The equestrian lifestyle community.

Retour au feed

Ces derniers temps j'ai des gros problèmes de stress, j'ai peur de monter à cheval presque. Que faire ?

Ces derniers temps j'ai des gros problèmes de stress, j'ai peur de monter à cheval presque. Que faire ?
Merci beaucoup pour vos précieux conseils. J'ai déjà commencé ce matin à appliquer certaines de vos idées et je dois dire que malgré une petite frayeur, la séance s'est super bien passée malgré ma crispation un peu permanente, mes jambes en vrac (ça va avec aha !) j'ai réussi à dresser de manière plutôt propre et précise ! Maintenant il faut que je continue ainsi !

Merci beaucoup !
Si je peux me permettre, j'ai vécu une période très très difficile. J'avais la boule qui me remontait de l'estomac à la gorge dès qu'il fallait monter (Royal et des chevaux pas spécialement enfants de coeurs ou des jeunes), préparer ça allait mais dès que le cheval était prêt...Ouch et quand il s'agissait de Royal j'étais à la limite de m'évanouir parfois (et non ce n'est pas une blague j'étais limite tétanisée, je tremblais comme une feuille et je me retrouvais en semi apnée en voyant trouble); A coté dans la vie de tout les jours ça n'allait pas des masses non plus, du coup je reprenais énormément sur la partie équestre de ma vie (Donc déjà facilement 90% de mon quotidien mdr)

La peur du jugement, le fait de se sentir jugée quand les gens regardaient au bord de piste, l'ambiance écurie pas top top, bref ça devenait pesant +++ d'autant que derrière je n'étais pas aidée du tout par Royal avec qui je m'étais déjà fais sacrément peur en plus d'avoir l'impression de ne plus savoir monter à force de remise en question à chaque fois et de mur psychologique que je me prenais en pleine face à tout bout de champ à chaque fois.

C'est arrivé au point où demander le galop était au forcing pour moi, et sauter je n'en parle même pas alors que oui j'ai tourné en concours, j'ai mon petit record perso, les hauteurs que j'ai sauté en entraînement à la maison, je n'avais jamais la trouille de rien avant,...Et ça me frustrait à fond en plus de me taper sur le moral du genre "Quand je pense qu'avant j’enchaînais un mètre en faisant vraiment mumuse et maintenant ça me parait carrément énorme"

Le temps m'a aidée à m'en sortir, mais aussi comme je le disais dans ma réponse juste avant, le fait de se sortir de la tête les objectif et les "avant je faisais ça sur le bout des doigts. J'ai lâché prise, j'ai arrêté autant que je pouvais de me battre avec moi même (chose que j'aurai du faire bien avant), je prenais mon humeur sous le bras et je faisais en fonction. Je montais sans personne d'autres que des gens de confiance avec moi ou autour de la piste, j'allais en promenade ou trotting sans me prendre la tête, je répétais des gammes basiques au possible et parfois ça se terminait après 15 minutes comme je pouvais faire 45 minutes. Bon après, il y a la donnée Royal en pleine crise et qui avait eut le dessus +++ à prendre en compte aussi pour être exacte à propos du temps passé en selle.

Je me suis laissée un peu le temps et je faisais sur le moment, au final certes c'était pas rose tout les jours avec Royal forcément mdr mais je reprenais plaisir à monter et travailler mon cheval au jour le jour. Pas de concours pour le moment? Ben tant pis ils ne disparaîtront pas.

N'ai jamais honte de traverser ce genre de passe, la frustration, l'auto-critique, l'impatience, s'accrocher au "passé" (dans le sens "Il y a deux mois je savais faire ça et maintenant je bloque sur 60cms et je meurs de trouille dès qu'il monte en pression" simple exemple) et ne pas lâcher prise sont les pires ennemis qu'on puissent avoir dans ce genre de période. Un clou qui s'est plié si tu frappe dessus comme une "sauvage" et que tu as un marteau défectueux tu ne saura pas le redresser et il ne rentrera pas correctement voir pas du tout, il va plier et après te voilà bien, c'est la même chose dans ce genre de moments.

Essai peut être de voir les choses sous un autre angle aussi, ça aide souvent même dans la vie de tout les jours...Et bien sûr, je ne dis pas que tout ça est facile, surtout quand on à un tempérament à être dur avec soi, super auto-critique voir même jamais vraiment satisfait de soi. Ce type de moments c'est aussi un bon palier pour évoluer derrière si on fait les choses bien en laissant un peu faire les choses car ça nous grandit quelque part. Ré-apprend le plaisir du cheval (Ton marteau) avant de vouloir taper sur ton clou (Tes objectifs/Ton mental/ect) ;)
*ce n'est pas un tort
Je pense que c'est difficile à accepter, mais comme l'a dit Frédérique, il faut savoir relâcher la pression parfois. Il n'y a pas de honte à revenir sur du 50cm, pas de honte à demander de l'aide au pansage... il faut en parler avec les personnes qui t'entourent et avec lesquelles tu te sens à l'aise, elles comprendront et elles t'aideront ! On a tous des moments difficiles, les autres peuvent comprendre, il ne faut pas redouter leur jugement mais au contraire leur expliquer ce qui t'arrive et ne pas hésiter à demander de l'aide.

