The equestrian lifestyle community.

Retour au feed

Pour les propriétaires de chevaux très techniques/complexes sous la selle, comment êtes-vous arrivés à les acheter ? Prenez-vous toujours autant de plaisir à monter malgré tout ?

Pour les propriétaires de chevaux très techniques/complexes sous la selle, comment êtes-vous arrivés à les acheter ? Prenez-vous toujours autant de plaisir à monter malgré tout ?
J'ai craqué il y a 7 ans sur une trotteuse réformée 😍 et pourtant le premier jour où je l'ai essayé je n'ai eu aucuns contrôles et je me suis pris un poteau dans le genoux ^^j'ai dit j'achète ! 😁 Ca etait très compliqué.. Elle essayait de m'ejecter a peine assise en selle. Quand je lui demandais le galop elle partait a faux et je ne pouvais même pas l'arreter avant 8 tours plein cul... Mais je ne me suis découragée car même si elle n'était pas non plus affectueuse au debut.. Elle avait quelques chose d'inexplicable qui m'a toujours fait craqué.. Et avec le temps on a eu une très grosse complicité ! Et m'offre énormément sur les terrains de concours que ce soit en cso ou en cce ! Jamais je ne pourrais regretter ! La joie est encore plus forte lors de la reussite quand on sait qu'on a énormément galerer pour en arriver là 😊
Presque 1 an et demi après l'achat, j'ai eu des moments de découragement, mais je ne regrette pas.

Mon moniteur adore mon cheval mais me dit toujours de rester méfiante car il a un comportement d'enfant pourri-gâté, pas de mon fait, son ancien propriétaire l'avait juste laissé être beaucoup trop proche de l'homme, et avec un cheval intelligent, ça fait parfois des dégâts... Quand j'ai cours sur une séance où mon cheval est particulièrement récalcitrant, on peut me dire que je n'ai pas le niveau pour le monter correctement, et ça fait pas plaisir à entendre, mais c'est pas évident de répondre quoi que ce soit quand ton cheval qui était parfait hier se transforme en dragon aujourd'hui.
Alors bon, je me méfie, j'ai appris à être plus sévère au quart de tour à chaque écart de conduite (j'ai aussi appris à redescendre en pression au quart de tour dès qu'il y avait eu réponse positive, et c'était pas évident).

Ca a été super compliqué et décourageant pleeeein de fois. J'en ai eu des séances de rodéo, des ruades voire des croupades dès qu'il n'avait pas envie de faire un exercice, des cabrés en balade parce qu'on ne prenait pas son chemin préféré... J'en ai toujours de temps en temps, mais moins, et moins fort.

Par contre, j'ai un cheval expressif et intelligent, avec les bons et les mauvais côtés.
On fait un exercice qu'il ne connaît pas? Il s'énerve un peu au début mais à la séance suivante c'est comme s'il l'avait fait toute sa vie.
Il ne prend pas de pincettes alors je sais quand il n'est pas à l'aise ou a une douleur quelque part.
Il sait que, selon ma façon de m'asseoir, il faut qu'il s'arrête ou qu'il allonge ou qu'il fasse une transition (ça me vaut quelques coups de cul sortis de nulle part pour un oeil extérieur d'ailleurs). Par contre, les jours où il ne veut pas, ça peut devenir cauchemardesque parce qu'il SAIT ce que je vais lui demander, et il va faire tout son possible pour que je me fatigue avec mes aides sans faire l'exercice.
Mais les jours où il est de bon poil, j'ai des rassemblers digne d'un cheval de grand prix, je peux prendre les options que je veux entre mes sauts et j'ai à peine besoin de mes rênes alors que je pars en forêt.

Et puis bon, à pieds il a pas toujours été facile non plus, mais c'est quand même un cheval super attachant. Il est adorable 95% du temps à pieds (les 5% restant, c'est le côté cheval de 5 ans qui teste...), quand je vais dans le pré il vient toujours à côté de moi même si ses copains sont loin, il adore être pansé et on a quand même un lien qui s'est tissé qui n'était pas là quand je l'ai acheté en décembre 2017.
Alala les chevaux délicats ! Moi ça a été mon coup de cœur, j’ai craqué pour le caractère de feu et l’adorable petite bouille de mon jeune trotteur français... Il m’en fait voir de toutes les couleurs et certaines séances finissent plus en rodéo qu’autre chose et pourtant je jure que je fais du plat 😂. Bcp de remises en question, de pleurs mais aussi tellement de joie quand tt se passe bien ! Alors oui ce n’est pas facile tt les jours et cela est parfois lourd à porter mais même si mon Diego est un diable sur pattes, c’est le cheval de ma vie...
Ben après c'est certain qu'ils peuvent devenir une corvée par moment je ne vais pas mentir...

