The equestrian lifestyle community.

Retour au feed

Comment partagez-vous votre passion du cheval avec votre entourage, cavaliers et non-cavaliers ?

Comment partagez-vous votre passion du cheval avec votre entourage, cavaliers et non-cavaliers ?
Bonsoir Mathéa,

pour ma part dans le couple, on partageaient pas mal même si il est non cavalier et ça créait des tensions par rapport au coté financier et un peu de jalousie. Mais depuis que Roy est partit on en parle plus ou extrêmement rarement et je suis la première responsable je pense. Son coeur balance entre me laisser faire pour retourner dans l'arène puisqu'il sait au fond de lui que le jour où je vais me réveiller et décider de ruer dans les brancard on ne me fera pas m'arrêter...ou me stopper net de peur que je me fasse du mal à force. Et il à peur que mon corps finisse par lâcher plus tôt que tard, donc il n'a aucune confiance en moi et mon jugement, et ça ben ça m'énerve mais n'étant pas raisonnable quand il s'agit de ma passion... Mdr Donc on ne parle ni cheval, ni actu, ni même sur ce que je fais ou veux faire.

Dans ma famille je les saoulaient clairement puisque je n'avais que ça a la bouche, comme j'ai commencé très tôt, que j'en ai fais mes études et ensuite mon métier, difficile pour moi d'avoir un autre vrai sujet de conversation, mais pareil depuis que Royal est partit si je ne lance pas le sujet proche ou éloigné, ma mère n'en parle pas de son coté.

Dans ma belle famille ça a crée pas mal de tensions, surtout sur le point de vue du fait que c'est mon métier (moins pour le moment mais ça le reste), ça coûte/ça gagne pas (ce qui est vrai mais bon XD)...J'ai même eu droit à "C'est pas un vrai métier", mais soit. Mon beau père à changé d'opinion avec le temps et s'y intéresse à nouveau pas mal, il à été à Lamotte Club avec des amis qui tiennent une écurie pas loin par exemple; il est venu voir travailler Royal il y a pas mal d'année et il n'est même pas cavalier et ne juge plus du tout mes choix de métier...Le grand père de mon compagnon lui était plus pour les courses et les western donc on échangeaient à peine. Il n'y a que ma belle mère qui reste figée sur le fait que ça coûte et qui vois les plus mauvais coté de la vie de cavalier, donc pour le peu qu'on en parle chacun reste campé sur ses positions et ça n'avance à rien...Et n'ayant plus le mental à me battre contre des moulins à vent je ne prend plus part. Mais avec le départ de Royal je remarque que les membres de ma belle famille qui étaient contre changent et voient sûrement à quel point je suis impactée par ce qui s'est passé, le "manque" et que leurs conseils sur "Trouve toi un bon travail et vend tout" n'étaient pas judicieux et que je me battais pour mes convictions par pure franchise.

Et pour les cavaliers, bon on parle uniquement chevaux principalement et comme on est quasi tous de la même génération de cavaliers on se remémore de vieux souvenirs, on débat sur les chevaux de ces dernières années, on débat sur les étalons et on regrette les étalons star de notre génération qui disparaissent (Et on se répète toujours "Encore un qui passe l'arme à gauche, qu'est-ce qui va rester?" Mdr), on s'entre-aide, on me demande encore mon avis ou des conseils et comme la plupart me connaisse bien ils savent comment m'amener à me lâcher même quand je dis que je ne veux pas (mdr) et que je redevienne une vraie pipelette mdr
Bonjour ! Pour ma part avec mon entourage (au sens large) non cavalier, il y a peu voire pas d’échange sur le sujet (ça s’arrête à : je suis une cavalière orienté saut, propriétaire qui vais aux écuries tout les jours).
Après avec mes amis cavalier on parle évidemment de chevaux, les sujets peuvent être très différents (souvenirs, problème, objectif, ressenti...) mais on parle aussi d’autre chose bien sûr. C’est pareil avec ma mère puisque c’est une ancienne cavalière. Sinon en famille on en parle presque jamais parce que direct ça fait des embrouilles (je passe pour une droguée 😂).
Salut !

Pour mes amis, très peu font de l'équitation, et ceux qui en font (5-6 environ) n'ont pas forcément la même vision de l'équitation que moi donc j'en parle peu. À mes amis non cavaliers j'en parle vite fait mais ça les saoulent vite. Et puis n'y connaissant rien, ils considèrent ça comme un sport de gens qui se la pètent et n'oublient pas de me le rappeler à chaque fois que je parle de mes achats équestres... :/

Pour ma famille, mon père ne connaît RIEN DE RIEN. Donc j'en parle vite fait, il m'amène aux écuries sans en demander plus. Je rentre je dis rapidement ce que j'ai fait mais je pourrais lui dire que j'ai enchaîné un parcours à 160 qu'il ne s'en rendrait pas plus compte.

Du côté de ma mère j'en parle souvent ! Disons que mon beau père est directeur d'une écurie, que même avant elle a eu des chevaux. Mais avant de m'avoir elle n'a jamais pensé à l'équitation... c'est un peu moi à force de la traîner dans pleins de concours qu'elle a pris le virus du cavalier aha ! Donc elle me comprend, mon beau père aussi et c'est plutôt très chouette puisqu'ils ont une vision de l'équitation très très axée sur le bien être animal et l'équitation de travail en confiance et en légèreté !
Bonjour Mathéa,
Dans ma famille et dans mes amis proches, je suis la seule cavalière et personnellement j'en parle assez peu. En fait, je ne vais en parler que si on me pose une question (sur comment va mon cheval, s'ils ont vu un cheval avec un comportement particulier, etc.), comme je sais que je suis seule je ne vais pas trop en parler avec eux, on a d'autres sujets de conversation. Il faut dire aussi que j'ai pu commencer l'équitation qu'assez tard et je n'ai pas fait de compétition ou ce genre de chose donc ma famille a été assez peu impliquée dans ma passion, contrairement au violon où je devais me rendre dans des orchestres de mon prof pour aller jouer le dimanche ou le samedi soir. Avec mon compagnon c'est différent, j'en parle un peu plus, il s'intéresse un peu plus à mes achats, à mon matériel (il travaille le cuir donc forcément ça aide aussi), il est aussi plus directement impacté par mes décisions équestres.
Finalement mes amis cavaliers, je les croise à l'écurie et donc c'est à ce moment là qu'on parle plus "technique" (sur des soins, maladies, travail etc.).
Et toi, comment ça se passe ?
Je précise un peu ma pensée : est-ce que vous en parlez avec ceux qui ne pratiquent pas, ne connaissent pas les chevaux ? Est-ce que vous avez un cercle d'amis "cavaliers" avec qui vous tournez surtout autour du cheval, et un autre cercle "non cavalier" où vous n'en parlez pas du tout ? Ou est-ce que c'est plutôt mixte ? Est-ce que vous arrivez à parler de votre pratique, de votre passion, avec vos amis qui "n'y connaissent rien" ? Est-ce qu'ils s'y intéressent ?

Et au niveau familial aussi, accessoirement. Dans les familles de cavaliers, comment vous partagez ça ? Et pour ceux dont la famille n'est pas là-dedans, est-ce que vous en parlez avec eux ? Est-ce qu'ils s'y intéressent à travers vous ?

Je pose la question par curiosité, parce que plus je discute avec plein de gens, plus je me rends compte qu'on a tous des manières très différentes de partager notre passion. Pas seulement entre cavaliers, mais aussi avec nos amis, notre famille...