Avoir besoin de se faire aider, accompagner, ce n'est pas un trot, ce n'est pas grave, c'est normal dans une progression d'avoir parfois besoin de "revenir en arrière". La plupart des cavaliers l'ont vécu et le savent. Encore une fois, je pense que la solution, c'est de ne pas te mettre de pression, d'oublier un peu les objectifs, etc, de te faire entourer de gens compréhensifs et patients, et d'être patiente toi aussi. N'exige pas trop de toi-même, autorise-toi à en faire peu, à ne pas bien faire, autorise-toi des erreurs, des crises de larmes quand tu craques, il n'y a pas de honte, il y a seulement ta confiance en toi à reconquérir.
Hello Jg

Je pense qu'on passe tous par là, et je crois que c'est souvent une accumulation de pressions en tout genre...arrive Un moment on sature et notre bulle de détente en prend un coup puisque le stress ect prend énormément de place. Il suffit que dans notre vie de tout les jours ça ne se passe pas comme on voudrai par exemple pour qu'on se mette la pression en voulant faire le max sur quelque chose qu'on maîtrise, et ça fait boule de neige...

La saison est propice aussi pour les gens plus sensibles. Tu n'es pas seule à être "mal" en ce moment.

Je ne sais pas si ça peut t'aider mais vois peut être pas faire une pause mais changer un peu tes habitudes a cheval, faire des séances sans pression, en gros des choses plaisir et détente vraiment. Promenade, séances sans objectif particulier au feeling histoire de laisser un peu faire le vide,...en gros feeling et faire sur le moment sans planifier. Tu as envie d'un coup de passer une barre et il y a des barres dans la carrière? Passe une barre. Tu as finis de bosser et c'était bien? Sors marcher en extérieure ou échauffe en extérieure si ça peut t'aider à faire le vide.

Tout un temps c'est comme ça que je travaillais parce que je calculais beaucoup trop...et Royal m'a obligée a travailler comme ça puisque je devais faire aussi en fonction de ses humeurs. Ça m'a énormément aidée.
Merci beaucoup !! J'appliquerai vos conseils, bien que c'est toujours difficile de demander de l'aide au pansage et de paniquer pour un petit parcours à 50cm alors qu'il y'a pas si longtemps je travaillais des jeunes et j'étais vraiment très à l'aise sur des parcours à 1m ou en cross.... Là j'ai l'impression d'avoir perdu tous mes moyens c'est horrible et d'être redescendue niveau G2 après 10 ans de pratique ! Mais merci beaucoup !
La sophrologie peut vraiment t’aider, elle ne cherche pas toujours à trouver la cause mais elle t’apprend à vivre avec et à te donner des clefs pour surmonter ton problème ( stress en concours, au travail, difficulté de sommeil etc...) renseigne toi, j espère que ça t’aidera
Ma réponse va balayer les conseils les plus simples mais c'est par là qu'il faut commencer à mon avis : te faire encadrer si ce n'est pas déjà le cas (même à pied ça peut aider), reprendre des choses plus simples dans le travail monté pour ne pas se faire peur, passer du temps à revoir les fondamentaux pour reprendre confiance en soi.

Peur de mal faire, d'être jugée, de tomber, c'est un coup au moral et à la confiance en soi, en son cheval et en votre couple. Reviens à des choses que ton cheval et toi savez faire, sans jamais te mettre dans le rouge. Essaye de profiter des réussites, même petites. N'ait pas de honte à mettre ta progression sur "pause", ce n'est pas facile de te conseiller précisément sans connaître ta pratique et tes habitudes, mais si tu sors en compétition, inscrit toi dans de plus petites épreuves, ou fais une pause. Veille à t'entourer de gens qui t'aident à avancer et qui ne te jugent pas, un coach un peu sévère qui ne laisse rien passer c'est bien pour avancer quand on est dans le bon mood, mais quand on se sent mal ça ne sert à rien de se bloquer avec un coach qui ne comprend pas. Trouve quelqu'un capable de t'écouter, de te conseiller, de d'épauler.

Si tu as des choses qui te font peur avec ton cheval, que ce soit à pied, en selle, fais-toi accompagner et réapprend. Même si ça ne te posais aucun soucis avant, tu peux avoir besoin de quelqu'un pour t'épauler dans des moments difficiles. Avoir simplement une amie avec toi au pansage si tu as peur d'être bousculée, quelqu'un pour te tenir ton cheval au montoir... n'ait pas peur de te faire aider, c'est en réapprenant ces petites choses que tu réussiras à te détendre, à reprendre plaisir, et à revenir progressivement au niveau où tu avais eu ton "blocage". C'est des phases qui nous arrivent à tous, il n'y a pas de honte à revenir en arrière quand la peur s'installe.
Il n'y a pas eu spécialement d'éléments déclencheurs, mais je suis stressée pour tout et rien. Peur de tomber, de mal faire, d'être jugée, etc...je ne suis pas à l'aise quand je prépare mon cheval, le moindre écart me fait paniquer, un saut un peu violent me tétanise.

Je ne comprends pas pourquoi je suis aussi paniquée à l'idée d'un rien, je ne profite plus de mes séances, j'ai essayé la pause mais en revenant c'est encore pire !

Est-ce une accumulation de pression ? Comment me débarrasser de ces craintes, de ce stress qui m'envahit vraiment trop à la limite de faire des crises ?