J'avais un super cheval qui demandait beaucoup de tact et de self control et mental de la part du cavalier pour être en confiance totale. Il était méga a l'oeil, sa cavalière a eu un accident avec alors que j'étais la...c'est tombé qu'après des mois et des essais il n'était toujours pas vendu et c'est tombé que mon cheval de l'époque devait être mit en retraite...et comme j'avais besoin d'un cheval pour les examens et l'école c'est tombé que je l'ai essayé et qu'on l'a acheté...donc concours de circonstance. Après je ne pouvais pas faire tout ce que je voulais avec...la promenade ça a mit du temps mais sous certaines conditions et c'était pas la joie puisqu'il était over stressé.

Au final tout ceux que j'ai eu étaient des concours de circonstance...je cherchais sans chercher et ils tombaient là. Mais les objectif de base n'étaient pas les même qu'au final...Royal je l'ai choisis parce que le courant passait bien mais c'était pour du loisir (promenade le samedi ou dimanche en fait....et oui lol) mais il a changé quand il s'est rendu compte qu'il avait prit de la force et de la taille.

Mon TF×SF c'est tombé que j'avais besoin d'un cheval pour les examens et pour dire de monter et travailler....je n'avais aucun objectif de concours a ce moment là. Mais bon lui était sympa malgré ses petites manies et les transports.

Maintenant honnêtement, j'ai fais le tour et je ne voudrai plus.
Bonjour Louison,
Je me retrouve pas mal dans ce que dis Frédérique. Les chevaux 'délicats' sont un choix très gros à assumer ... au quotidien. Il faut s'y préparer, ou s'accrocher.
J'en connais quelques choses. J'ai acheté Bingo a un prix très raisonnable pour ses capacités car vert dans le travail et sensible. Sensible, c'est peu de le dire.
Il m'a envoyé plusieurs fois, je me suis faites mal plusieurs fois, j'ai eu la boule au ventre de monter sur son dos pendant les deux premiers mois, terrorisée par ses réactions brutales et imprévisibles, j'ai eu peur de sauter jusqu'à il y a encore peu, le cheval prenant de la vitesse voire de la panique sur un enchaînement, avec beaucoup de force.
Je l'avoue aujourd'hui, je ne me suis pas faites plaisir à cheval pendant 5 longs mois. J'ai cru jeter l'éponge plusieurs fois, abandonner et le vendre. Je me suis sentie terriblement seule car après tout, je l'avais choisi. J'ai pleurer beaucoup, seule aux écuries, en concours après un parcours décevant, crois moi, c'est pas facile tous les jours. Et peu de personnes te comprennent vraiment..

Mais pourtant, enfin, j'en suis intimement convaincue aujourd'hui. C'est le cheval de ma vie ! Oui, je ne suis pas sereine tous les jours, car c'est le genre de cheval à partir comme un dingue en extérieur si surpris, à ne pas supporter le frôlement d'un stick sur la croupe ou le balancement des étriers en mise en selle, à embarquer à la vue d'une cravache, à monter en pression sans pouvoir redescendre avant 40min, à tracter si je me crispe, à me pardonner aucune erreur de place, de jambes, de mains, à ne même pas imaginer que je pourrais claquer dans mes mains rennes longues sans qu'il m'embarque. Les fautes, je les prends puissance 10.

Mais il m'a appris à ne jamais lâcher, à commencer à travailler mon mental pour prendre plus d'assurance et surtout à développer je dirais la "vraie" équitation : La répétition, l'apprentissage en lâchant la pression, le timing de mes réponses, la recherche des origines de ses réactions, la remise en question constructive, la volonté de travailler dans son sens et de lui faire aimer nos exercices. Il m'a construite, et me construit encore en tant que cavalière. Et je suis persuadée que dans quelques années, nous attendrons les objectifs dont j'ai toujours rêvé.

Peux-être que pour un second cheval, je ne prendrais pas un cheval aussi délicat que Bingo. Mais je ne regrette rien. Finalement, j'avance humainement, et cavalièrement :)

Parfois la plus belle chose n'est pas le résultat. Mais le parcours.
C'est juste une réflexion philosophique, dans mon cas j'ai pris beaucoup de plaisir avec les "cas sociaux" comme le dit Frédérique mais uniquement en cheval "d'appoint" : club, stage... On m'en a fait monté un paquet, j'ai adoré chuter trois fois par séances (oui oui...), me heurter a des problèmes qui paraissent insolubles et recommencer jubiler au moment où on s'en sort a peu près...

