The equestrian lifestyle community.

Retour au feed

Les réformés de courses, en avez vous? Que pensez vous de ce milieu?

Les réformés de courses, en avez vous? Que pensez vous de ce milieu?
Il y a du bon et du très mauvais partout. Dans les courses les chevaux entre en compétitions à 2 ans, je trouve ça très jeune, voir trop jeune. Au niveau des enrenements ça se calme un peu, on fait plus attention au dressage et au psy du poulain, de même de son physique. Il y a encore du taf mais c'est beaucoup moins dur qu'avant.

Chez les jeunes chevaux en équitation classique, je suis parfois scotchée par les embouchure sur des chevaux de 4 et 5 ans. Le dressage n'est pas toujours parfaits contrairement, à ce qu'on peut voir en Allemagne par exemple mais là bas aussi c'est loin d'être parfait (semaine d'élevage avec présentation très longue, fatigue les poulains en question, les stressent aussi pour certains). Les concours JC c'est plus pour l'élevage que l'éducation du cheval. Je ne dis pas que c'est mauvais. Mais c'est mal réglementé, mal codifié. Et parfois le résultat est au détriment du cheval.

Après tout n'est pas noir, mais si en France la SHF travaillait en concertation avec la fédération d'équitation, et les associations de l'anglo et du selle français, les concours jeunes chevaux seraient moins obscurs.
Autre point positif : l'évolution des mentalité concernant l'épineuse question de la réforme, au moins dans la filière du galop au travers notamment d'initiatives comme "au-delà des courses". Ce qui bien sûr malheureusement ne garantit pas que tous les chevaux auront une bonne retraite, mais montre à mon sens que les professionnels prennent de plus en plus en compte cette problématique. J'ose espérer que les choses bougent aussi du côté du trot, même si à ma connaissance il n'y a pas d'équivalent dans cette filière... Et "tout le monde" parle de la réforme des chevaux de course, j'ai le sentiment que les choses sont malheureusement beaucoup plus nébuleuses du côté des chevaux de sport et loisir et de club...
Bonjour Orlane, je suis propriétaire depuis presque 9 ans d'une ps réformée des courses de plat à 5 ans. Et c'est le genre de chevaux que j'aime, très gentil et généreux, sensible et dans le sang. Et du fait même de ce qui pour moi sont des qualités (en particulier la sensibilité et le sang), ce n'est pas forcément des chevaux à mettre entre toutes les mains...
Concernant le monde des courses, comme ça a déjà été dit, je pense que comme partout il y a du bon et du mauvais... Le gros "plus" des courses par rapport à la filière sports équestres est une surveillance bien plus étroite concernant le dopage, du moins en France. Même si comme dans tous sports il peut toujours y en avoir qui passent au travers des mailles du filet, les courses sont extrêmement surveillées de ce point de vue, même à faible niveau (contrôle systématique sur toutes les réunions, même dans les plus petits hippodromes, ainsi que contrôle de l'identité et des vaccinations de chaque cheval), ce qui est trèèès loin d'être le cas sur les concours en deçà d'un certain niveau, avec les conséquences que ça peut avoir sur la santé des chevaux...
Même avis que vous Lily
Je m’occupe régulièrement d’une jument réformée dans mon club ! On ne va pas ce le cacher ce n’est pas mon milieu préféré ! Après je ne suis pas dans l’extrême mais les courses jeunes chevaux par exemple je ne suis pas du tout pour !
Pour ces raisons je suis vous rejoint en tous points, ça me paraît évident, on veut voir si l’on a progressé comme on le souhaitait etc
Les concours c’est intéressant pour plusieurs raisons: sortir les jeunes chevaux pour leur montrer d’autres conditions, savoir si on a progressé dans le travail, se fixer de propres objectifs. En tout cas moi je fais 2 concours par an pour ces raisons uniquement. Et j’y prends plaisir. Encore une fois, c’est l’excès le problème
J’ai dit que je ne suis pas fan des concours jeunes chevaux, mais je suis tout simplement pas fan des concours tout simplement
Je suis totalement d’accord avec vous Manon! Vous avez très bien résumé le négatif et le positif. Moi je n’ai jamais été fan des courses, ni des concours jeunes chevaux. En fait, ce qu’il me dérange, c’est ce que les gens font des chevaux. On part en concours, on s’entraîne toute la semaine talali talala. Et quand le cheval s’arrête, on se demande pourquoi. Mais la réponse est sous nos yeux, c’est juste qu’on refuse de les ouvrir. Certains pensent plus qu’à eux et non à leurs chevaux...
Le problème c’est qu’on diabolise les courses et on ferme les yeux sur l’équitation classique, car les gens sont souvent baignés dedans depuis leur enfance et ne connaissent que ça. Mais bon quand on voit des chevaux de 5 ans sauter 120cm (CC), des chevaux infiltrés pour le cso à tire-larigot, les enrennements et mors durs, que les chevaux les plus concernés par les ulcères sont les chevaux de dressage, que les clubs font bosser leurs chevaux parfois 2h ou plus par jour, ça nous paraît normal.
Forcément qu’un cheval reformé sera heureux d’être reformé, car par définition les courses ne lui conviennent pas. C’est comme si t’aimais la danse et qu’on t’obligeait à faire du foot. Le jour où on te propose de faire de la danse, ba t’es content. Après c’est dur d’affirmer que son cheval est mieux dans sa réforme si on ne l’a jamais vu dans les courses ;) le fait est que des gens bons et des gens mauvais y’en a absolument partout, et que concernant les courses on ne retient souvent que les gens mauvais.
Bonsoir,

