va pas et c’est partie au travail !!
Je pense vraiment que l’on apprend de nos erreurs et donc par ce raisonnement plutôt bien à gérer l'échec en me remettant toujours en cause car rien n’ai jamais parfait et je pense que le cheval n’est jamais dans l’optique de mal faire donc nous sommes toujours les responsables, à nous d’assumer nos erreurs et de progresser grâce à cela !
Je sais que c'est difficile à faire. Je ne fais pas de concours mais de la musique en orchestre, on est jamais autant déçu par ses prestations après des mois de répétition.
J'essaie maintenant de me dire (même si je suis hyper déçue de ma performance) que j'ai forcément pris de l'expérience (dans l'entrainement mais aussi le jour J), que je dois maintenant comprendre mes erreurs et travailler dessus.
Ensuite ma prof de musique me dit toujours que je dois prendre du plaisir, quoiqu'il arrive.
Les compétions (outre le fait de l’adrénaline et l'envie de gagner), on en fait pour se faire plaisir, pour passer une bonne journée et atteindre un objectif fixé. A notre niveau, c'est du loisir et ça doit le rester (j'entends dans le mot loisir, le mot plaisir, c'est un moment où on est bien à côté de notre travail et du quotidien).
Mon copain qui fait beaucoup de compétition, son coach lui dit toujours, pour une mauvaise chose, trouve 3 autres bonnes. Ca aide à relativiser et à essayer de ne pas trop se focaliser sur les mauvaises choses.
Le principal à se dire les filles, c'est de profiter un maximum du temps qu'on passe avec eux au travail et que ce n'est pas parce que d'autres courent déjà qu'on doit nécessairement courir aussi au même stade (Parce que à force de courir trop vite et fort, on risque encore plus de se planter ^^) ;)
Frédérique, Céline
Merci pour vos messages. Je suis également 'lente' en progression, peut être parce que mon mental est toujours le plus défaillant...que je doute sur mes capacités constamment.
Mais je vais tenter de me concentrer sur les points positifs, une prépa 90 correct, un cheval toujours aussi franc et avec moi, deux détentes dans le calme.
Et peut être que la prochaine fois, je tirerai ma leçon !
Bonjour ! Les échecs en concours je les connais 😂 et comme toi je cherche toujours la perfection. Donc forcément puisqu’on l’atteint jamais...
J’ai fini par me dire que si je faisais tout ça c’était avant tout pour moi. Pour me prouver que je pouvais atteindre les objectifs que je me suis fixé avec mon cheval. Alors peut importe le temps que ça prendra on a le temps.
J’ai déjà galèré 1 ans avec lui à la maison sur max 90 cm. L’année dernière c’était notre première saison et il y a eu du très bon (classement en 100 cm) comme du très très mauvais ( abandon avant le numéro 1...). On avance certainement plus lentement que 90% des couples que je connais mais cela ne m’importe plus.
Bonjour Pomeline,

C'est normal! L'auto déception fait partie de la vie, et je ne connais pas de remède miracle pour t'aider à part ce que je m'efforcais de faire et est devenu quasi automatique:

Relativiser: Oui tu as fais de la misère dimanche...mais si on efface pas tout et on recommence, ça restera de la misère. Ca arrive a tout le monde, au moins mon cheval était top au paddock et je ferai encore de la misère comme n'importe qui tout au long de la saison.

Rechercher le positif dans le négatif: C'est en forgeant qu'on devient forgeron. Le cheval s'est bien comporté, c'est le principal et tout n'a pas été entièrement noir.

Analyser et lâcher: Il y a sûrement des raisons qui ont fait que ça s'est passé comme ça...je fais le vide, si je trouve ce que c'était peut être, je ferai plus attention la prochaine fois, et si je ne vois pas...tant pis de toute façon ça ne va pas changer ce qui est passé.

Et comme je le dis souvent aux cavaliers que je coach: trouve 3 choses positive sur la séance (ou la journée), il y en a forcément même si ce n'est que "mon cheval est monté sans soucis dans le van" ou même "mon cheval à bien voyagé". Ca oblige à se focaliser sur ce qui a été et pas ce qui aurai "du" se passer dans nos propres idées. A moins d'avoir une boule de cristal.

C'est un travail à faire sur soi, surtout quand comme toi on fait tout et on vit tout à 200%, C'est dur. J'espère t'avoir un peu aidée
Je vis toujours les choses à 200%, je fais à chaque fois mon maximum et lorsque j'ai un échec, notamment en compétition, c'est moment sont très difficiles pour moi.
Car je donne tout (même si cela peut être maladroit), je travaille beaucoup avec mon cheval pour progresser, j'essaie vraiment d'affiner ma manière de monter pour qu'elle devienne de plus en plus juste, les mauvais concours me flinguent donc terriblement le moral. Je suis loin d'être la meilleure mais j'essaie toujours de progresser et d'avancer.

J'ai chuté sur le 1 sur ma première 105 dimanche dernier, et je m'en veux beaucoup, j'ai du mal à relever la tête et me dire que je ne suis pas une incapable alors que mon cheval est prêt.