Mais je n'aurais pas acheté un cheval de ce genre, même si on progresse, même si c'est une belle expérience. La seule chose si petit jouer c'est le prix effectivement, encore que je pense que je réduirait mes ambitions sportives sans moufter pour avoir un cheval fiable.
J'ai des chevaux "faciles" et c'est mon choix. J'aime partir avec l'esprit tranquille, j'aime me dire que je peux monter seule sans risquer de tout foutre en l'air ou de me blesser. Mon jeune est jeune, avec les aléas qui vont avec, mais pas vicieux ni vraiment compliqué. Sa mère pareil c'est une vraie assurance vie...
Bon après j'ai une carne qui est invivable et littéralement sauvage et franchement elle m'a dégouté des chevaux a problèmes : ailleurs que chez moi j'aurais adoré le défi, dans mon champs elle me bouffe mon oxygène.
J'ai besoin de voir mes chevaux comme une bulle de paix.

Pour moi les chevaux compliqués c'est bien mais pas au quotidien en fait. Donc je m'interroge sur les gens qui font le choix de les assumer et de les aimer dans toutes leurs conneries au quotidien.
Bonjour Louison,
Pour ma part, ça été un gros coup de cœur, comme une évidence !
Je prend plaisir à le monter bien que qu'il y ait des haut des bas (beaucoup de bas). Mais d'une autre part, chaque petit réussite me paraît être une grande victoire ! En espérant t'avoir aidé 😊
Bonjour Louison

Mon avis: Ce sont des chevaux qu'on aime ou qu'on aime pas...Et j'en sais quelque chose pour ça mdr

Déjà prendre des trotteurs souvent chez des marchands, des chevaux de selles chez marchand ou invendus après plus de 6 mois car trop difficile/a l'oeil ect... c'est un choix personnel. Pour ma part c'était rapport aux prix...et je faisais avec ce que j'avais et je m'entendais très souvent bien avec les "cas sociaux"

Après on tombe sur ses perles avec qui on se remet en question non stop mais qui ont vraiment ce truc un peu rare qui fait que le plaisir du chemin est plus important que le but ultime recherché et où le plaisir d'évoluer est plus important au final que de faire des SF tout les week end, comme on peut tomber sur des baudets qui ne changeront pas forcément en mieux. (Je suis crue je sais désolée lol)

Avec Royal qui était sûrement le plus garni, ça a été la corvée les premières années...je ne le cache pas: trois fois il a été placé en vente et à faillit partir en moins de 24h après avoir placé son annonce...j'en avais assez, je ne m'en sentais pas capable, ses conneries dans sa pire période à blessé une personne et à faillit le blesser grièvement...il m'a blessée deux fois et fait mal pas mal de fois aussi (et peur on était deux a avoir la boule qui montait à la gorge a l'idée de monter) bref un enfer. et un sac de noeuds avec des noeuds qui s'ajoutaient à chaque fois, mais je l'ai gardé. J'ai use de psychologie, je me suis remise en question tout du long et je n'ai plus essayé de le changer profondément puisque ça ne fonctionnait pas il fallait faire avec. Quand les choses se sont améliorées, je prenais beaucoup de plaisir à le travailler même si c'était toujours un peu à couteaux tirés et toujours très délicats d'enchaîner un parcours "zen", de dérouler une reprise un tant soit peu dans le calme ou de gérer un cross à peu près sereinement puisqu'il montait vite en pression et que c'était toujours à celui qui voulait les manettes, mais je disais toujours et je le dis encore il à les défauts de ses qualités. Preuve en est, tu sais je pense comment je vis son absence au quotidien.

Je crois aussi que ce sont des chevaux qui ont beaucoup plus à nous apprendre sur nous-même autant qu'en matière d'équitation parce qu'ils nous font évoluer intérieurement (sur la patience, notre vision des choses, ect...), autant qu'on sait qu'ils n'excuseront pas forcément les erreurs de main, de monte, ect...Pour en revenir à Royal, c'est en partant sur la manière de travailler du style d'Orgeix qui nous à sauvé et harmonisés; Il n'aimait pas du tout les prétentieux, il n'aimait pas qu'on le monte pour le "monter" et le "soumettre", il préférait qu'on travail avec lui plutôt que pour nous, beaucoup dans l'écoute et le ressentit et la communication.

Ce sont des chevaux que j'aime beaucoup, même si je pense que tu le sais, j'en ai fais le tour et Roy à été celui qui à bouclé la boucle des chevaux "cas sociaux"