niveau réformés (trotteurs principalement), je n'ai quasiment eut que ça, j'ai même eut un TFxSF comme premier "vrai" cheval de selle pour les concours, c'est lui qui m'a mise à 100% dans le jumping, et mon dernier (qui aura sûrement été mon dernier trotteur) il m'en a fait baver des litres pendant près de 10 ans, j'avais envie de l'envoyer ch**r chez le premier venu avant de me raviser moins d'une demi journée après, ce n'était pas un enfant de coeur pour un centime surtout les premières années et il nous à fait avoir peur, c'était pas une sinécure (et pourtant j'en ai connus des cas franchement pas sympa non plus, mais dans son genre je crois qu'il était dans le top 10 sans rien forcer mdr) mais c'était et sera toujours le cheval de ma vie. Dis toi qu'il n'a jamais lâché même aux entraînements, il à fait 2 centres et ils n'ont jamais rien su en faire lol Du coup: Castration et vente avec d'autres trotteurs, et hop retour vers la Normandie après avoir fait Normandie > Bordeaux :)

Pour les courses, je dirai juste qu'on voit de tout partout et dans toutes les disciplines confondues...J'ai connus des drivers franchement pas doux, très très à l'ancienne, pas de dialogue ou de compréhension de la psychologie du cheval au cas par cas...Et d'autres vraiment aux petits soins avec des coureurs mûres qui étaient vraiment préservés niveau entraînement. Quand je pense, simple exemple à l'uns des rares demi frère de mon dernier qui à sacrément bien couru et gagné avec JM Bazire, et qui à plus de 9 ans faisait encore un peu ses petites courses sans pression un peu avant de prendre sa retraite...C'est pas mal quand même on est pas sur le cheval qui à eut une belle carrière, qui à été préservé et écouté. Certains chevaux aiment courir ou bosser aussi...

