The equestrian lifestyle community.

MOVIE NIGHT

Puissants mais élégants, robustes mais souples, les chevaux sont des personnages récurrents au cinéma, où, qu'ils soient personnages principaux ou simples figurants, ils attirent le regard. Si Danse avec lui, ou l'Homme qui murmurait à l'oreille des chevaux sont devenus des classiques pour les cavaliers, même ceux qui ne connaissent rien à l'équitation sont touchés par la grâce de ces animaux capables de transmettre des émotions indiscibles.


Plus récemment, c'est le cheval Joey de Cheval de Guerre, un film de Steven Spielberg, qui a ému des spectateurs dans le monde entier. Ce film s'appuie dans sur un roman de Michael Morpurgo et raconte les années 1914-1918, si meurtrières. On connaissait déjà le talent de Spielberg pour retranscrire les atrocité des guerres (la liste de Schindler, Il faut sauver le soldat Ryan, Empire du Soleil), et une fois de plus il s'y attèle avec brio mais en utilisant cette fois-ci la figure de Joey pour illustrer le sens de la fidelité et le courage des chevaux pendant la guerre. Le film rend véritablement hommage à ses animaux, compagnons indispensables des soldats et alliés décisifs pour remporter la victoire.


Les chevaux au cinéma inspirent aussi parfois des vocations. Jean Rochefort, que l'on connaît aujourd'hui presqu'autant pour sa carrière d'acteur que pour son amour des chevaux s'est mis en tête d'apprendre à monter à cheval lorsqu'il tournait Cartouche, car il s'était déjà cassé plusieurs côtes en prétendant être cavalier pour avoir le rôle. Et c'est grâce à ses talents de cavalier que Jean Rochefort a pu tourner une scène devenue culte dans un "Elephant ça trompe énormément" : au bord d'un étang, il franchit à cheval une table de pique-nique, avant de plonger dans l'eau. Il faut être virtuose pour franchir ce genre d'obstacle en faisant semblant de monter avec autant de maladresse. Il faut aussi être un cavalier capable d'inspirer à sa monture assez de confiance pour sauter par-dessus des gens. Ainsi était Jean Rochefort.

Horsealot inspiration VIRTUOSE MOVIE NIGHT

VIRTUOSE

Derrière l'inspiration
Horsealot inspiration VIRTUOSE MOVIE NIGHT

VIRTUOSE


Horsealot inspiration MOVIES MOVIE NIGHT

MOVIES

Derrière l'inspiration
Horsealot inspiration MOVIES MOVIE NIGHT

MOVIES


Derrière l'inspiration

FOREIGNER

Les deux sœurs, Alexandra et Morgan Barbançon-Mestre, possèdant la double nationalité française-espagnole ont décidé de courir sous les couleurs du drapeau français


Photo : Morgan Barbançon-Mestre

Horsealot inspiration NATURAL GIFT MOVIE NIGHT

NATURAL GIFT

Derrière l'inspiration
Horsealot inspiration NATURAL GIFT MOVIE NIGHT

NATURAL GIFT

Jean-François Pignon, dresseur international, a un don naturel avec le cheval, il le doit en partie à son père André, éleveur et dresseur, qui lui offrira sa première pouliche. Il s'associera très vite avec son frère Frédéric pour former une troupe de voltige et de cascade parcourant les routes de France avec succès. Avant de se séparer, les frères Pignon tourneront dans plusieurs scènes équestres de la mythique série «Guillaume Tell».


Photo : Svetlana Petrova

Horsealot inspiration HORSE IN MOTION MOVIE NIGHT

HORSE IN MOTION

Derrière l'inspiration

HORSE IN MOTION

Ce cheval de course a était le premier film en 1878 par Edward Muybridge.

Eadweard J. Muybridge était un photographe anglais qui a passé une grande partie de sa vie aux États-Unis. Il est connu pour son travail de pionnier sur la locomotion animale, il a utilisé plusieurs caméras pour capturer le mouvement, et son zoopraxiscope, un dispositif pour projeter des films qui ont précédé la bande de film perforée

Horsealot inspiration BE WRONG MOVIE NIGHT

BE WRONG

Derrière l'inspiration
Horsealot inspiration BE WRONG MOVIE NIGHT

BE WRONG

Photo : Svetlana Petrova