The equestrian lifestyle community.

Eden Leprevost : interview d’une figure montante de l’équitation

Du haut de ses seize ans, Eden Leprevost Blin Lebreton semble bien décidée à marcher dans les pas de son illustre mère, Pénélope Leprevost, sacrée championne olympique d’équitation en 2016. Rencontre.


Horsealot : Vous avez baigné très jeune dans le milieu de l’équitation. C’était une évidence pour vous d’y avoir votre place ?

Eden Leprevost Blin Lebreton : Je suis effectivement née entourée de chevaux et mes deux parents sont cavaliers. Pour moi, oui, cela est vraiment une évidence. Mais je sais que cela n’aurait pas déplu à ma mère que je fasse autre chose !

Horsealot : Racontez-nous votre parcours ?

E.L.B.L : J’ai commencé au poney club du Brevedent. Ensuite, j’ai eu Quimbaya Perate, ma première ponette de concours qui était dans les écuries chez ma mère. Je m’en rappelle comme si c’était hier car avec elle, j’ai été championne de France à Lamotte Beuvron en poney 2 B en 2013. C’était magique. C’était ma première participation aux championnats de France et mon premier titre ! L’année suivante, je suis devenue vice-championne de France avec Opium de Belval en poney 1 C, de nouveau à Lamotte Beuvron.

À l’âge de 11 ans, je suis passée à cheval sur Ortis de la Bresse, qui est une ancienne jument de la famille Giraud. Elle m’a permis de beaucoup progresser et de sauter jusqu’à 1m25. En 2018, j’ai porté pour la première fois la veste de l’équipe de France et j’ai participé à mes premières Coupe des Nations children avec Santana Von Hary Z. J’ai aussi été sélectionnée pour la première fois aux championnats d’Europe à Fontainebleau, toujours avec Santana.

En 2019, avec Copacabana of the Paddocks Z, nous sommes devenus champions de France cadet après avoir réalisé une super saison jusqu’à 1m35. La même année, j’ai participé à ma première épreuve 140 au Grand National du Mans. C’est un super souvenir ! Je me suis classée 3ème avec un nouveau cheval qui s’appelle Quivoila. J’étais juste derrière ma mère qui était deuxième !

L’année 2020 commençait plutôt bien avec de bons résultats en 140 avec différents chevaux.

J’ai été à Royan et au Sunshine Tour en Espagne, puis les concours se sont arrêtés à cause de l’épidémie de Covid-19.

Horsealot : Est-ce qu’il y a une compétition qui vous a particulièrement marquée et pourquoi ?

E.L.B.L : J’ai eu la chance de pouvoir participer deux fois à l’étape parisienne du Longines Global Champions Tour au Paris Eiffel Jumping, grâce à mon sponsor Institut Esthederm. En 2019, avec Copacabana qui était super en forme, on a remporté trois épreuves sur trois ! C’est donc vraiment un superbe souvenir, le concours, le cadre avec la vue sur la Tour Eiffel… Et cette année-là, ma mère a aussi eu de très bons résultats !

Horsealot : Est-ce que l’esprit de compétition est inné lorsque notre mère s’appelle Pénélope Leprevost ?

E.L.B.L : Non je ne crois pas, en revanche, s’il y a une chose dont je suis sûre, c’est qu’elle n’aurait pas accepté que je fasse les choses à moitié !

Horsealot : Quel est le meilleur conseil qu’elle ait pu vous donner ?

E.L.B.L : À cheval comme dans la vie, justement, il ne faut pas se contenter de faire les choses à moitié !

Horsealot : Copacabana, Vendetta, Quivoila, Ronja : quel lien entretenez-vous avec les chevaux ?

E.L.B.L : Je prends mon temps pour apprendre à les connaitre. Je m’occupe beaucoup d’eux, j’adore faire les soins, les observer et passer du temps avec eux aux écuries. Ils ont tous une personnalité différente et les relations sont à chaque fois uniques.

Horsealot : En dehors de l’équitation, comment occupez-vous vos journées ? Avez-vous d’autres passions ?

E.L.B.L : Les cours au lycée tous les jours et les chevaux me prennent absolument tout mon temps. Je fais au mieux pour m’organiser afin de monter tous les jours quand même !

Horsealot : Comment imaginez-vous la suite de votre carrière à cheval ?

E.L.B.L : Mon rêve serait de pouvoir faire du haut niveau et je vais travailler dur pour y arriver, même si ma mère fait tout pour que je fasse des études !

Horsealot : Y a-t-il une compétition ou un titre qui vous fait particulièrement rêver ?

E.L.B.L : Tous les gros championnats me font vraiment envie : les championnats d’Europe, les Jeux Equestres Mondiaux et bien sûr, l’apothéose serait de participer un jour aux Jeux Olympiques.

Crédit photo : Jessica Rodrigues

Interview : Marie Testa


À lire également :

Pénélope Leprevost : « Être championne olympique n’a jamais été mon rêve »

Esthederm : quand la beauté se passionne pour l’univers équestre

Margaux Rocuet : « Un cavalier donne tout son temps et sa vie aux chevaux, il n’y a pas de demi-mesure possible »

Horsealot inspiration © Jessica Rodrigues Eden Leprevost : interview d’une figure montante de l’équitation

© Jessica Rodrigues

Derrière l'inspiration
Horsealot inspiration © Jessica Rodrigues Eden Leprevost : interview d’une figure montante de l’équitation

© Jessica Rodrigues


Horsealot inspiration © Judith’s Art Eden Leprevost : interview d’une figure montante de l’équitation

© Judith’s Art

Derrière l'inspiration
Horsealot inspiration © Judith’s Art Eden Leprevost : interview d’une figure montante de l’équitation

© Judith’s Art


Horsealot inspiration © Jessica Rodrigues Eden Leprevost : interview d’une figure montante de l’équitation

© Jessica Rodrigues

Derrière l'inspiration
Horsealot inspiration © Jessica Rodrigues Eden Leprevost : interview d’une figure montante de l’équitation

© Jessica Rodrigues