D'autres sont moins bons dans le potentiel ou dans le mental et ne trouveront pas leur compte dans les courses ou autres...Tous ne tirent pas dedans non plus, beaucoup que je connais ne prennent même pas la peine de faire passer le test à leurs trotteurs parce qu'ils savent que ça ne sert à rien, et puisque dans le monde du sport le trotteur est peu apprécié, forcément le prix de vente est de rien et on en retrouve aux couteaux, pas parce que ça fait forcément plaisir ou que les propriétaires s'en fichent mais parce qu'il y a beaucoup de naissances et un certains pourcentages seulement aura la porte ouverte pour une reconversion même dans du loisir...Après c'est encore et toujours mon avis mais le trotteur part quand même de moins en moins sur une tendance de cheval à mettre entre n'importe quelles mains, un peu comme se retrouver avec un cheval de sport issu d'un croisement de pété du casque, ultra délicat à monter ou on à calculé performance sur performance pour du gros niveau mais qu'on retrouverai sur le marché des amateurs ou des chevaux de loisir...Je ne sais pas si je me fais bien comprendre lol Mais bon ça reste mon analyse :)

J'ai commencé mon métier dans le trot, en passant un peu par les galopeurs de plat avant de passer quasi complètement dans les chevaux de sport et honnêtement, on trouve de l'abus partout...Le monde des courses est plus stéréotypés et plus "transparent" mais dans le classique c'est loin d'être sympa partout dont ça se fait en interne, et encore je suis diplomate. (Petite blague, je ne crois pas avoir trop mal tourné malgré mon parcours initial Mdr)

On trouve des abus chez les petits amateurs comme les professionnels...Les courses c'est un univers à part déjà scindé en plusieurs parties ce qui complique encore un peu l'histoire et fait que les méthodes et le travail qu'on rencontre ne sont même pas encore les mêmes...Mais même si je risque de choquer, pour citer très grossièrement Kevin Staut avec qui j'étais entièrement d'accord: "Il faudrait que les cavaliers apprennent comme dans le monde des courses", parce que clairement il faut leur laisser, l'employé doit faire ses preuves avant de toucher un cheval même pour un pansage, il apprend tout de tout en bas de l'échelle et à la dure...Une mentalité qu'on ne trouve plus des masses dans le classique.

Il ne faut pas non plus oublier que les courses c'est un enjeux...Idem pour les chevaux de sport d'un certain niveau...C'est de la rentabilité autant que possible, donc oui il y a ce coté "L'animal sert à se faire du pognon" mais c'est le coté professionnel qui veut ça et le prix des chevaux, l'air de rien les saillies chez les coureurs sont sacrément élevés...Ca reste des pari pour tous rien qu'à la naissance du poulain, dans les courses comme dans le classique...

Bref tout ça pour dire: Il y a des bons et des mauvais partout et dans tout.
Malgré tout, mon grand père m’a ramené un trotteur Français de 10 ans, 8 ans de courses, (photo de profil) il est adorable en tout point, aucun vices, un amour à l’état pur! Mais il est bien mieux ici que la bas, même s’il n’était pas mal traité là où il était
Si dans toutes les écuries c’était pareil, des chevaux très bien traités etc, mon avis ne serait pas du tout le même, mais on est loin d’être au point où tous les chevaux sont vu comme des rois 😬
Les trotteurs et les galopeurs c’est très différent (j’ai vu les deux). D’une écurie à l’autre c’est différent. Et oui, c’est un métier. Autrement dit, le cheval sert à gagner de l’argent. Et ils sont aux petits soins car sans eux ils ne peuvent pas gagner leur pain ;)
Alors nous avons deux avis qui diffèrent totalement concernant le domaine des courses. Je n’aime pas personnellement, je trouve que c’est une discipline dans laquelle les chevaux ne sont vu « que pour gagner de l’argent » et on s’en moque du reste. Je ne généralise pas, mais ayant un grand père éleveur de trotteur Français, je peux vous dire que ce n’est pas un monde bien doux
Bonjour, j’en ai un et j’en ai reformé des dizaines. Ce sont d’excellents chevaux en tout point. Et concernant les courses, pour y avoir mis aussi un peu les pieds, c’est un monde vraiment ouf ! J’ai adoré. On est extrêmement chanceux de pouvoir récupérer des chevaux issus des courses